Blog

FUSION DES DÉPARTEMENTS ANESTHESIE ET CHIRURGIE

Plus de service d’anesthésie séparé en Ayurveda

Conformément aux directives du conseil central de la médecine indienne, l’Université des sciences de la santé du Maharashtra (MUHS) a ordonné à tous les collèges ayurvédiques affiliés de l’État de fusionner les départements PG sangyaharan (anesthésie) avec les départements PG shalya chikitsa (chirurgie).
Par conséquent, l’anesthésie ne sera plus une branche spécialisée dans l’ayurveda PG. Maintenant, si les chirurgiens ayurvédiques ont besoin d’anesthésiques, ils devront appeler des experts des médecines modernes (allopathie) pour les aider en chirurgie.

«Nous avons suivi les directives du conseil central de la médecine indienne. Sangyaharan était une spécialisation jusqu’en 2016. Maintenant, même les médecins ayurvédiques utilisent des médicaments modernes pour fournir l’anesthésie aux patients. Il n’y a donc pas besoin d’une branche distincte, d’une configuration académique et de sièges séparés pour ce sujet. Tous les sièges PG de ce sujet sont désormais fusionnés avec la chirurgie PG », a déclaré le Dr Shrikant Deshmukh, doyen de la faculté d’ayurveda du MUHS.

«Mais la fusion des sièges ne signifie pas que les chirurgiens ont le pouvoir de pratiquer l’anesthésie. Avoir un anesthésiste spécialisé au moment de la chirurgie est un must. Maintenant, nous allons demander des anesthésistes aux facultés de médecine moderne. Ils aideront nos chirurgiens », a-t-il ajouté.

Ceux qui se sont déjà spécialisés dans le sangyaharan dans le passé peuvent continuer à travailler comme anesthésistes.

Le Dr Ganesh Mukkawar, directeur, Nagpur, Government Ayurveda College est l’un des académiciens spécialisés en sangyaharan. «Sushruta est reconnu comme le père de la chirurgie, même par la science médicale moderne. Mais les médicaments d’anesthésie mentionnés par lui ne sont guère disponibles actuellement. Ainsi, tous les anesthésistes ayurvédiques utilisent uniquement des combinaisons modernes », a-t-il déclaré.

Selon certains chirurgiens ayurveda, c’est une décision bienvenue car le sangyaharan n’a jamais été un sujet séparé.

«En ayurvéda, Acharya Sushruta a mentionné le sangyharan comme le pauvreva karma (pré-travail), partie intégrante de la chirurgie. Un médecin qui a pratiqué le shalya chikitsa a toute autorité pour pratiquer l’anesthésie. Mais les règles ou la pratique de la médecine moderne ont obligé tous les anesthésistes à rester présents au moment de la chirurgie. Donc, il vaut mieux avoir des anesthésistes en médecine moderne avec nous », a déclaré Vaidya Sushant Tarate, qui a terminé la PG en shalya chikitsa.