Blog

Yoga et Sclérose en plaques

Le yoga en tant qu’intervention pour gérer les symptômes de la sclérose en plaques

Résumé

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune, démyélinisante et inflammatoire du système nerveux central qui se caractérise par la spasticité, la fatigue, la dépression, l’anxiété, un dysfonctionnement des intestins et de la vessie, une mobilité réduite, des troubles cognitifs, etc. à l’échelle mondiale. Les traitements modificateurs de la sclérose en plaques qui aident à prévenir l’accumulation de lésions dans la substance blanche du SNC sont coûteux et ont des effets indésirables importants. Par conséquent, les patients atteints de SEP utilisent des médecines alternatives et complémentaires et le yoga est l’une des formes les plus populaires de MAC qui est utilisée immensément pour réduire ou surmonter les symptômes de la SEP. Dans la présente revue, nous avons tenté de présenter l’impact potentiel des pratiques de yoga sur la réduction des symptômes liés à la SP.

  1. Introduction

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie inflammatoire neurodégénérative et chronique incurable due à la démyélinisation des cellules nerveuses et affectant le système nerveux central (SNC). Elle entraîne également diverses conséquences telles que des déficiences physiques, émotionnelles et cognitives [1], [2], [3]. La SP a été reconnue comme une maladie par un neurologue français, Jean-Martin Charcot en 1868 [4]. Dans la SEP, les lymphocytes T CD8 + (un type de lymphocytes T auto-réactifs) endommagent la gaine de myéline des cellules nerveuses, ce qui entraîne une inhibition de la transmission nerveuse [5], [6], [7]. L’inflammation cérébrale n’est induite que lorsqu’un nombre extrême de lymphocytes T CD8 + sont passivement transférés dans le système nerveux central (SNC), puis que des oligodendrocytes présentant l’antigène de la myéline sont détruits, ce qui entraîne une démyélinisation dans le SNC [8], [9], [10]. Les lésions (démyélinisation) dans la SEP sont de nature hétérogène et sont plus importantes dans la substance blanche ou peuvent être présentes dans tout le système nerveux central [11]. Pour le diagnostic, les lésions sont détectées par neuro-imagerie et analyse du liquide céphalo-rachidien [12]. Les lésions chez les personnes plus jeunes peuvent être remyélinisées plus efficacement [13]. L’échec de la remyélinisation chez les personnes âgées pourrait être dû à une altération de la différenciation et de la maturation des précurseurs d’oligodendrocytes, de l’homéostasie énergétique, de l’interaction axo-gliale et de la suppression de l’inflammation cytotoxique [14], [15], [16], [17], [18], [19]. Il a également été rapporté que, chez chaque patient atteint de SEP, un seul mécanisme immuno-effecteur fonctionne de manière majeure, ce qui élimine les agents pathogènes dans une réponse immunitaire adaptative [20]. Bien que l’étiologie soit inconnue dans la SEP, les facteurs associés, par exemple l’haplotype HLADRB1 * 1501 (odds ratio autour de 3), figurent en tête de la liste des variantes géniques augmentant le risque de SEP [13].

La SEP est caractérisée par la fatigue, la douleur chronique, la marche, l’ataxie, la paralysie musculaire, la faiblesse musculaire, l’épilepsie, des troubles de l’élocution, l’asthénie, des troubles sensoriels, la dépression, une mobilité réduite, des troubles cognitifs, un dysfonctionnement intestinal, un dysfonctionnement neurogène de la vessie (NBD) [2). ], [21], [22], [23], [24], [25], [26], [27], [28], [29], [30]. Diverses études ont montré que la douleur, la dépression et la fatigue affectaient la fonction sexuelle et les activités physiques chez les patients atteints de SEP [31], [32]. Il a également été rapporté que 65 à 87% des personnes atteintes de SEP avaient une mobilité réduite [33], 85% avaient des difficultés à marcher [34], 50 à 60% avaient une dépression [35], [36], [37], [38]. , 25 à 40% ont une anxiété [39], [40], 85% ont une douleur chronique [41] qui affecte la qualité de vie des patients atteints de SEP. Environ 2,5 millions de personnes dans le monde sont atteintes de SEP et pour des raisons inconnues, les femmes sont principalement touchées [4], [13], [42], [43]. Les symptômes de la SP commencent généralement à apparaître entre 20 et 40 ans [42], [43], [44].

Bien que la SP soit une maladie incurable, les médicaments aident à améliorer divers symptômes de la SP [4]. La Food and Drug Administration, USA, autorise l’utilisation de certains médicaments tels que l’interféron β-1a, l’acétate de glatiramère, le fingolimod, le fumarate de diméthyle, le tériflunomide, la dalfampridine, le daclizumab et l’alemtuzumab pour réduire l’accumulation de lésions dans la substance blanche du cerveau, mais Aux États-Unis, les médicaments coûtent environ 10 milliards de dollars par an et ont des effets secondaires graves tels que nausées, fièvre, maux de tête, fatigue, dépression, asthénie, allergies et déséquilibre psychologique [4], [39], [45], [46], [47]. . L’American Neurological Institute a rapporté que la SP affecte non seulement le patient, mais aussi sa famille mentalement et économiquement [48]. Ainsi, une méthode alternative pour éviter des médicaments coûteux devient très importante, ce qui peut être fait par le biais de médecines complémentaires et alternatives (CAM). Le National Institute of Health (NIH) définissait la médecine complémentaire et alternative comme «un groupe de systèmes, de pratiques et de produits médicaux et de soins de santé divers qui ne sont actuellement pas considérés comme faisant partie de la médecine conventionnelle» [49]. Dans le monde, 27 à 100% des patients atteints de SEP utilisent la MCA comme méthode alternative [49], [50], [51].

Le yoga est défini comme une forme de thérapies médicales complémentaires et alternatives par le Centre national de médecine complémentaire et alternative des NIH et est l’une des formes de CAM la plus populaire [52]. Diverses études ont été menées sur des patients atteints de SEP pour vérifier l’effet du yoga avec ou sans autres formes de MAC sur la réduction des symptômes associés à la SEP. Harirchian et ses collaborateurs ont montré que parmi 119 patients atteints de sclérose en plaques, 60% étaient d’accord pour utiliser la CAM, 42% en utilisaient; sur lesquels 41% étaient convaincus de son efficacité et 18% ont rapporté une aggravation des symptômes [52]. De nombreuses revues et méta-analyses ont suggéré que le yoga avait un impact positif sur les patients atteints de SEP, notamment une dépression, une douleur, une fatigue, un dysfonctionnement de la vessie neurogène et une amélioration de la qualité de vie et de la force [4], [41], [53]. étude qui n’a montré aucun effet du yoga sur la gestion des symptômes chez les patients atteints de sclérose en plaques [54]. Dans la présente revue, nous nous concentrons sur les pratiques yoguiques comme le Hatha yoga, le Pranayama, le Dhyana et différents Asanas comme Adasana, Garudasana, Trikonasana, etc., qui sont bénéfiques pour les patients atteints de SEP.

  1. Impact du yoga sur certains aspects de la sclérose en plaques

Le yoga est dérivé d’un mot sanscrit yuj qui signifie «rejoindre» et qui symbolise l’union du corps, de l’esprit et de l’esprit [55]. Le yoga est une méthode traditionnelle, née en Inde il y a plus de 5 000 ans, qui comprend diverses formes comme le Hatha yoga, en particulier les Asanas (postures physiques), le Pranayama (techniques de respiration), le Dhyana (méditation) [31], [56]. Maharshi Patanjali a décrit une autre forme de yoga, à savoir le yoga Astanga (Raj yoga). Il comporte huit aspects du yoga qui comprend deux parties: yoga externe (Bahirang) et yoga interne (Antaranga). Les cinq premiers aspects (Yamas, Niyamas, Asana, Pranayama, Pratyahara) sont inclus dans le yoga Bahirang et les trois derniers aspects (Dharana, Dhyana, Samadhi) sont inclus dans le yoga Antaranga. De nombreuses études ont montré que les interventions basées sur le yoga réduisaient la douleur, le stress, la fatigue, l’anxiété, la dépression et amélioraient la force, l’équilibre, l’auto-efficacité, la kinésiophobie, la vitesse de marche, la longueur des pas, l’angle de la hanche et du bassin, les mouvements de la cheville [14], [43] ], [57], [58], [59].

Diverses études ont été réalisées pour analyser l’impact des interventions yogiques sur les symptômes de la SP, comme indiqué dans le supplément. Les effets du yoga sur:

a) la santé mentale et physique,

b) le dysfonctionnement de la vessie sexuelle et neurogène,

c) les symptômes moteurs et l’équilibre chez les patients atteints de SEP sont décrits ici.

2.1. Impact du yoga sur la santé mentale et physique

Une étude menée sur 24 patientes atteintes de sclérose en plaques en Iran a montré qu’une formation de yoga comprenant Tadasana, Garudasana, Trikonasana, etc., pendant 8 semaines, avait entraîné une augmentation des taux d’hormone adrénocorticotrope (ACTH) et une diminution des taux de cortisol déterminés par analyse biochimique [60]. En Allemagne, Chobe et al. Ont mené une étude pilote sur 11 patients, dans laquelle ils utilisaient un appareil d’intelligence cérébrale pour mesurer le temps de réaction audiovisuel et l’échelle d’anxiété et de dépression de l’hôpital (HADS) pour mesurer l’anxiété et la dépression. L’étude a montré qu’une intervention intégrée de yoga et de physiothérapie (PSI) pendant 3 semaines améliorait considérablement le temps de réaction visuelle (p = 0,01; −32,89%), l’anxiété (p = 0,02; −32,09%), la dépression (p = 0,04; −41,51 %) et également réduit le temps de réaction auditive (p = 0,058; -25,6%) [2]. En 2016, Nejati et al. Ont montré que la réduction du stress basée sur la pleine conscience (MBSR) et le programme de yoga réduisaient la fatigue (p <0,001) et amélioraient la qualité de vie (p <0,05) chez 24 patients atteints de SEP dans leur étude quasi expérimentale. ce qui a été fait en Iran [43]. En 2010, une étude prospective randomisée réalisée sur 20 patients atteints de sclérose en plaques en Slovénie a montré que le Hatha yoga avait un impact sur l’attention sélective, mais pas sur l’humeur, la fatigue, la spasticité et les fonctions exécutives, tel que mesuré par l’échelle de dépression du Centre for Epidemiologic Studies. ), Échelle de fatigue modifiée (MFIS), échelle de Ashwort modifiée (MAS) et sous-tests de labyrinthes du module exécutif, respectivement [61].

Il a été démontré que le programme de yoga de 8 semaines et l’intervention basée sur la conscience amélioraient la qualité de vie mesurée par l’inventaire de la qualité de vie de la sclérose en plaques, la santé mentale mesurée par l’inventaire de la santé mentale (MHI) et le fonctionnement physique mesuré par une enquête sur l’état de santé abrégé en 36 éléments. (SF-36) chez des patients atteints de SEP aux États-Unis [57], [62]. Une autre étude réalisée aux États-Unis par Cohen et al. A montré que la philosophie du yoga, Pranayama, Asanas, relaxation profonde, méditation pendant 8 semaines améliorait la force musculaire, l’expansion, l’équilibre, la capacité de marche et la concentration des muscles expiratoires chez 14 personnes atteintes de SEP modérée mesurée par un tensiomètre. (MicroRPM-Micro Direct Inc, Lewiston, ME), Test de portée multidirectionnelle (MDRT), Balance de marche pour sclérose en plaques de 12 éléments (MSWS-12), Test de marche chronométré de 25 pieds (T25FW), Test de marche de 6 minutes (6MWT), Test d’addition série auditive stimulé-3 ”(PASAT-3”) [62]. Une étude menée auprès de 57 patients atteints de sclérose en plaques a montré que le niveau de fatigue mesuré par l’Inventaire de fatigue multidimensionnel (MFI) était significativement réduit (p <0,01) et que le niveau d’énergie était également significativement amélioré (p <0,001) parmi les patients qui ont pratiqué le yoga (yoga Iyengar) et exercé pendant 6 mois en Amérique [63].

En Suisse, une étude randomisée et contrôlée sur 54 femmes atteintes de SEP a mesuré la fatigue, la dépression et la paresthésie à l’aide de l’échelle de gravité de la fatigue (FSS), de l’inventaire de dépression de Beck (BDI), de l’échelle visuelle analogique (EVA) à 10 points, respectivement. réduction significative (p <0,001) de ces mesures après 8 semaines de pratiques de Hatha yoga et d’exercices aquatiques (courses de relais, musculation, traversée de la piscine) [64]. Une étude de cas qualitative menée par Powell et Cheshire sur une patiente atteinte de SEP a révélé qu’un programme de yoga individualisé (Hatha yoga) d’une durée de 6 mois était bénéfique pour une patiente atteinte de SEP, car il améliorait le tonus musculaire, la force, la confiance en soi, l’endurance et le bien-être psychologique [65].

2.2. Impact du yoga sur le dysfonctionnement de la vessie sexuelle et neurogène

Les lésions des nerfs sensori-moteurs entraînent des troubles sexuels chez les femmes atteintes de SEP. Les pratiques de yoga telles que Hatha yoga, Pranayama et Raja yoga sont donc bénéfiques pour ces femmes. Une étude réalisée sur 60 Iraniennes atteintes de SEP a montré que les interventions de yoga mesurées à l’aide de questionnaires standard amélioraient de manière significative (p = 0,001) la satisfaction sexuelle et les activités physiques de ces femmes [31]. Les pratiques yogiques telles que Sukshma Vyayama et la relaxation profonde améliorent les symptômes associés au dysfonctionnement de la vessie neurogène chez les patients atteints de SEP. Une étude pilote sur 11 patients atteints de sclérose en plaques présentant un dysfonctionnement neurogène de la vessie par échographie a révélé une amélioration des taux de miction (25%, p <0,05) et du volume urinaire résiduel post-vide (PVR) (62,34%, p <0,05) en raison de la pratique régulière du yoga susmentionné. Asanas [21].

2.3. Impact du yoga sur les symptômes moteurs et l’équilibre

Une étude pilote menée auprès de 12 patients atteints de sclérose en plaques au Brésil a montré que diverses pratiques de yoga pendant 6 mois (Asanas, Pranayama, Dhyana et Nidra) entraînaient une amélioration significative (p = 0,01) de l’équilibre postural et réduisaient également l’impact d’un mauvais équilibre postural sur la vie quotidienne. activités mesurées par Influence de l’équilibre postural sur le questionnaire structuré de la vie quotidienne (IPBDLSQ) chez les femmes [66].

  1. Limites

Dans certaines études de cas, il n’y avait pas de groupe témoin [2], [21], [57], [59], [60], [61], [63] et le yoga était combiné à d’autres interventions [2], [21 ], [57], [64]. Il est donc difficile d’évaluer l’effet du yoga seul. De plus, les participants n’étaient pas aveuglés par l’intervention, ce qui signifie qu’ils s’attendaient à une amélioration qui aurait pu affecter le résultat final. La durée des interventions variait de quelques semaines à quelques mois. Il faut donc approfondir l’utilisation à long terme du yoga pour la gestion des symptômes [2], [21], [57], [59], [60], [61], [61]. 63]. Le yoga et les interventions psychocorporelles ont permis de réduire certains symptômes liés à la SEP, mais pas tous [2], [43], ce qui suggère que d’autres pratiques de yoga peuvent être explorées pour améliorer davantage les conditions chez les patients SEP. Ces études manquent de relation entre l’intervention de yoga et la progression de la maladie qui peut être analysée par neuroimagerie et analyse du liquide céphalo-rachidien.

  1. Mécanisme probable

Le mécanisme exact derrière l’effet du yoga sur les patients atteints de SEP n’est pas encore clair, mais sur la base des études indiquées dans cette revue, nous émettons l’hypothèse que l’influence du yoga sur les niveaux de marqueurs biologiques tels que l’ACTH et le cortisol joue un rôle important. Les études couvertes suggèrent également que certains types de yoga prennent en charge des symptômes spécifiques tels que le Hatha yoga réduit les symptômes d’anxiété, de fatigue et de douleur associés à la SP. Une autre possibilité pourrait être que le yoga améliore également les niveaux de peptide opioïde β-endorphines et contribue ainsi à réduire l’inflammation via l’immunosuppression. La méditation et le pranayama ont également amélioré la qualité de vie, l’activité physique, la satisfaction sexuelle, la concentration et l’attention, la capacité de marcher et l’équilibre des patients atteints de SEP.

  1. Conclusion et orientations futures

Le yoga a un impact sur la santé globale des patients atteints de sclérose en plaques qui peut être analysé en regardant les niveaux de biomarqueurs. Mais il sera important d’examiner comment les interventions de yoga sont utiles pour le pronostic de la SEP en analysant le statut de ces marqueurs biologiques. Les futures études devraient être axées sur l’étude de l’impact à long terme du yoga sur le contrôle de la SEP. Par conséquent, le changement de marqueurs serait utile pour analyser la rechute de la SEP. Dans de nombreuses études, des mesures auto-déclarées telles que des questionnaires sont utilisées pour évaluer l’impact du yoga sur les patients atteints de SEP sans prendre en compte les groupes de contrôle. Des groupes de contrôle appropriés sont obligatoires pour tirer une conclusion valable. En outre, l’inclusion de techniques d’imagerie clinique et de paramètres quantifiables pour l’évaluation physique serait avantageuse pour établir une corrélation avec les mesures d’amélioration rapportées par les utilisateurs.

Sources de financement

PT bénéficie du soutien du ministère de la Science et de la Technologie du gouvernement indien, subvention n ° DST / INSPIRE Fellowship / IF170502. L’AKS bénéficie du soutien de la Mission nationale d’études sur l’Himalaya (SMHN) du Ministère de l’environnement, des forêts et du changement climatique (MoEF & CC), subvention n °. NMHS / SG-2016/019. RVS est soutenu par «Subvention de projet pilote pour les jeunes chercheurs en biologie du cancer», Department of Biotechnology, Gouvernement de l’Inde, Grant no. BT / PR9613 / MED / 30/1260/2013.

References

[1]

  1. Mostert, J. KesselringEffects of a short-term exercise training program on aerobic fitness, fatigue, health perception and activity level of subjects with multiple sclerosis

Mult Scler, 8 (2002), pp. 161-168

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[2]

  1. Chobe, H. Bhargav, N. Raghuram, C. GarnerEffect of integrated yoga and physical therapy on audiovisual reaction time, anxiety and depression in patients with chronic multiple sclerosis: a pilot study

J Complement Int Med, 13 (2016), pp. 301-309

View Record in ScopusGoogle Scholar

[3]

National Multiple Sclerosis SocietyWhat is MS?

(2014)

Online document at:

http://www.nationalmssociety.org/What-is-MS, Accessed 20th Jun 2014

Google Scholar

[4]

  1. Frank, J. LarimoreYoga as a method of symptom management in multiple sclerosis

Front Neurosci, 9 (2015), p. 133

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[5]

  1. Babbe, A. Roers, A. Waisman, H. Lassmann, N. Goebels, R. Hohlfeld, et al.Clonal expansion of CD81 T cells dominate the T cell infiltrate in active multiple sclerosis lesions as shown by micromanipulation and single cell polymerase chain reaction

J Exp Med, 192 (2000), pp. 393-404

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[6]

  1. Compston, A. ColesMultiple sclerosis

Lancet, 372 (2008), pp. 1502-1517

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[7]

  1. Moreno, P. VillosladaNeuroprotective therapies for multiple sclerosis

Euro Neurol Rev, 7 (2012), pp. 189-195

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[8]

E.S. Huseby, D. Liggitt, T. Brabb, B. Schnabel, C. Ohlen, J. GovermanA pathogenic role for myelin-specific CD81 T-cells in a model for multiple sclerosis

J Exp Med, 194 (2001), pp. 669-676

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[9]

S.Y. Na, Y. Cao, C. Toben, L. Nitschke, C. Stadelmann, R. Gold, et al.Naive CD8 T-cells initiate spontaneous autoimmunity to a sequestered model antigen of the central nervous system

Brain, 131 (2008), pp. 2353-2365

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[10]

  1. Saxena, J. Bauer, T. Scheikl, J. Zappulla, M. Audebert, S. Desbois, et al.Cutting edge: multiple sclerosis- like lesions induced by effector CD8 T cells recognizing a sequestered antigen on oligodendrocytes

J Immunol, 181 (2008), pp. 1617-1621

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[11]

  1. Lucchinetti, W. Bruck, J. Parisi, B. Scheithauer, M. Rodriguez, H. LassmanHeterogeneity of multiple sclerosis lesions: implications for the pathogenesis of demyelination

Ann Neurol, 47 (2000), pp. 707-717

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[12]

  1. Airas, R. KaajaPregnancy and multiple sclerosis

Obstet Med, 5 (2012), pp. 94-97

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[13]

D.S. Reich, C.F. Lucchinetti, P.A. CalabresiMultiple sclerosis

N Engl J Med, 378 (2018), pp. 169-180

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[14]

  1. Kuhlmann, V. Miron, Q. Cui, C. Wegner, J. Antel, W. BruckDifferentiation block of oligodendroglial progenitor cells as a cause for remyelination failure in chronic multiple sclerosis

Brain, 131 (2008), pp. 1749-1758

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[15]

  1. Chang, W.W. Tourtellotte, R. Rudick, B.D. TrappPremyelinating oligodendrocytes in chronic lesions of multiple sclerosis

N Engl J Med, 346 (2002), pp. 165-173

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[16]

M.R. Kotter, C. Stadelmann, H.P. HartungEnhancing remyelination in disease – can we wrap it up?

Brain, 134 (2011), pp. 1882-1900

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[17]

  1. Kremer, O. Aktas, H.P. Hartung, P. KuryThe complex world of oligodendroglial differentiation inhibitors

Ann Neurol, 69 (2011), pp. 602-618

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[18]

  1. Shechter, M. SchwartzCNS sterile injury: just another wound healing?

Trends Mol Med, 19 (2013), pp. 135-143

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[19]

R.J. Franklin, V. GalloThe translational biology of remyelination: past, present, and future

Glia, 62 (2014), pp. 1905-1915

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[20]

  1. Metz, S.D. Weigand, B.F. Popescu, J.M. Frischer, J.E. Parisi, Y. Guo, et al.Pathologic heterogeneity persists in early active multiple sclerosis lesions

Ann Neurol, 75 (2014), pp. 728-738

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[21]

N.J. Patil, R. Nagaratna, C. Garner, N.V. Raghuram, R. CrisanEffect of integrated Yoga on neurogenic bladder dysfunction in patients with multiple sclerosis-A prospective observational case series

Complement Ther Med, 20 (2012), pp. 424-430

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[22]

  1. Hasanpour-Dehkordi, N. Jivad, K. SolatiEffects of yoga on physiological indices, anxiety and social functioning in multiple sclerosis patients: a randomized trial

J Clin Diagn Res, 10 (2016), p. VC01

View Record in ScopusGoogle Scholar

[23]

R.W. Motl, L.A. PiluttiThe benefits of exercise training in multiple sclerosis

Nat Rev Neurol, 8 (2012), pp. 487-497

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[24]

R.W. Motl, B.M. SandroffBenefits of exercise training in multiple sclerosis

Curr Neurol Neurosci Rep, 15 (2015), p. 62

Google Scholar

[25]

  1. Shabas, M. HeffnerMultiple sclerosis management for low-income minorities

Mult Scler, 11 (2005), pp. 635-640

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[26]

  1. Smedal, H. Lygren, K.M. MyhrBalance and gait improved in patients with multiple sclerosis after physiotherapy based on the Bobath concept

Physiother Res Int, 11 (2006), pp. 104-116

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[27]

J.F. Foley, D.W. BrandesRedefining functionality and treatment efficacy in multiple sclerosis

Neurology, 72 (2009), pp. S1-S11

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[28]

G.D. FulkLocomotor training and virtual reality-based balance training for an individual with multiple sclerosis: a case report

J Neurol Phys Ther, 29 (2005), pp. 34-42

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[29]

L.J. White, R.H. DressendorferExercise and multiple sclerosis

Sports Med, 34 (2004), p. 1077100

Google Scholar

[30]

N.P. Williams, P.S. Roland, W. YellinVestibular evaluation in patients with early multiple sclerosis

Am J Otol, 18 (1997), pp. 93-100

View Record in ScopusGoogle Scholar

[31]

  1. Najafidoulatabad, Z. MohebbiYoga effects on physical activity and sexual satisfaction among Iranian women with multiple sclerosis: a randomized controlled trial

Afr J Tradit Complement Altern Med, 11 (2014), pp. 78-82

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[32]

R.W. Motl, E. Mcauley, E.M. SnookPhysical activity and multiple sclerosis: a meta-analysis

Mult Scler, 11 (2005), pp. 459-463

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[33]

  1. Olgiati, J.M. Burgunder, M. MumenthalerIncreased energy cost of walking in multiple sclerosis: effect of spasticity, ataxia, and weakness

Arch Phys Med Rehabil, 69 (1988), pp. 846-849

View Record in ScopusGoogle Scholar

[34]

M.P. McCabeMood and self-esteem of persons with multiple sclerosis following an exacerbation

J Psychosom Res, 59 (2005), p. 1616

Google Scholar

[35]

  1. Maggie, H. Carol, H. DavidNursing knowledge and practice: a decision-making approach

Bailliere Tindall (1995)

Google Scholar

[36]

S.B. Patten, C.A. Beck, J.V. Williams, C. Barbui, L.M. MetzMajor depression in multiple sclerosis: a population-based perspective

Neurology, 61 (2003), pp. 1524-1527

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[37]

D.S. Schubert, R.H. FoliartIncreased depression in multiple sclerosis patients: a meta-analysis

Psychosomatics, 34 (1993), pp. 124-130

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[38]

S.L. Minden, J. Orav, P. ReichDepression in multiple sclerosis

Gen Hosp Psychiatr, 9 (1987), pp. 426-434

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[39]

  1. Ahmadi, A.A. Arastoo, M. NikbakhtThe effects of a treadmill training programme on balance, speed and endurance walking, fatigue and quality of life in people with multiple scler1osis

Int J Sports Med, 11 (2010), pp. 389-397

View Record in ScopusGoogle Scholar

[40]

  1. Korostil, A. FeinsteinAnxiety disorders and their clinical correlates in multiple sclerosis patients

Mult Scler, 13 (2007), pp. 67-72

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[41]

K.A. Rogers, M. MacDonaldTherapeutic yoga: symptom management for multiple sclerosis

J Altern Complement Med, 21 (2015), pp. 655-659

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[42]

J.A. Ponichtera-MulcareExercise and multiple sclerosis

Med Sci Sports Exerc, 25 (1993), pp. 451-465

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[43]

  1. Nejati, S. Rajezi Esfahani, S. Rahmani, G. Afrookhteh, Sh HoveidaThe effect of group mindfulness-based stress reduction and consciousness yoga program on quality of life and fatigue severity in patients with MS

J Caring Sci, 5 (2016), pp. 325-335

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[44]

C.D. PopescuMultiple sclerosis and pregnancy

Rev Med Chir Soc Med Nat Iasi, 118 (2014), pp. 28-32

View Record in ScopusGoogle Scholar

[45]

  1. Niino, H. SasakiUpdate on the treatment options for multiple sclerosis

Expert Rev Clin Immunol, 6 (2010), pp. 77-88

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[46]

  1. Adelman, S.G. Rane, K.F. VillaThe cost burden of multiple sclerosis in the United States: a systematic review of the literature

J Med Econ, 16 (2013), pp. 639-647

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[47]

J.H. Petajan, E. Gappmaier, A.T. White, M.K. Spencer, L. Mino, R.W. HicksImpact of aerobic training on fitness and quality of life in multiple sclerosis

Ann Neurol, 39 (1996), pp. 432-441

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[48]

  1. Hassanpour-Dehkordi, N. JivadComparison of regular aerobic and yoga on the quality of life in patients with multiple sclerosis

Med J Islam Repub Iran, 28 (2014), p. 141

Google Scholar

[49]

  1. Apel-Neu, U.K. ZettlComplementary and alternative medicine in multiple sclerosis

J Neurol, 255 (2008), pp. 82-86

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[50]

S.A. OlsenA review of complementary and alternative medicine (CAM) by people with multiple sclerosis

Occup Ther Int, 16 (2009), pp. 57-70

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[51]

  1. Hughes, I.M. HowardSpasticity management in multiple sclerosis

Phys Med Rehabi Clin, 24 (2013), pp. 593-604

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[52]

M.H. Harirchian, M.A. Sahraian, A. Hosseinkhani, N. AmirzargarLevel of attitude toward complementary and alternative medicine among Iranian patients with multiple sclerosis

Iran J Neurol, 13 (2014), pp. 13-18

View Record in ScopusGoogle Scholar

[53]

  1. Senders, H. Wahbeh, R. Spain, L. ShintoMind-body medicine for multiple sclerosis: a systematic review

Autoimmune Dis, 2012 (2012), p. 567324

Google Scholar

[54]

  1. Cramer, R. Lauche, H. Azizi, G. Dobos, J. LanghorstYoga for multiple sclerosis: a systematic review and meta-analysis

PLoS One, 9 (11) (2014), p. e112414

CrossRefGoogle Scholar

[55]

  1. Mohammad, P. Thakur, R. Kumar, S. Kaur, R.V. Saini, A.K. SainiBiological markers for the effects of yoga as a complementary and alternative medicine

J Complement Int Med (2019), 10.1515/jcim-2018-0094

http://j/jcim.ahead-of-print/jcim-2018-0094/jcim-2018-0094.xml

Google Scholar

[56]

  1. FeuersteinThe yoga tradition

Hohm Press, Prescott, AZ (1998)

Google Scholar

[57]

R.M. Gilbertson, M.D. KlattMindfulness in motion for people with multiple sclerosis: a feasibility study

Int J MS care, 19 (2017), pp. 225-231

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[58]

  1. Kahraman, A.T. Ozdogar, P. Yigit, I. Hosgel, Z. Mehdiyev, O. Ertekin, et al.Feasibility of a 6-month yoga program to improve the physical and psychosocial status of persons with multiple sclerosis and their family members

Explore, 14 (2018), pp. 36-43

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[59]

  1. Guner, F. InaniciYoga therapy and ambulatory multiple sclerosis assessment of gait analysis parameters, fatigue and balance

J Bodyw Mov Ther, 19 (2015), pp. 72-81

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[60]

  1. Najafi, M. MoghadasiThe effect of yoga training on enhancement of Adrenocorticotropic hormone (ACTH) and cortisol levels in female patients with multiple sclerosis

Complement Ther Clin Pract, 26 (2017), pp. 21-25

Article

Download PDFGoogle Scholar

[61]

  1. Velikonja, K. Čurić, A. Ožura, S.Š. JazbecInfluence of sports climbing and yoga on spasticity, cognitive function, mood and fatigue in patients with multiple sclerosis

Clin Neurol Neurosurg, 112 (2010), pp. 597-601

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[62]

E.T. Cohen, D. Kietrys, S.G. Fogerite, M. Silva, K. Logan, D.A. Barone, et al.Feasibility and impact of an 8-week integrative yoga program in people with moderate multiple sclerosis–related disability: a pilot study

Int J MS Care, 19 (2017), pp. 30-39

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[63]

B.S. Oken, S. Kishiyama, D. Zajdel, D. Bourdette, J. Carlsen, M. Haas, et al.Randomized controlled trial of yoga and exercise in multiple sclerosis

Neurology, 62 (11) (2004), pp. 2058-2064

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[64]

  1. Razazian, Z. Yavari, V. Farnia, A. Azizi, L. Kordavani, D.S. Bahmani, et al.Exercising impacts on fatigue, depression, and paresthesia in female patients with MS

Med Sci Sports Exerc, 48 (5) (2016), pp. 796-803

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[65]

  1. Powell, A. CheshireAn individualized yoga programme for multiple sclerosis: a case study

Int J Yoga Therap, 25 (1) (2015), pp. 127-133

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[66]

  1. de Oliveira, C. Tavares Mda, J.D. de Faria Oliveira, M.R. Rodrigues, D.F. SantaellaYoga training has positive effects on postural balance and its influence on activities of daily living in people with multiple sclerosis: a pilot study

Explore (NY), 12 (2016), pp. 325-332

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

Peer review under responsibility of Transdisciplinary University, Bangalore.