Maladie

Le nerf vague : biomarqueur ?

Le nerf vague peut-il servir de biomarqueur à l’activité du  dosha vata?

Ce «document de discussion» soulève des «questions provocantes» pour identifier les systèmes physiologiques sous-jacents à vata dosha et les biomarqueurs candidats à l’activité de vata. Nous avons expliqué les fortes corrélations entre les fonctions de survie et d’homéostasie du nerf vague parasympathique et les fonctions régies par les cinq principaux sous-types de vata dosha (Praana, Udana, Vyaana, Sanaana et Apana). Quatre raisons ont été fournies pour émettre l’hypothèse que l’activité vagale est un biomarqueur candidat fiable d’importantes fonctions du vata dosha. Premièrement, vata dosha normal et le vagus maintiennent l’homéostasie neurale, respiratoire et digestive, et des dysfonctionnements dans les deux entités provoquent des maladies très similaires. Deuxièmement, vata dosha régule les fonctions neuronales supérieures telles que la santé mentale et le comportement, et la «théorie polyvagale» propose des fonctions similaires pour le vague. Troisièmement, les rôles similaires de vata dosha et de vagus dans le maintien de l’homéostasie intestinale suggèrent que l’activité vagale dans le lien «intestin-cerveau» est un biomarqueur candidat de pakwashaya (intestin inférieur), principal site régulateur du vata dosha. Quatrièmement, le vague est le seul nerf vital dont l’activité peut être mesurée et manipulée de manière fiable. En effet, la stimulation du nerf vagal est un traitement approuvé par la FDA des États-Unis pour certaines affections attribuées à une altération du vata dosha. Aucun autre nerf ou dosha n’a de telles propriétés multifonctionnelles et de maintien de la vie. Ces arguments positionnent l’activité vagale en tant que biomarqueur candidat approprié pour certaines fonctions de vata dosha.

 

1. Introduction

Les études OMICS ont apporté d’importantes contributions en prouvant que des génotypes et des phénotypes spécifiques sont significativement corrélés à chacun des 3 principaux dosha-prakritis. Ainsi, les individus atteints de prakrite majeure (vata, pitta et kapha) présentent une expression différentielle statistiquement significative des gènes, des polymorphismes nucléotidiques uniques et des métabolites plasmatiques spécifiques [1], [2], [3]. Notamment, les individus de vata dosha prakriti versus kapha dosha prakriti ont présenté des valeurs significativement différentes de l’indice de masse corporelle [4]. Les doshas sont considérés comme des forces / entités qui ne peuvent être assimilées à un système biologique, à un organe, à un type de cellule ou à une voie de signalisation spécifiques. Cependant, déchiffrer les systèmes physiologiques sous-jacents aux doshas contribuerait de manière significative au développement de biomarqueurs [5]. Ce «document de discussion» formule des hypothèses scientifiques pour identifier des biomarqueurs de vata dosha. Ces hypothèses sont développées en tant que réponses à des «questions provocantes» sur le lien entre vata dosha et le système nerveux et reposent sur trois prémisses. Premièrement, la pratique clinique ayurvédique implique l’évaluation et le traitement des anomalies vata dosha. Puisque vata dosha est évalué, manipulé et rectifié, il devrait être possible d’identifier le principal composant neurologique sous-jacent à vata dosha. Deuxièmement, cette composante neurologique devrait expliquer les principales fonctions du vata dosha et fournir des indications sur sa régulation. Troisièmement, cette composante neurologique devrait fournir des biomarqueurs candidats qui évaluent l’état fonctionnel de certains aspects du vata dosha normal et anormal en termes médicaux modernes.

1.1. Vata dosha et le système nerveux

Parmi les trois doshas, ​​vata est sans aucun doute le dosha le plus fondamental et le plus crucial pour la survie [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Versets 7–8)]. Vata est dérivé des mots racines gati (mouvement) et gandhana (sens) [[7] (Sootrasthana / Chapitre 21 / Verse 5)]. Tout comme les impulsions nerveuses transmettent instantanément les informations d’une partie du corps à une autre, vata dosha est daruna (avec des impacts sévères), bahu-śighra et anavasthita (en mouvement constant) [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Verse 3) [7], (Nidanasthana / Chapitre 1 / Verset 8)]. Ces descriptions classiques ont incité les rapports à relier les fonctions principales du vata dosha normal au système nerveux [8]. En effet, deux articles ont soigneusement attribué des sous-types de vata à des fonctions neuronales spécifiques et à leurs centres de contrôle au sein du système nerveux [9], [10]. À l’inverse, une altération du vata dosha entraîne des maladies mentales telles que vishada et anavasthita chithata [[11] (Sootrasthana / Chapitre 20 / Verse9)]. Les lésions cérébrales / shiras marma et marmabhighata provoquent également différentes maladies mortelles allant du vata vyadhi à la mort subite [[6] (Chikitsasthana / Chapitre 28 / Verset 6) [7], (Shareerasthana / Chapitre 6 / Verse 27)].

Vata est la principale force sous-jacente des fonctions sensorielles et motrices normales pour la survie et le maintien d’une santé normale (homéostasie). Il est à noter que le vata dosha altéré est directement corrélé à des troubles neurologiques graves [[6] (Chikitsasthana / Chapitre 28 / Verset 6) [7], (Shareerasthana / Chapitre 6 / Verse 27) ([11] Sootrasthana / Chapitre 20 / Verse 9) ]. Par conséquent, les textes ayurvédiques fournissent une base solide pour un lien physiologique et fonctionnel entre vata dosha et le système nerveux.

 

2. Méthodes

Des questions provocantes ont été posées pour identifier les systèmes neurologiques qui représentent le mieux le vata dosha. Cette idée provient de l’initiative «PQ» du National Cancer Institute (NCI), États-Unis. «Les questions provocantes traitent de questions non évidentes, peu étudiées et paradoxales dans la recherche sur le cancer» (https://provocativequestions.nci.nih.gov/). Notre hypothèse vise à identifier un biomarqueur candidat approprié pour l’activité de vata dosha. Il est composé de huit questions provocantes (PQ) avec des réponses appropriées.

Ensemble, ces huit PQ ont été examinés pour rechercher des informations pertinentes issues de textes ayurvédiques, de neurophysiologie et d’études cliniques. Nous pourrions obtenir suffisamment de preuves pour émettre l’hypothèse que l’activité vagale est un biomarqueur candidat pour certaines fonctions de vata dosha.

PQ-1: Le système nerveux autonome et le vata dosha sont essentiels à la survie et à l’homéostasie. Existe-t-il une corrélation fonctionnelle entre eux?

Relier le système nerveux autonome à Vata Dosha: L’Ayurveda relie un vata dosha en bonne santé à des fonctions régissant la survie et l’homéostasie de base. Ainsi, les termes ‘aashukari’ et ‘pranamscha uparunadhi’ décrivent les conséquences négatives du vata dosha avec facultés affaiblies, et impliquent qu’un vata dosha normal est essentiel à la survie [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Verse 9) [7], (Nidanasthana / Chapitre 1 / Vers 8)]. De même, les fonctions homéostatiques de vata dosha, expliquées par «tantra yantra dhara», maintiennent la normalité [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Versets 7–8)]. La survie et l’homéostasie sont contrôlés par le SNA qui fonctionne involontairement («automatiquement»), sans notre effort conscient. Le SNA régule les fonctions vitales des systèmes cardiovasculaire, gastro-intestinal, excréteur et reproducteur. À quelques exceptions près, ces fonctions vitales sont activées et désactivées par les composants sympathique et parasympathique du SNA, respectivement [12].

Relier le système nerveux autonome aux sous-types de vata: Praana vata: Praana vata est responsable des réflexes de protection nécessaires à la survie. Six de ces réflexes figurent dans le tableau 1 [[13] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Verset 4)]. En conséquence, praana vata est en corrélation avec les fonctions de survie involontaires du SNA (réponse de l’élève, éternuement, déglutition et vomissements). Puisque praana vata stabilise les fonctions cardiaques et la circulation, le tableau 1 établit une corrélation entre praana vata et la respiration et la régulation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle [[11] (Sootrasthana / Chapitre 20 / Verse 2)]. Le praana vata avec facultés affaiblies provoque des maladies des voies respiratoires supérieures, du système cardiovasculaire et la mort [[7] (Nidanasthana / Chapitre 1 / Verse 13)].

 

Les fonctions du système nerveux autonome (SNA) sont involontaires ou partiellement volontaires (en gras). La plupart des fonctions de survie et d’homéostasie régies par les cinq sous-types de Vata sont également contrôlées par le nerf vague du SNA.

 

Udaana vata: Dans la poitrine, Udaana vata contrôle l’énergie, la parole et l’intellect [13] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Verse 5)]. Étant donné que la parole et la force nécessitent des fonctions respiratoires et cardiaques normales, le tableau 1 établit une corrélation entre udaana vata et les fonctions homéostatiques régulant la respiration et la fréquence cardiaque. Udaana vata altérée entraîne une altération de la perception sensorielle, des troubles de la parole et des troubles cognitifs tels que des déficits de la mémoire [[7] (Nidanasthana / Chapitre 1 / Versets 14–15)].

Vyaana vata: Vyaana vata contrôle les mouvements physiques volontaires et est indispensable à la circulation sanguine périphérique [[7] (Nidanasthana / Chapitre 1 / Verset 13) [13], (Sootrasthana / Chapitre 12 / Verse 7)]. Puisque la circulation dépend de fonctions partiellement volontaires telles que la respiration, qui influence le rythme cardiaque et la pression artérielle; Le tableau 1 met en corrélation vyaana vata avec ces fonctions partiellement volontaires du SNA.

Samaana vata: Samaana et Apana vata constituent ensemble des fonctions gastro-intestinales [[13] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Verse 8), 13 (Sootrasthana / Chapitre12 / Verse 9)]. Susrutha mentionne samaana vata comme base de viveka (digestion, absorption et séparation des déchets) [[7] (Sootrasthana / Chapitre 15 / Verset 3)]. En conséquence, le tableau 1 montre samaana vata correspondant à la régulation de la digestion par le SNA. Samaana vata, avec facultés affaiblies, réduit la capacité digestive et la motilité gastro-intestinale [[7] (Nidanasthana / Chapitre 1 / Verse 16)].

Apana vata: Apana vata est mentionné en tant que cause de dharana (contrôleur des pulsions naturelles / réflexe excréteur) [[7] (Sootrasthana / Chapitre 15 / Verse3)]. Ainsi, le tableau 1 établit une corrélation entre apana vata et les réflexes pelviens autonomes requis pour l’excrétion et l’activité sexuelle. Les maladies du tractus gastro-intestinal inférieur et génito-urinaire sont dues à une altération de l’apana vata [[7] (Nidanasthana / Chapitre 1 / Verse 16).

En résumé, le tableau 1 montre que les fonctions de contrôle vagus sont attribuées aux quatre sous-types de vata dosha (prana, udaana, samaana et apana). Il est intéressant de noter que le nerf vague possède également quatre «noyaux» (points de contrôle) qui régulent les systèmes cardiovasculaire, respiratoire et digestif [12], [14]. Le vague est le plus long nerf crânien de la composante parasympathique du SNA et est essentiel à la survie car il relie le tronc cérébral au tube digestif, au cœur et aux poumons. Ces mêmes organes sont également les sites les plus actifs de vata dosha, ce qui est crucial pour la survie (ayusha pratyayabhuta) [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Versets 7–8)].

PQ-2: Si l’activité du nerf vagal explique la survie et les fonctions homéostatiques de vata dosha, peut-elle servir de biomarqueur de l’activité de vata?

Définir un biomarqueur approprié pour vata dosha: L’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’Organisation des Nations Unies et l’Organisation internationale du Travail définissent un biomarqueur comme «toute substance, structure ou processus pouvant être mesuré dans le corps ou dans ses produits, et influencer ou prédire l’incidence du résultat ou de la maladie »[15]. Bien que vata dosha soit essentiel à la survie, la surveillance de la survie est inacceptable pour la recherche clinique sur l’homme. Par conséquent, un biomarqueur utile de vata dosha doit estimer les fonctions homéostatiques normales ou anormales attribuées à vata dosha. Le tableau 1 montre clairement que les activités normales de vata dosha et du nerf vague maintiennent l’homéostasie des systèmes nerveux, respiratoire et digestif. Le tableau 2 montre que le fonctionnement anormal du vata dosha et du nerf vague provoque des troubles similaires dans ces mêmes systèmes [[6] (Ckikitsasthana / Chapitre 28 / Verset 6) [11], (Sootrasthana / Chapitre 20 / Verse 9) [13 ], (Chikitsasthana / Chapitre 9 / Versets 121-123) [13], (Nidanasthana / Chapitre 7 / Versets 10-14)], [14], [16], [17]. Le nerf vague possède également les propriétés omniprésentes, dynamiques et multifonctionnelles du vata dosha. De telles propriétés nécessitent une «connectivité élevée» et le «nerf vague peut former un« connectome »pour de nombreuses fonctions, ce qui signifie que les interventions via le vagus ont le potentiel d’aider au rétablissement de fonctions multiples» [18]. Le nerf vague, en tant que « connectome », est principalement dû à sa longueur considérable et à son innervation à tous les principaux organes. Ainsi, des fibres vagales sensorielles afférentes transmettent des signaux de différents organes au cerveau; qui répond via des branches efferentes et vagales motrices à des organes individuels. Ce réseau de fibres nerveuses vagales assure l’homéostasie de tous les organes [12], [14]. Le concept de «connectome» se développe davantage, car le vague interagit également avec le système neuroendocrinien [19]. Dans l’ensemble, les informations du tableau 1, du tableau 2 et du concept de «connectome» suggèrent que l’activité vagale peut servir de biomarqueur candidat pour l’activité de vata dosha.

 

Tableau 2. Troubles causés par un dysfonctionnement du Dosha Vata  et le nerf vague

Vagus
Dysfunction
Vata
Dysfunction
Difficult Swallowing
Impaired Cough
Niswasa uchwasa samrodha, (Breathlessness)
Swasa, kasa (Asthma, Cough)
Mood Disorders Vishada (Depression)
Samjna moha, moha, pralapa (Reduced cognition)
Indreeya bhramsha (Altered perception)
Fainting, Seizures Kampa, Gatra sphurana, Aakshepa (Body Tremors)
Bradycardia Hridroga (Cardiovascular Diseases)
Alpa bhashana (Speech disorders)
Gastroparesis (Delayed Gastric Emptying) Agni sada (Reduced digestive capacity)
Vit mootra vata graham, adhmana
(Reduced Gastrointestinal Motility)
Nausea, Spasms Chardi, Praseka (Nausea)
Obesity Ati-sthoulya

 

Les troubles respiratoires, mentaux, cardiaques et digestifs résultent de dysfonctionnements du Dosha Vata et du nerf vague

 

PQ-3: En plus de réguler la survie et l’homéostasie, vata dosha contrôle les fonctions nerveuses supérieures. Le vague régule-t-il les fonctions neurales supérieures?

Le vague n’a été considéré que comme un nerf parasympathique majeur. La théorie polyvagale propose des fonctions de «neuroception» supplémentaires pour le vague. Vata dosha est le facteur le plus crucial du bien-être mental (niyanta, praneta cha manasa) [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Versets 7–8)]. Tout comme on pense que le yoga et le pranayama améliorent le statut de vata dosha, certains praticiens du yoga ont connu une activité vagale accrue, une amélioration des fonctions autonomes, de l’humeur et de la cognition [19]. Ces résultats cliniques suggèrent que le cerveau perçoit des interactions changeantes esprit-corps et qu’il module en conséquence l’activité parasympathique vagale et les fonctions neurales «supérieures». En effet, la «théorie polyvagale» propose des niveaux hiérarchiques d’activité vagale commençant par la régulation de l’homéostasie intestinale et se terminant par des fonctions de «neuroception» telles que la cognition, l’expression émotionnelle, la résilience et l’engagement social [20]. Jusqu’ici, la recherche clinique confirme la théorie polyvagale [21], [22].

Le vata dosha et le vagus régulent et intègrent des fonctions neurologiques vitales qui assurent la survie, l’homéostasie, la santé mentale et le comportement social. Aucun autre dosha ou nerf n’a de telles propriétés multifonctionnelles et de maintien de la vie (tableau 1). En effet, vata dosha et le vague peuvent être considérés comme des «connectomes» par excellence.

PQ-4: Vata dosha est principalement régulé au niveau de l’intestin. L’activité vagale dans le lien «intestin-cerveau» peut-elle être un biomarqueur des processus régulant le vata dosha?

Le vagus et le vata dosha sont des régulateurs majeurs de l’homéostasie intestinale. L’interaction entre l’intestin et le cerveau implique la communication entre le système nerveux entérique (ENS) et le SNA. Bien que l’ENS («second cerveau») contrôle indépendamment certaines fonctions gastro-intestinales [16], [23], de nombreuses interactions ENS-ANS se produisent via un lien «intestin-cerveau» physiologique et anatomique, qui fonctionne via des branches spécifiques du vagus [16], [23]. Ainsi, les branches afférentes du vagal gastrique et hépatique envoient des signaux au sujet de l’appétit, du stress, de la consommation de nourriture et de la composition de la nourriture, via le lien «intestin-cerveau» au cerveau. Le cerveau répond par des branches vagales efférentes qui signalent directement ou indirectement différents organes cibles en déclenchant la libération de certaines hormones entériques. Par conséquent, la signalisation vagale via le lien «intestin-cerveau» permet le maintien de l’homéostasie intestinale, la régulation de l’inflammation intestinale et certaines fonctions du système immunitaire [16], [19], [23], [24]. Récemment, ces mêmes fonctions ont été attribuées au «microbiome intestinal». Ce n’est pas une contradiction, car l’activité vagale dans le lien «intestin-cerveau» est fortement influencée par le microbiome intestinal [25], [26].

Pakwashaya (gros intestin) est le site de production quotidienne de vata dosha au cours de la dernière étape de la digestion («katu-avasthapaka»). Par conséquent, les fonctions vata ont leur origine dans l’intestin / koshta (tractus gastro-intestinal), appelé koshtasthavata. On en déduit que le koshtasthavata formé au niveau du pakwashaya influence l’apana vata, qui fonctionne au niveau du pakwashaya. Apana vata interagit ensuite avec samaana vata, car ces deux sous-types de vata fonctionnent à différents niveaux de koshta. Ahara rasa at koshta est converti en rasa dhathu, qui est transporté à hrudaya et transporté dans différentes parties du corps par vyana vata [[11] (Nidanasthana / Chapitre 20 / Verset 2)]. Par conséquent, vata dosha fonctionnant au niveau de koshta a un accès direct à ahara rasa et à rasa dhatu (produit final de la digestion). Pour ces raisons, l’homéostasie intestinale et l’état nutritionnel global dépendent de l’intégrité de koshta et de pakwashaya [13] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Verset 1)]. En conséquence, une anomalie prolongée de koshtasthavata peut entraver les fonctions de tous les sous-types de vata. Ainsi, les cinq sous-types de vata dosha requièrent de la nourriture et du soutien du koshtasthavata-comme mentionné «panchatmake vayukoshte pradurbhavati» [[11] (Shareerasthana / Chapitre 6 / Verse 47)]. Ces principes suggèrent que l’intégrité du praana vata dépend du fonctionnement normal du koshtasthavata, qui revêt une importance particulière pour l’apana vata, puisque pakwashaya est le site régulateur crucial de vata dosha.

L’inhibition du nerf vagal est un traitement approuvé de l’obésité et vata dosha anormal joue un rôle dans l’obésité («ati-sthoulya»). Sur la base des résultats d’études chez l’animal et d’un essai clinique à long terme, la USA-FDA a approuvé le traitement par blocage vagal (vBLoc®) en tant que nouveau traitement de l’obésité [31]. Bien que l’atteinte de kapha dosha et de medo dhathu soit liée à l’obésité / ‘ati sthoulya’, l’une des conditions cardinales à la base de cette maladie est le ‘prabhootavata’ (activité accrue du vata dosha chez le koshta). Les augmentations pathologiques de l’appétit et de la digestion chez ‘ati-sthoulya’ sont dues à ‘prabhootavata’ plutôt qu’à un kapha dosha altéré [[27] (Sootrasthana / Chapitre 21 / Verset 4–5)]. Ainsi, en plus des méthodes qui pacifient kapha dosha et medo dhathu, les patients atteints de «ati sthoulya» reçoivent un régime alimentaire restreint et un teekshana basti pour pacifier le vata dosha [[27] (Sootrasthana / Chapitre 21 / Verse 21)]. En résumé, l’obésité est en partie due aux activités anormales de Vata Dosha et du vagus.

PQ-8: Sur la base de toutes les preuves ci-dessus, le vata dosha et l’activité vagale sont-ils corrélés ou liés de manière causale?

En raison du manque de données cliniques pertinentes, il n’ya pas de réponse concluante. Cependant, les preuves existantes sont résumées ci-dessous: Nous avons présenté quatre sources de données pour une relation corrélative entre l’activité de vata dosha et le nerf vague. Premièrement, les fonctions multifonctionnelles de vata dosha, indispensables au maintien de la vie, sont en corrélation avec le concept de «fonction connectome» de la fonction du nerf vague [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Versets 7–8)]. Deuxièmement, la vata dosha est essentielle au bien-être mental (niyanta, praneta cha manasa) [[6] (Sootrasthana / Chapitre 12 / Versets 7–8)] et la théorie polyvagale propose des fonctions de neuroception similaires pour le nerf vague [20]. , [21], [22]. Troisièmement, l’activité vagale dans le lien «intestin-cerveau» est un biomarqueur candidat approprié du site régulateur de vata dosha (pakwashya). Le quatrième élément de preuve corrélatif concerne le processus de vieillissement. On pense que Vata dosha s’affaiblit avec l’âge, et des études cliniques mesurant le VRC indiquent une diminution du tonus vagal liée à l’âge [36].

Relation causale entre vata dosha et activité vagale: Trois éléments de preuve corroborent un lien de causalité entre vata dosha et le nerf vague. Premièrement, les tableaux 1 et 2 suggèrent que les similitudes fonctionnelles entre le vata dosha et le nerf vague représentent un lien de causalité entre ces 2 entités. Un test pragmatique de ce lien de causalité consiste à déterminer si la modulation de l’activité vagale est thérapeutique pour les maladies causées par une vata dosha aggravée. Par conséquent, le deuxième lien de causalité est la similitude frappante entre les maladies attribuées à la vata dosha altérée et les maladies dans lesquelles la stimulation ou l’inhibition du nerf vagal offre des avantages thérapeutiques (tableau 2 et section PQ-7). Le troisième lien de causalité est le fait que vata dosha et le nerf vague peuvent être stimulés par le froid, un goût amer, des vomissements provoqués et des techniques de relaxation. Cependant, un lien de causalité entre vata dosha et le nerf vague peut être conditionnel. Par exemple, la causalité peut être limitée aux patients à certains stades de maladies spécifiques. La causalité peut aussi être conditionnelle si l’anomalie du nerf vagal est l’un des facteurs responsables de troubles spécifiques liés au vata dosha.

3. Conclusion

Le rôle du nerf vague parasympathique dans le maintien de la survie et de l’homéostasie est connu depuis des décennies. Cependant, le rôle crucial du vague dans le contrôle intégré des réseaux mentaux et physiologiques régulant l’homéostasie intestinale, le statut métabolique, l’inflammation, l’immunité, le bien-être physique, la santé mentale et le comportement social; a récemment émergé. Depuis le premier rapport sur la stimulation du nerf vagal en 1988, des milliers de patients ont suivi un traitement par SNV et plus de 100 000 années-patients d’expérience ont été accumulées dans le monde entier [17], [18], [34], [35]. De même, l’ayurveda a diagnostiqué et traité avec succès des troubles liés au vata dosha pendant des siècles. Si la relation entre l’activité vagale et le statut de vata dosha est corrélative, causale ou conditionnelle; le sujet mérite des recherches pour plusieurs raisons. Premièrement, les méthodes de mesure de l’activité vagale et de vata dosha sont bien établies et sont testées et validées par des essais cliniques réussis dans les deux systèmes de médecine. Par conséquent, de nouveaux essais cliniques permettant d’évaluer les liens possibles entre les activités de vata dosha et du vagus sont réalisables. Deuxièmement, l’analyse de l’état de prakriti et de dosha des patients sous traitement par SNV peut fournir des informations précieuses sur les caractéristiques cliniques des répondeurs par rapport aux non-répondeurs. Troisièmement, le VRC (biomarqueur de l’activité vagale cardiaque) est une cible thérapeutique reconnue pour plusieurs maladies [14], [32], [33], [34], [35] et est mesuré avec précision par certains capteurs portables [22]. ]. Par conséquent, les études cliniques examinant la relation entre le VRC et différents paramètres de vata dosha, peuvent être directement applicables à la médecine personnalisée. En effet, une étude a révélé que le traitement ayurvédique de la dépression augmentait la VHR (activité vagale cadiaque) [37].

En résumé, il existe suffisamment de preuves pour émettre l’hypothèse que l’activité du nerf vagal est un biomarqueur candidat spécifique et approprié pour certaines fonctions vitales de vata dosha. Les recherches qui testent cette hypothèse pourraient contribuer à la réalisation d’essais cliniques centrés sur l’ensemble de la personne et donner une impulsion à la recherche clinique en médecine personnalisée et intégrative [38].

Funding sources

None.

Conflicts of interest

None.

References

[25]

M.M. Buckley, D. O’MalleyDevelopment of an ex vivo method for multi-unit recording of microbiota-colonic-neural signaling in real time
Front Neurosci (12) (2018), p. 112

[26]

B. Bonaz, T. Bazin, S. PellissierThe vagus nerve at the interface of the microbiota-gut- brain Axis
Front Neurosci (12) (2018), p. 49

[27]

Jadavji Trikamji Vaidya (Ed.), Charaka samhita of agnivesa (1st ed.), Chaukhambha Surbharati Prakashan, Varanasi (2014)

[28]

M.K. Boettger, K.J. Bär, A. Dohrmann, H. Müller, L. Mertins, N.H. Brockmeyer, et al.Increased vagal modulation in atopic dermatitis
J Dermatol Sci, 53 (1) (2009), pp. 55-59

[29]

H. Li, Y.P. WangEffect of auricular acupuncture on gastrointestinal motility and its relationship with vagal activity
Acupunct Med (1) (2013), pp. 57-64

[30]

K.L. TeffCephalic phase pancreatic polypeptide responses to liquid and solid stimuli in humans
Physiol Behav, 99 (3) (2010), pp. 317-323

[31]

C.M. Apovian, S.N. Shah, B.M. Wolfe, S. Ikramuddin, C.J. Miller, K.S.. Tweden, et al.Two-year outcomes of vagal nerve blocking (vBloc) for the treatment of obesity in the ReCharge trial
Obes Surg (1) (2017), pp. 169-176

[32]

M.W. Chapleau, R. SabharwalMethods of assessing vagus nerve activity and reflexes
Heart Fail Rev, 16 (2) (2011), pp. 109-127

[33]

P.V.G. Kumar, S. Deshpande, H.R. NagendraTraditional practices and recent advances in Nadi Pariksha: a comprehensive review
J Ayurveda Integr Med (2017), pp. 1-8

[34]

H.C. Routledge, S. Chowdhary, J.N. TownendHeart rate variability – a therapeutic target?
J Clin Pharm Ther, 27 (2) (2002), pp. 85-92

[35]

L.R. Johnson, C.G. WilsonA review of vagus nerve stimulation as a therapeutic intervention
J Inflamm Res (11) (2018), pp. 203-213

[36]

C.M. Masi, L.C. Hawkley, E.M. Rickett, J.T. CacioppoRespiratory sinus arrhythmia and diseases of aging: obesity, diabetes mellitus, and hypertension
Biol Psychol, 74 (2) (2007), pp. 212-223

[37]

R.K. Kishore, H.A. Abhishekh, K. Udupa, J. Thirthalli, G.S. Lavekar, B.N. Gangadhar, et al.Evaluation of the influence of ayurvedic formulation (Ayushman-15) on psychopathology, heart rate variability and stress hormonal level in major depression (Vishada)
Asian J Psychiatr (12) (2014), pp. 100-107

Peer review under responsibility of Transdisciplinary University, Bangalore.