Blog

Perspectives de l’Ayurveda

Élargir les perspectives de la santé dans le monde – Perspectives d’AYUSH et de la médecine intégrative

Au cours des deux dernières décennies, il y a une compréhension croissante, à l’échelle mondiale, de l’interdépendance de la santé et du bien-être humains avec ceux de la santé animale et d’un environnement sain. Cela a abouti à diverses perspectives politiques et communautés de pratique en santé mondiale, telles que «Environnement et santé», «Une santé», «Santé planétaire», «Biodiversité et santé», «Santé écologique», «Changement climatique et santé». ‘,’ Conservation Health ‘et ainsi de suite. La 71e Assemblée mondiale de la Santé, qui s’est récemment clôturée du 20 au 26 mai, a examiné ces grands facteurs environnementaux et sociaux et les perspectives émergentes de la santé [1], [2].

Beaucoup de choses ont été écrites et discutées récemment sur ce paysage sanitaire plus vaste. Une étude récente suggère que 22% de la charge mondiale de maladies dans les pays économiquement pauvres est liée à des facteurs environnementaux [3]. État des connaissances sur la biodiversité et la santé publié en 2015 par le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (SCBD) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) évalue les liens multiples et met en évidence le lien existant entre la biodiversité et la santé dans divers domaines thématiques, y compris la médecine traditionnelle et produits naturels de santé et de nutrition [4].

Les liens entre la santé humaine, animale et environnementale sont mieux compris avec l’émergence de «One Health». En 2010, l’OMS a conclu un accord tripartite avec l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). L’approche «One Health» se concentre principalement sur les risques associés aux facteurs animaux et environnementaux, en se fondant sur les récits des nouvelles maladies infectieuses émergentes ainsi que sur le fardeau économique mondial qui en découle; pourtant, cela offre une énorme opportunité pour une collaboration intersectorielle globale en matière de santé humaine, animale et environnementale. La récente épidémie de virus mortel Nipah au Kerala en est un exemple typique. Les estimations suggèrent que plus de 60% des organismes infectieux qui affectent l’homme sont d’origine zoonotique [5]. Cette perspective, issue d’approches telles que Médecine comparée et One Medicine, a par la suite été transformée en One Health, principalement inspirée par les communautés des sciences vétérinaires et de la santé publique, et est restée essentiellement une entreprise universitaire. Le champ d’application comprend l’agriculture, la sécurité alimentaire, la nutrition, l’élevage et les sciences vétérinaires, la résistance antimicrobienne, les maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes, les zoonotiques, les polluants, la santé environnementale, la médecine de conservation, l’entomologie, les systèmes hydriques, commerce mondial, changement climatique, biodiversité et écosystèmes, dégradation des sols, médecine intégrative, santé publique, conservation de la vie sauvage [6], ainsi qu’à des dimensions plus subtiles telles que la santé mentale, le développement spirituel et cognitif, les expériences récréatives et esthétiques, les valeurs thérapeutiques de paysages et écosystèmes, entre autres. Selon Zinsstag [7], «tandis que la diversité disciplinaire grandit dans One Health, les vétérinaires et les praticiens de la santé publique constituent actuellement la majorité du domaine et se concentrent généralement sur les maladies transmissibles, la sécurité alimentaire, la nutrition et la résistance antimicrobienne. carrément au carrefour de la santé humaine et animale. »Cela a également des similitudes étroites avec l’approche« Eco-Santé »; Là où One Health se concentre sur les maladies à l’interface homme-animal ou sur les maladies d’origine alimentaire, Eco-santé se concentre également sur des questions plus vastes telles que le changement climatique et les liens avec les écosystèmes.

La santé planétaire est un autre point de vue, issu des perspectives de développement et de durabilité «frontières ou limites planétaires», qui prend un nouvel élan après le rapport de la Commission Rockefeller Foundation-Lancet [8]. Cela a même conduit à un Lancet Planetary Health Journal.

Ces nouvelles perspectives vont au-delà des notions traditionnelles d’accès à la santé et réaffirment la définition de la santé donnée par l’OMS comme étant «un état de complet bien-être physique, mental et social, et pas simplement l’absence de maladie ou d’infirmité». Elles ont permis de mieux comprendre les déterminants. et les moteurs de la santé et du bien-être durables et de leurs liens essentiels, ouvrant de nouveaux espaces pour l’éducation, la recherche et le développement et la coopération internationale. Ils ont également signalé les possibilités méthodologiques de la pensée systémique, de la transdisciplinarité, de l’apprentissage social fondé sur des problèmes, entre autres. Pourtant, l’une des critiques a été que chacune de ces perspectives perçoit la réalité sous un angle spécifique et est souvent réduite au silence dans ses efforts pratiques.

 

  1. Santé, bien-être et interconnexion – Perspectives AyurvedaComment AYUSH doit-il assimiler ce paysage de la santé mondiale et de la santé publique de plus en plus diversifié et élargi? Depuis les premières périodes de la littérature codifiée (ou même de la période védique) dans le sous-continent indien, cette perspective holistique de la coexistence et de la santé est bien décrite dans la littérature classique. L’Ayurveda a toujours adopté une approche conceptuelle globale de Svasthya (bien-être). Cela découle des prémisses de l’interdépendance des mondes extérieurs (loka) et intérieur (purusha), comme en témoigne la manière dont l’Ayurveda et les traditions de santé locales indiennes abordent le svasthya dans le contexte des écosystèmes, de la géographie, de la culture, des saisons et de la diversité alimentaire. autres facteurs [9]. Les références sur les épidémies (Janapadodhvamsa) ou les aspects sociaux de la gouvernance dans la littérature classique sur l’Ayurveda montrent également comment la destruction des écosystèmes environnementaux et sociaux peut conduire à des morbidités d’échelle. De même, pour différentes pathologies individuelles, l’Ayurveda identifie des déterminants environnementaux aussi bien que socioculturels. Parallèlement à la perspective One Health, l’Ayurveda a historiquement élargi son champ d’application au mrigayurveda (santé animale) et au vrikshayurveda (santé végétale) à travers une vaste littérature couvrant près de trois millénaires. Bien qu’il n’y ait pas de parallèles exacts, il existe des similitudes conceptuelles dans les approches de ces perspectives émergentes.Pertinence pour l’Ayurveda et la médecine intégrative

    Des organisations multilatérales telles que l’OMS s’efforcent d’intégrer la politique de santé dans toutes les politiques (HIAP) en vue d’améliorer la coordination intersectorielle à plusieurs niveaux de gouvernance en matière de santé [10]. Les développements politiques en Inde dans ce domaine sont restés fragmentés et élémentaires. La Politique nationale de la santé 2017, tout en faisant référence à la nutrition, à l’hygiène et à un environnement sain comme conditions nécessaires à une santé et à un bien-être optimaux, reste muette sur ces perspectives émergentes. Il est temps de réfléchir aux domaines dans lesquels l’Ayurveda et la médecine intégrative pourraient jouer un rôle dans ce scénario futuriste.

    2.1. Réduction de l’utilisation d’antibiotiques et d’autres produits chimiques

    La résistance microbienne aux antibiotiques est un problème croissant qui menace les humains et les animaux à travers le monde et qui a conduit à des efforts pour la gestion des antibiotiques. Une étude de 2015 intitulée «Tendances mondiales de l’utilisation des antimicrobiens chez les animaux destinés à l’alimentation», publiée dans le compte rendu de la revue Actes de la National Academy of Sciences [11], suggère une augmentation de 67% de l’utilisation d’antibiotiques dans les soins vétérinaires d’ici 2030. L’étude indique que la consommation d’antibiotiques augmentera de 99% dans les pays BRICS (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud) au cours de la même période en raison de l’intensification de la production. Il avertit que cela pourrait entraîner des problèmes tels que la résistance et constituerait une menace sérieuse pour la préservation de l’efficacité des antibiotiques [12].

    Un domaine d’intervention potentiel pour la médecine intégrative et les systèmes AYUSH serait d’explorer et de faire avancer la recherche appropriée pour l’application de formulations traditionnelles pour la gestion préventive, curative et promotionnelle de la santé afin de réduire les antibiotiques et autres produits chimiques utilisés pour la santé humaine, l’élevage et l’agriculture. . Bien que des efforts aient été faits pour trouver des alternatives ou minimiser l’utilisation d’antibiotiques [13], la contribution de la communauté AYUSH a été insignifiante. Il convient de noter que l’Université transdisciplinaire a fait des efforts préliminaires pour appliquer les formulations à base de plantes traditionnelles dans la mammite, montrant ainsi le potentiel de telles pratiques pour réduire l’utilisation d’antibiotiques et la contamination chimique entraînant une amélioration de la qualité du lait grâce à l’approche de l’élevage naturel [14].

    2.2. Réflexions critiques sur les nouveaux domaines de recherche et de médecine intégrative

    Outre la résistance microbienne, la pollution, les pesticides et d’autres produits chimiques entraînent l’accumulation de toxines dans la chaîne alimentaire, les expositions aux produits chimiques, la modification de la composition microbienne, la modification des voies immunitaires en tant que cause potentielle de maladies respiratoires et respiratoires chroniques. maladies allergiques, tumeurs malignes, affections rénales et plusieurs autres maladies non transmissibles [15]. Étant donné que l’Ayurveda peut contribuer de manière significative à la gestion des MNT, il est important de développer des approches de santé publique pour la prévention et la gestion basées sur les principes AYUSH. Les concepts de l’Ayurveda, tels que le dushi visha et le gara visha, qui pourraient contribuer à une lente ingestion de toxines par la nourriture, l’eau ou l’air, restent inexplorés. Annasvaroopa vijnaneeya et annaraksha viddhi traitent de la diversité alimentaire et de la sécurité sanitaire des aliments en relation avec le bien-être. L’Ayurveda a un besoin urgent de récupérer et de revitaliser plusieurs de ses messages centraux en matière de santé publique en allant au-delà du développement clinique et orienté produit qui domine aujourd’hui la profession.

                2.3. Études dans des domaines tels que mrigayurveda et vrikshayurveda

Il existe une vaste littérature inexplorée sur le mrigayurveda et le vrikshayurveda datant de 1800 avant JC jusqu’à 1725 de notre ère. Bien que la littérature sur le mrigayurveda se concentre principalement sur les animaux domestiques, elle décrit clairement les principes et pratiques d’interrelation entre la vie animale et la vie humaine à travers des principes partagés de l’Ayurveda. Ils couvrent divers aspects tels que les maladies animales et leur gestion; pharmacologie des plantes; la gestion des animaux, y compris l’alimentation; élevage et races entre autres. De même, la littérature sur le vrikshayurveda, principalement axée sur l’agriculture, fait référence aux écosystèmes sauvages et à leurs liens avec la santé humaine. Il aborde également les protocoles de sécurité pour le système de production allant des semences et du matériel de plantation aux méthodes d’approvisionnement en eau, en passant par l’utilisation d’engrais et de pesticides sûrs, menant à une production sûre et de qualité. Considérant que l’Ayurveda institutionnalisé est aujourd’hui resté largement dans le domaine de la santé humaine, d’autres domaines pourraient constituer une source potentielle pour faire progresser l’approche One Health du point de vue de l’Ayurveda. Les progrès technologiques dans des domaines tels que les modifications génétiques et les organismes vivants modifiés posent également de nouveaux défis / opportunités dans ces domaines.

2.4. Centres de santé et de santé communautaires via AYUSH

Le pays s’oriente vers la mise en œuvre des centres de santé et de bien-être, comme indiqué dans la politique nationale de la santé de 2017, qui pourrait éventuellement procéder à une planification au niveau micro des déterminants environnementaux et sociaux directs et indirects du mode de vie et leurs liens intersectoriels et une planification appropriée des interventions par le biais d’une coordination interministérielle. Bien que le rôle d’AYUSH dans la mise en œuvre des centres de bien-être n’est pas encore bien défini, il est temps de réfléchir aux capacités institutionnelles et individuelles nécessaires pour créer un réseau de centres de santé Community One par le biais d’une approche AYUSH. Cela pourrait également documenter les pratiques de santé traditionnelles de la communauté sous la forme de pharmacopées locales, créer des jardins communautaires et des centres de ressources d’apprentissage pour la santé, l’alimentation et la nutrition, en vue de créer des activités de promotion de la santé fondées sur des bases factuelles basées sur un modèle de santé ‘centré sur la personne et autonome’ . Divers efforts de conservation des plantes médicinales, de santé communautaire et de moyens de subsistance en milieu rural entrepris au cours des deux dernières décennies en Inde pourraient bien être en synergie avec cette approche.

3. Conclusion

Le point de vue de l’Ayurveda sur l’interdépendance de la santé et du bien-être repose sur une perspective holistique de la coévolution et de l’interconnexion dans le microcosme et le macrocosme. Ceci diffère de la perception fondamentale du risque de One Health ou de la pathologie liée. Ce domaine élargi de la santé et du bien-être pourrait faire émerger de nombreux domaines d’éducation, de recherche et développement et de nouvelles formes de collaboration internationale. Une réflexion en profondeur des perspectives des connaissances traditionnelles et des projets en cours peut aider à créer une stratégie et un cadre institutionnel enracinés dans AYUSH et la médecine intégrative.

Sources de financement

Aucun.

Conflit d’intérêt

Aucun.

 

 

 

References

[1]

World Health OrganizationHealth, environment and climate change

Seventy-First World Health Assembly

(2018), p. p. A71/10

http://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA71/A71_10-en.pdf

[2]

World Health OrganizationHealth, environment and climate change – human health and biodiversity

Seventy-First World Health Assembly

(2018), p. p. A71/11

http://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA71/A71_11-en.pdf

[3]

  1. Pruss-Ustun, J. Wolf, C. Corvalan, T. Neville, R. Bos, M. NeiraDiseases due to unhealthy environments: an updated estimate of the global burden of disease attributable to environmental determinants of health

J Public Health, 39 (2017), pp. 464-475

View Record in Scopus

[4]

World Health OrganizationConvention on biological diversity

Connecting Global Priorities: Biodiversity and Human Health

(2015)

https://www.cbd.int/health/SOK-biodiversity-en.pdf

[5]

  1. Ryu, B.I. Kim, J.-S. Lim, C.S. Tan, B.C. ChunOne health perspectives on emerging public health threats

J Prev Med Public Health, 50 (6) (2017), pp. 411-414

CrossRefView Record in Scopus

[6]

American Veterinary Medical AssociationOne health: a new professional imperative. One health initiative task force: final report

(2008)

https://www.avma.org/KB/Resources/Reports/Documents/onehealth_final.pdf

[7]

  1. ZinsstagConvergence of ecohealth and one health

EcoHealth, 9 (4) (2012), pp. 371-373

CrossRefView Record in Scopus

[8]

  1. Horton, S. LoPlanetary health: a new science for exceptional action

Lancet, 386 (10007) (2015), pp. 1921-1922

Article

Download PDFView Record in Scopus

[9]

  1. PayyappallimanaHealth and wellbeing in Indian local health traditions
  2. Morandi, A.N.N. Nambi (Eds.), An integrated view of health and well-being: bridging Indian and western knowledge, Springer-Netherlands, Dordrecht (2013), pp. 99-112

CrossRefView Record in Scopus

[10]

World Health OrganizationHealth in All Policies – the helsinki statement – framework for country action

(2014)

http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/112636/9789241506908_eng.pdf?sequence=1

[11]

  1. Van Boeckel, C. Brower, M. Gilbert, B. Grenfell, S. Levin, T. Robinson, et al.Global trends in antimicrobial use in food animals

Proc Natl Acad Sci, 112 (18) (2015), pp. 5649-5654

CrossRefView Record in Scopus

[12]

CDDEPGlobal livestock antibiotic use expected to increase 67% by 2030

(2015)

https://www.cddep.org/blog/posts/global_livestock_antibiotic_use_expected_increase_67_2030/

[13]

  1. Czaplewski, R. Bax, M. Clokie, M. Dawson, H. Fairhead, V. Fischetti, et al.Alternatives to antibiotics—a pipeline portfolio review

Lancet Infect Dis, 16 (2016), pp. 239-251

Article

Download PDFView Record in Scopus

[14]

M.J. Groot, K.E. van’t HooftThe hidden effects of dairy farming on public and environmental health in The Netherlands, India, Ethiopia, and Uganda, considering the use of antibiotics and other agro-chemicals

Front Public Health, 4 (2016), p. 12

View Record in Scopus

[15]

World Health OrganizationPreventing noncommunicable diseases (NCDs) by reducing environmental risk factors

(2017)

http://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/258796/WHO-FWC-EPE-17.01-eng.pdf?sequence=1