Blog

L’AYUSH

L’AYUSH pour une nouvelle Inde: vision et stratégies

( Ayush pour Ayurveda, yoga et naturopathie, unani – ancienne médecine galénique – siddha et  homéopathie)  

 

  1. Origines  :   Le Centre de santé complémentaire et intégrative (CCIH) de l’Université Savitribai Phule Pune (SPPU), de Pune a organisé le 4 août 2017 un symposium national intitulé «Recherche AYUSH pour une nouvelle Inde: vision et stratégies». La Politique nationale de la santé (PNS) 2017 a fortement préconisé d’intégrer le potentiel d’AYUSH en santé publique. Le symposium a suivi les recommandations des PSN qui mettent en évidence les stratégies visant à atteindre les objectifs de santé nationaux par le biais de pratiques d’intégration fondées sur des protocoles, la création de preuves scientifiques des pratiques AYUSH et la nécessité de renforcer les capacités en utilisant la masse critique de professionnels compétents grâce à une éducation de qualité. Compte tenu de ces points, le symposium s’est concentré sur la valeur de la recherche AYUSH pour une mise en œuvre efficace du programme de santé naturelle 2017 afin de réaliser le rêve de la nouvelle Inde. De nombreux scientifiques et personnalités éminentes de divers secteurs, dont AYUSH, la biomédecine, les sciences humaines et diverses autres disciplines scientifiques, ont assisté à la réunion.

 

 

  1. Le symposium  :   La séance inaugurale a donné le ton au symposium. Le Dr Bhushan Patwardhan, directeur du CCIH, a félicité le ministère de la Recherche pour la santé (DRH) pour diverses réformes et a souligné la nécessité d’élaborer une stratégie pour la mise en œuvre effective du programme de santé naturelle 2017 et une feuille de route claire pour répondre aux besoins en matière de santé de New India. La D re Soumya Swaminathan (alors directrice générale de l’ICMR et secrétaire du Département de la recherche en santé) a partagé la Vision 2030 de l’ICMR qui repose sur cinq piliers importants, à savoir. développement des ressources humaines, développement des référentiels de données, interface des pratiques et des données probantes, traduction des données probantes en politiques et mise à profit des connaissances traditionnelles. Tous jouent un rôle important dans la transformation du scénario de la santé en Inde. Elle a discuté du besoin de plans visionnaires et stratégiques pour démontrer l’impact des approches de santé intégratives. Le Dr Rajesh Kotecha (secrétaire d’état du ministère de l’AYUSH) a pris la parole et a actualisé les initiatives du ministère AYUSH visant à améliorer la qualité, la transparence de la gouvernance et le renforcement des capacités. Il a souligné l’engagement du ministère pour le progrès du secteur. Les secrétaires DHR et AYUSH ont indiqué un engagement mutuel et des mesures pour intégrer le potentiel d’AYUSH à une Inde en meilleure santé.Le Dr Nitin Karmalkar (Vice-chancelière, SPPU) a présidé la séance inaugurale et assuré le soutien de l’Université aux activités de recherche et de formation AYUSH

  3. Consultation thématique

Plus de 100 experts représentant les systèmes AYUSH, les disciplines de la santé publique, de la biomédecine et des sciences ont assisté à la réunion consultative nationale pour discuter de la vision et des stratégies de la recherche AYUSH. La consultation a couvert d’importantes dimensions de la recherche AYUSH dans les groupes thématiques suivants:

1. Points forts de la politique de santé nationale pour la recherche AYUSH

2. Priorités nationales pour la recherche AYUSH

3. Stratégies de renforcement des capacités de recherche

4. Stratégies de recherche pour AYUSH en santé publique

5. Stratégies pour la recherche intégrative et la traduction

Afin de tirer le meilleur parti du temps précieux des délégués invités, les animateurs des groupes thématiques ont travaillé avec des experts avant le symposium. Les groupes ont échangé leurs idées et leurs documents au moyen de discussions en ligne et de téléconférences, sur la base desquelles des documents de travail et des notes ont été élaborés avant la consultation et des stratégies relatives à des thèmes respectifs ont émergé de cet exercice. Les points clés des consultations thématiques sont les suivants:

3.1. Points forts de la politique nationale pour la recherche AYUSH

Ce groupe comprenait de nombreux scientifiques de haut niveau et de hauts responsables du ministère AYUSH. Les participants ont discuté de l’élaboration du cadre de mise en œuvre des recommandations de 2017 sur les PSN. Compte tenu de la riche tradition indienne de pluralisme médical, le groupe a appelé à une compréhension claire du pluralisme et de l’intégration. Le groupe a discuté de manière générale des stratégies et des principes pour la promotion de la recherche AYUSH. L’accent a été mis sur les mécanismes visant à améliorer la compréhension et les échanges entre les conseils de recherche et à élaborer un programme interministériel. Le groupe a ressenti le besoin de créer un paradigme alternatif pour la recherche qui soit acceptable pour la communauté moderne. L’élaboration d’un lexique pour communiquer entre les secteurs scientifiques a été ressentie.

La génération de preuves et la recherche doivent répondre aux besoins des utilisateurs finaux et aux demandes croissantes des consommateurs. Les stratégies de recherche axées sur l’utilisateur final sont considérées comme une priorité importante. L’intégration des services de santé au niveau local avec un accès amélioré est un besoin urgent. Des recherches sont également nécessaires pour la planification et la mise en œuvre au niveau micro. Il devrait donner la priorité à l’amélioration de la qualité, du système d’assurance de la sécurité des services et des produits grâce à une approche système globale prenant en compte l’épistémologie d’AYUSH. L’évolution de la transition démographique appelle un cadre de santé intégratif, en particulier pour relever le défi des maladies non transmissibles. La recherche devrait donner la priorité à l’étude des médicaments classiques utilisés depuis longtemps. Compte tenu des pratiques communautaires, il est nécessaire de mener des recherches sur les connaissances tribales et de générer des preuves par le biais d’études systématiques sur la documentation des expériences cliniques. La recherche sur les systèmes de production durables et les chaînes de valeur est importante du point de vue des consommateurs. Des stratégies visant à renforcer les collaborations internationales et les publications scientifiques sont également nécessaires.

Le groupe a ensuite discuté du besoin et des approches pour améliorer AYUSH et l’éducation médicale, qui constituent le fondement d’une recherche de qualité. Les cours de base, de base et de transition dans les systèmes AYUSH et dans les systèmes médicaux doivent être conçus. Les initiatives de formation innovantes telles que le programme Vaidya-Scientist doivent être encouragées.

3.2. Priorités nationales pour la recherche AYUSH

Le groupe s’est concentré sur les critères permettant de définir les priorités de recherche et a recommandé que ces priorités soient basées sur les statistiques de la santé et les besoins non satisfaits. se concentrer sur les aspects préventifs et promotionnels de la santé, stimuler la recherche fondamentale, promouvoir la culture de partenariat public-privé, accroître l’acceptation mondiale et la rentabilité des systèmes AYUSH.

Les priorités peuvent être classées comme des recherches sur la santé, les concepts et les médicaments. Les priorités liées à la recherche en santé comprennent l’exploration de données et la constitution de preuves cliniques grâce à la documentation et à son examen par un comité indépendant. Le volet recherche doit être interdisciplinaire et suivre des approches globales avec une médecine préventive, promotionnelle et personnalisée. Le groupe a recommandé que la recherche sur certaines maladies pouvant donner lieu à une action comprenne des approches dites «omiques» permettant d’étudier les réactions et les effets indésirables d’interventions et de comprendre la biologie moderne. Les domaines de recherche doivent être hiérarchisés en tenant compte des atouts des systèmes AYUSH dans les stratégies de prévention des maladies non transmissibles et du vieillissement en bonne santé, ainsi que de la promotion de la santé maternelle et infantile. Reconnaissant l’historique de la pratique clinique des systèmes AYUSH, les approches de pharmacologie inverse et de pharmacognosie inverse devraient être adoptées.

L’amélioration de la qualité de vie, l’étude de la taxonomie des maladies, les approches intégratives entre les systèmes AYUSH et les impacts environnementaux sur la santé et les maladies, la recherche sur les concepts de l’Ayurveda (Dosha, Dhatu Ojas), le profilage pharmacologique des concepts de Rasa, Dravya , Guna et Karma, des études sur Aushadh qui vont au-delà de la drogue et explorent les effets de Satvavajaya et Daivavyapashraya Chikitsa et des recherches sur «l’Ayurmétrie», la mesure et la validation de paramètres est nécessaire pour la recherche clinique en Ayurveda. L’élaboration de directives pour l’établissement de rapports sur les recherches est l’une des priorités importantes. Le groupe a également discuté de l’initiation d’une recherche sur les méthodes de recherche et de l’élaboration de lignes directrices permettant de faire de la recherche AYUSH l’un des domaines prioritaires.

La recherche en matière de drogue, qui inclut des approches modernes pertinentes, examine les concepts de la biologie végétale par le biais d’approches «omiques», de chimiologie, de phyto-informatique, doit être initiée dans le contexte de la compréhension de l’Ayurveda. Les leçons tirées de projets tels que l’Initiative de leadership technologique indien du nouveau millénaire et les Initiatives scientifiques de l’Ayurveda suggèrent la nécessité d’une approche interdisciplinaire en tant que stratégie de recherche.

Les experts ont recommandé de renforcer les capacités en matière de méthodologie de recherche et de méthodes de recherche innovantes. Un groupe de travail et un comité d’examen de la recherche devraient être formés pour une coordination accélérée.

3.3. Stratégies de renforcement des capacités de recherche

Le groupe comprenait des chercheurs, des cliniciens et des académiciens. Ils ont discuté des initiatives et des approches de renforcement des capacités de recherche pour les institutions et des capacités de recherche liées au renforcement des compétences des ressources humaines disponibles. Les experts ont suggéré de créer un centre de ressources national pour la recherche sur l’Ayurveda en tant qu’organisme nodal pour la gouvernance de la recherche, qui fonctionnerait selon un modèle en étoile. Le centre disposera d’un organe consultatif scientifique dynamique pour la formation des chercheurs. Les formations doivent être obligatoires pour tous les guides de recherche. La coordination interministérielle au sein des instituts aura un impact sur une recherche efficace. Une politique et une stratégie de formation continue et à long terme des ressources humaines doivent être planifiées.

Peu d’experts ont également estimé que la recherche ne pouvait être une contrainte. Le renforcement des capacités de recherche devrait inclure des processus de développement des aptitudes à la recherche et une formation aux approches de recherche transdisciplinaires. Des modules de formation pour divers domaines de recherche et cadres de personnel devraient être développés. Le système doit offrir des incitations et des opportunités de carrière aux chercheurs. Le groupe a apprécié le programme actuel de bourses de doctorat lancé par le ministère AYUSH. Ce programme incitera certainement les étudiants à la recherche et leur donnera également l’occasion de poursuivre leurs recherches dans les instituts scientifiques traditionnels. Les programmes de bourses pour les chercheurs d’AYUSH et les sciences fondamentales sont nécessaires pour promouvoir l’érudition et le renforcement des capacités de recherche.

3.4. Stratégie de recherche pour AYUSH en santé publique

Le groupe comprenait des académiciens, des cliniciens et des décideurs. Les participants ont discuté de politiques, d’études de cas, d’expériences et de modèles de santé publique dans la perspective des concepts et de la philosophie d’AYUSH.

Les points forts des systèmes AYUSH doivent être mis en œuvre dans une perspective de santé publique. Il a été reconnu que les gens utilisent déjà les pratiques basées sur AYUSH. Anthropologiquement, il existe des liens étroits entre les grandes traditions de guérison (comme l’Ayurveda) et les petites traditions (approches sanitaires locales). Les systèmes AYUSH se concentrent sur les aspects préventifs et promotionnels et aident à comprendre les causes profondes des maladies, qui vont au-delà de la gestion conventionnelle. Chacun des systèmes AYUSH a ses propres forces, mais leurs combinaisons telles que l’Ayurveda et le Yoga peuvent améliorer les indicateurs de santé nationaux. Le secteur AYUSH a diverses possibilités de contribuer à la recherche en santé publique. Le PSN 2017 met l’accent sur la médecine intégrative et les connaissances traditionnelles. Les atouts des collèges AYUSH devraient être utilisés dans le contexte de la santé publique. Les installations AYUSH regroupées et autonomes dans le cadre de NRHM deviennent efficaces dans de nombreux États.

Les domaines prioritaires du point de vue de la santé publique sont les modes de vie et les maladies non transmissibles, l’anémie, les soins prénatals, postnatals et néonatals et les soins gériatriques. La médecine moderne a des limites dans ces domaines et les atouts des systèmes AYUSH tels que la protection et la promotion de la santé peuvent être utilisés. Il est nécessaire d’explorer les concepts de Swasthavritta, Dinacharya, Ritucharya et Sadvritta pour améliorer la santé de la communauté. Les stratégies de recherche doivent inclure la documentation des pratiques et des expériences d’intégration d’AYUSH et de la santé publique. Les expériences d’ONG, de praticiens et de programmes gouvernementaux devraient être étudiées. L’intégration d’AYUSH à la santé publique nécessite un lien avec les sciences sociales. Il sera utile d’évaluer systématiquement les besoins en santé publique et les ressources disponibles.

Les défis incluent des positions épistémologiques variées d’une discipline à l’autre (soins néonatals, par exemple), un manque de rigueur dans la recherche, un manque de soutien de la part du service de santé, des incitations aux pratiques AYUSH, une intégration négligeable à absente de la politique d’AYUSH avec le service de santé publique et une exposition limitée des étudiants AYUSH. en santé publique.

Ces défis peuvent être résolus par des efforts systématiques et stratégiques tels que la formation des diplômés en matière de santé publique et méthodologie de recherche, l’élaboration de modules de formation, la définition des mesures de résultats et l’élaboration de protocoles AYUSH, pouvant être administrés par le système de santé publique, la mise en place d’études de cohortes pour les interventions AYUSH. pour les résultats de santé. Il est nécessaire de commencer à enseigner les concepts AYUSH de Swasthavritta à partir du niveau de l’école. Un réseau d’épidémiologie AYUSH est nécessaire pour générer des données épidémiologiques dans le contexte des concepts et de la construction AYUSH.

3.5 Stratégies de recherche intégrative et de traduction

Le groupe comprenait des scientifiques, des enseignants, des praticiens et des représentants de l’industrie. La recherche intégrative en tant qu’approche multidisciplinaire de la résolution de problèmes faisant appel à de multiples sciences a été discutée. La recherche intégrative comprend les sciences modernes et les domaines AYUSH, ainsi que leur intégration verticale, horizontale et tangentielle. Il comprend la traduction de la recherche fondamentale en thérapies réelles pour les patients, le lien du laboratoire de recherche au chevet du patient sans aucune déconnexion. La traduction fait référence à «un laboratoire à une clinique à une industrie à une politique à une population». Ainsi, le groupe a discuté des défis et des solutions possibles dans des domaines liés aux universitaires, à l’industrie, aux pratiques cliniques, à l’éducation du public et au renforcement des capacités.

Les défis pour les sciences de laboratoire incluent l’approche réductionniste, la génération de preuves, le traitement des questions de propriété intellectuelle relatives à AYUSH et des questions relatives à l’évaluation préclinique des produits AYUSH. Le groupe a estimé que les approches réductionnistes sont partiellement utiles pour l’analyse du composé cible, une réflexion multidisciplinaire / un plan expérimental peuvent répondre aux défis liés aux preuves, et un débat est nécessaire pour trouver les modèles appropriés d’évaluation préclinique. Le groupe a suggéré que le développement des services consultatifs en matière de propriété intellectuelle et de réglementation constitue un sujet distinct qui nécessite une discussion ciblée.

Les défis pour l’application clinique incluent comment combler le fossé en matière de preuves cliniques, élaborer des méthodologies appropriées, obtenir de nouvelles informations sur la physiopathologie de la maladie grâce aux modalités de traitement par AYUSH et mettre au point des thérapies combinées rationnelles pour des maladies non transmissibles telles que le cancer et le diabète. . Les problèmes liés à la hiérarchisation des questions de recherche et à la définition du niveau de preuve pour les applications cliniques sont également abordés. Le groupe a recommandé de se concentrer sur la pharmaco-épidémiologie AYUSH et la pharmacologie inverse, sur la nécessité d’une réflexion multidisciplinaire, sur le dialogue entre différents domaines de connaissance, sur la biologie ayurvédique et sur la nécessité d’une ouverture au débat et aux défis réglementaires.

Compte tenu de l’épistémologie, la nature des preuves peut être différente en tant que consensus, congruente et concurrente dans le cadre d’études cliniques. Les experts ont suggéré l’élaboration de protocoles communs pour les pratiques ayurvédiques par le biais de groupes de travail.

Les défis spécifiques à l’industrie sont de savoir comment inciter la participation de l’industrie et comment améliorer les problèmes liés à l’Ayurceutics. Celles-ci peuvent être résolues en créant un environnement réglementaire favorable, en relookant la politique nationale en matière de biodiversité, en élaborant des lignes directrices sur la recherche clinique sur le thème AYUSH, en encourageant les collaborations industrie-université, en développant des grappes AYUSH, en adoptant des modèles de financement réussis (par exemple, DBT-BIRAC), et créer un Office de la sécurité des aliments et de la nutrition distinct pour les problèmes spécifiques de l’industrie.

Les préoccupations relatives à l’éducation et à l’acceptation du public concernent le transfert d’informations factuelles au grand public, la mise en place de mécanismes de suivi de la sécurité des parties prenantes et la création d’un pool de bases de données actualisées. On peut remédier à ce problème en améliorant la qualité des revues, en promouvant les publications de recherche intégrative, en fournissant des prix, des récompenses, des bourses pour la recherche intégrative, une couverture appropriée des résultats de la recherche par le biais des médias, en publiant des numéros spéciaux de revues réputées et en assurant un financement du secteur privé.

Le groupe a discuté des mesures de renforcement des capacités du secteur AYUSH. Des concepts de recherche interdisciplinaires devraient être introduits dans les programmes, la formation aux méthodologies de recherche et l’organisation d’ateliers thématiques peuvent être importantes pour la création de réseaux / consortiums de recherche interdisciplinaires.

4. Conclusion

Les groupes d’experts ont recommandé que le PSN 2017 soit mis en œuvre avec des approches inclusives et un esprit ouvert. Le ministère AYUSH a la meilleure politique, un leadership dynamique et l’environnement le plus favorable. Il est temps de démontrer le potentiel des systèmes AYUSH pour améliorer les indicateurs de santé. Le développement d’une masse critique de cliniciens et de chercheurs exceptionnels issus des sciences de la santé contemporaines et des systèmes AYUSH doit être une priorité. L’Inde a des institutions et des experts engagés dans les pratiques et la recherche d’AYUSH. L’utilisation d’AYUSH en communauté est un phénomène dynamique qui nécessite des recherches continues. Le défi pour toutes les parties prenantes est d’obtenir des résultats et de transformer l’état de santé des personnes grâce aux approches AYUSH. Une solide interface science-politique-pratique est nécessaire pour l’innovation et le développement d’AYUSH aujourd’hui. L’interface doit définir les priorités de recherche, les mécanismes de financement et la recherche sur le développement des ressources humaines, en passant des concepts aux pratiques. Un cadre efficace pour la mise en œuvre du PNS 2017 sera essentiel pour atteindre les objectifs attendus.

Le symposium était un effort modeste visant à créer un réseau scientifique pour la vision d’une nouvelle Inde en bonne santé. Il a été témoin de la confluence unique de trois générations d’experts AYUSH réunissant des leaders d’opinion visionnaires ayant une expérience et une sagesse riches, des enseignants et des scientifiques dotés d’une expertise et d’une passion de grande qualité, ainsi que de jeunes étudiants et chercheurs dotés d’un enthousiasme et d’un esprit novateur représentant les générations futures.

        Le symposium a été dédié à la regrettée Dr Sharadini Dahanukar en reconnaissance de ses contributions        fondamentales à la recherche sur l’Ayurveda.

Participants de groupes thématiques (noms par ordre alphabétique)

Points forts de la politique nationale pour la recherche AYUSH

Shri. Ajit Sharan, Ex-Secretary, Ministry of AYUSH, New Delhi.

Dr. B N Gangadhar, Director, NIMHANS, Bengaluru.

Prof. Darshan Shankar, Trans Disciplinary University, Bengaluru.

Prof. M K Sridhar, SVYASA University, Bengaluru.

Dr. Manoj Nesari, Advisor, Ministry of AYUSH, New Delhi.

Dr. Narendra Bhatt, Indian Association for Study of Traditional Asian Medicine, Mumbai.

Dr. Rajesh Kotecha, Special Secretary, Ministry of AYUSH, New Delhi.

Shri. Ranjit Kumar, Joint Secretary, Ministry of AYUSH, New Delhi.

Ms. Shailaja Chandra, Ex-Secretary, Dept. of ISM&H (AYUSH), New Delhi.

Dr. Soumya Swaminathan, then Secretary, Department of Health Research and then DG ICMR, New Delhi.

Shri Ranjit Kumar, Joint Secretary, Ministry of AYUSH, New Delhi.

Prof. T C James, Research and Information System for Developing Countries, New Delhi.

Dr. V M Katoch, Former Secretary, DHR and DG ICMR, New Delhi.

Dr Vijay Bhatkar (Chancellor, Nalanda university).

Dr. Girish Tillu, CCIH, Pune (Facilitator).

Dr. P M Unnikrishnan, United Nations University (Facilitator).

National priorities for AYUSH research

Dr. Ashok Vaidya, Director, Kasturba Health Society-Medical Research Centre, Mumbai.

Dr. Arvind Chopra, Director, Center for Rheumatic Diseases, Pune.

Dr. Debprasad Chattopadhyay, Director, ICMR-National Institute of Traditional Medicine, Belgavi.

Prof. K Sathyamoorthy, Director, School of Life Sciences Manipal University, Manipal.

Prof. Kalpana Joshi, Head, Biotechnology, Sinhgad College of Engineering, Pune.

Dr. Nirmala Rege, Professor, G S Medical College and KEM Hospital, Mumbai.

Dr. Ram Vishwakarma, Director, Indian Institute of Integrative Medicine, Jammu.

Dr. Rama Jaysundar, All India Institute of Medical Sciences, New Delhi.

Dr. S P Thyagarajan, Sri Ramachandra University, Chennai.

Dr. Passang Topchen, Central Council of Tibetan Medicine, Dharamsala.

Dr. Supriya Bhalerao, IRSHA, Pune (Facilitator).

Dr. Uma Chandran, CCIH, Pune (Facilitator).

Strategies for research capacity building

Prof. Bhushan Patwardhan, Director CCIH, SPPU, Pune.

Dr. Jayant Deopujari, Ayurveda Physician, Nagpur.

Dr. M S Baghel, Professor of Ayurveda, Jaipur.

Prof. Medha Deshpande, Ex-Professor of Economics, Pune.

Dr. Pawan Kumar Godatwar, Professor, National Institute of Ayurveda, Jaipur.

Dr. Sanjeev Rastogi, Professor, Govt. Ayurveda College, Lucknow.

Prof. Sharad Deshpande, Former Tagore Chair Professor, IIAS, Shimla.

Dr. Tanuja Nesari, Professor, All India Institute of Ayurveda, New Delhi.

Dr. Vishnu Joglekar, Professor of Ayurveda, Pune.

Dr. Kishor Patwardhan, BHU, Varanasi (Facilitator).

Dr. Sriranjini Jaideep, MSRISA, Bengaluru (Facilitator).

Research strategy for AYUSH in public health

Dr. Aarti Nagarkar, Asso. Professor, ISHS, SPPU, Pune.

Prof. Anita Kar, Director, ISHS, SPPU, Pune.

Dr. Abhay Kudale, Asst, Professor, ISHS, SPPU, Pune.

Dr. K Satya Lakshmi, Director, National Institute of Naturopathy, Pune.

Dr. M D Gupte, ICMR Chair in Epidemiology, Pune.

Prof. R K Mutatkar, The Maharashtra Association of Anthropological Sciences, Pune.

Dr. Rajesh Dixit, Scientist, ACTREC, Mumbai.

Mr. Suresh Jungari, Asst. Professor, ISHS, SPPU, Pune.

Dr. Umesh Tagade, Asst. Director AYUSH, Maharashtra State, Mumbai.

Dr. Nilangi Sardeshpande, Pune (Facilitator).

Dr. Sarika Chaturvedi, CCIH, Pune (Facilitator).

Strategies for integrative research and translation

Dr. Angeline Jeyakumar, Asst. Professor, ISHS, SPPU, Pune.

Dr. Ashwinikumar Raut, Director, Kasturba Health Society-MRC, Mumbai.

Dr. C K Katiyar, CEO Healthcare Emami Ltd, Kolkata.

Dr. G G Gangadharan, Director, M S Ramaiah Indic Centre for Ayurveda, Bengaluru.

Dr. H S Palep, Dr Palep’s Medical Research Foundation.

Dr. Lal Hingorani, CMD, Pharmanza Herbals, Vadodara.

Dr. Manish Gautam, Scientist, Serum Institute of India, Pune.

Dr. Pulok Mukherjee, Professor, Jadavpur University, Jadavpur.

Dr. Rama Vaidya, Reproductive Endocrinologist, Kasturba Health Society-MRC, Mumbai.

Dr. Urmila Thatte, Professor and Head, Clinical Pharmacology, SGSMC and KEMH, Mumbai.

Dr. Geetha Krishnan, Medanta, New Delhi (Facilitator).

Dr. Hrishikesh Rangnekar, Pune (Facilitator).

Dr. Santosh Dixit, Prashanti Cancer Care Mission, Pune (Facilitator).

Sources of funding

None

Conflict of interest

None

Acknowledgement

The author acknowledges inputs and comments from thematic group facilitators Dr. P M Unnikrishnan, Dr. Uma Chandran, Dr. Supriya Bhalerao, Dr. Kishor Patwardhan, Dr. Sriranjini Jaideep, Dr. Nilangi Sardeshpande, Dr. Sarika Chaturvedi, Dr. Geetha Krishnan, Dr. Hrishikesh Rangnekar, and Dr. Santosh Dixit.