Blog

Souffle yogique

 

 

Résumé

Pranayama ou la régulation de la respiration est considérée comme une composante essentielle du yoga, qui est censé influencer les systèmes physiologiques. Nous présentons un aperçu complet de la littérature scientifique dans le domaine de la respiration yogique.

Nous avons recherché Pub Med, Pub Med Central et Ind Med pour les citations des mots-clés « Pranayama » et « Yogic Breathing ». La recherche a donné un total de 1400 références. Des articles expérimentaux, des études de cas et des séries de cas en anglais, révélant les effets de la respiration yogique, ont été inclus dans la revue.

La prépondérance de la littérature souligne les effets bénéfiques des techniques de respiration yogique dans les configurations physiologiques et cliniques. Les effets bénéfiques de la respiration yogique sur les fonctions neurocognitives, psychophysiologiques, respiratoires, biochimiques et métaboliques chez les individus sains ont été suscités. Ils ont également été trouvés utiles dans la gestion de diverses conditions cliniques. Dans l’ensemble, la respiration yogique peut être considérée comme sûre, lorsqu’elle est pratiquée sous la supervision d’un enseignant qualifié. Considérant les effets positifs de la respiration yogique, d’autres études à grande échelle avec des conceptions rigoureuses pour comprendre les mécanismes impliqués dans la respiration yogique sont justifiées.

1- Introduction

Le yoga est une pratique traditionnelle de la culture indienne ancienne et est considérée comme la science de la vie holistique. Diverses pratiques impliquées dans la tradition du yoga incluent le style de vie discipliné (Yama et Niyama), les procédures de purification (Kriya), les postures physiques (Asana), la régulation respiratoire (Pranayama), la concentration (Dharana) et la méditation (Dhyana) [1,2]. Au cours des dernières années, il y a eu un plus grand intérêt à explorer les avantages des diverses pratiques décrites dans le yoga [3,4]. Il y a eu des études scientifiques sur les effets des pratiques individuelles de yoga ou de leurs combinaisons sur des individus en bonne santé ainsi que sur des personnes souffrant de diverses affections [5]. Pranayama ou la régulation de la respiration a été grandement souligné dans le yoga et a attiré une attention particulière de la communauté scientifique. Régulation de la respiration comprend la modulation du rythme de la respiration, à savoir, ralentir ou arpenter la respiration, la manipulation des narines, le chant des bourdonnements, la rétention de la respiration, etc. Diverses pratiques de respiration de yoga décrites dans le texte classique de hatha-yoga sont inscrites dans le tableau 1 [2]. La présente revue a été entreprise dans le but de présenter un aperçu des preuves scientifiques disponibles sur la respiration yogique.

 

Table 1. Procédures de diverses pratiques de respiration yogiques.

Nom de la pratique Méthode d’exercice
Kapalabhati Assis avec le dos et le cou en érection, il faut inspirer par les deux narines et expirer rapidement en battant l’abdomen pendant chaque expiration à un rythme de 60-120 respirations / min.
Bastrika (souffle puissant) Il faut inspirer et expirer rapidement et avec force sans forcer en battant l’abdomen. Cela devrait être pratiqué jusqu’à 100 respirations.
Nadishodhana/Nadishuddhi (respiration alternée) Avec le pouce droit, fermez la narine droite et inspirez par la narine gauche. En fermant la narine gauche, expirez par la droite, après quoi l’inhalation doit être faite par la narine droite. En fermant la narine droite, expirez par la narine gauche. Ceci est un tour. La procédure est répétée pour le nombre de tours désiré.
Suryanuloma Viloma (respiration unilatérale droite) En fermant la narine gauche, l’inhalation et l’expiration doivent être faites par la narine droite, sans modifier le rythme normal de la respiration.
Chandranuloma Viloma (respiration unilatérale gauche) Procédure similaire à Suryanuloma Viloma, la respiration se fait par la narine gauche seule, en fermant la narine droite.
Suryabhedana  (Respiration initiée par la narine droite) En fermant la narine gauche, l’inhalation doit être faite par la narine droite. À la fin de l’inhalation, fermez la narine droite et expirez par la narine gauche. Ceci est un tour. La procédure est répétée pour le nombre de tours désiré.
Ujjayi (Souffle psychique) L’inhalation et l’exhalation se font par le nez à un rythme normal, avec une contraction partielle de la glotte, qui produit un léger ronflement. On devrait être conscient du passage de la respiration à travers la gorge pendant la pratique.
Bhramari (souffle bourdon-nement d’abeille femelle) Après une inhalation complète, en fermant les oreilles en utilisant les index, il faut expirer en émettant un doux bourdonnement semblable à celui d’une abeille femelle.

 

 

  1. MéthodologieLa base de données en ligne, PubMed, PubMed Central et IndMed ont été recherchées pour des citations de mots-clés « Pranayama » et « Yogic Breathing ». La recherche a donné un total de 1400 références depuis la date de création des bases de données jusqu’en juillet 2017. Des articles expérimentaux, des études de cas et des séries de cas en anglais, révélant les effets de la respiration yogique ont été inclus dans la revue. Les études qui avaient utilisé la respiration yogique en combinaison avec d’autres pratiques de yoga ont été exclues. Des études dans des langues autres que l’anglais et dont les résumés n’étaient pas disponibles ont été exclues de la revue. Après avoir appliqué les critères d’inclusion et d’exclusion et supprimé les doublons, un total de 68 études a été sélectionné pour l’examen final.Les études incluses dans la revue ont été classées en deux catégories principales, physiologique et clinique. Ils ont été sous-classifiés en fonction des principaux résultats de l’étude. Les mesures physiologiques évaluées avec diverses pratiques respiratoires yogiques sont les évaluations neurocognitives, les changements psychophysiologiques, les variables respiratoires, biochimiques et métaboliques. Des études ont également été menées pour comprendre l’impact de la respiration yogique chez les patients hypertendus, arythmies cardiaques, asthme bronchique, tuberculose pulmonaire, cancer, diabète sucré, retard mental, réadaptation post-AVC, retrait du tabagisme, anxiété et douleur.

    Résultats

    3.1. Les effets neurocognitifs de la respiration yogique

    Les textes indiens anciens sur le Yoga décrivent: «Quand le souffle bouge, le mental aussi, et l’esprit cesse de bouger quand le souffle s’arrête.» [2] Ainsi, l’évaluation de l’impact de la respiration yogique sur les capacités neurocognitives a suscité une attention particulière. communauté scientifique. Un examen précoce indique que les pratiques de respiration yogique pourraient influencer l’activité cérébrale de différentes façons [6].

    3.1.1. Changements dus au rythme de la respiration

    Les premières études rapportées évaluant les effets de la respiration yogique sur les capacités neurocognitives ont évalué l’effet de 15 min de respiration yogique à haute fréquence, décrit comme Kapalabhati sur l’activité EEG [7]. L’étude a démontré une activité alpha accrue au cours des 5 premières minutes de Kapalabhati. L’activité thêta a été observée être augmentée, principalement dans la région occipitale au cours des derniers stades de 15 min Kapalabhati par rapport à la période pré-exercice. L’activité bêta 1 a augmenté pendant les 10 premières minutes de Kapalabhati à l’occipital et, dans une moindre mesure, dans les régions pariétales. Une autre étude évaluant les capacités cognitives a démontré une augmentation du nombre d’erreurs après 1 et 5 min de pratique de Kapalabhati, dans une tâche d’annulation de lettre [8].

    L’impact d’un autre Pranayama rapide appelé Bhastrika, décrit dans Hathayoga comme le souffle du soufflet, sur le temps de réaction a été étudié par Telles et al. Ils ont trouvé une réduction des réponses anticipatives après 18 min de pratique de Bhastrika [9]. Le temps de réaction auditive (ART) et visuel (VRT) a significativement diminué chez les écoliers après seulement 9 cycles de Mukha Bhastrika chez 22 écoliers en bonne santé [10]. Ce phénomène a été davantage exploité cliniquement chez les adolescents souffrant de troubles mentaux, qui ont un temps de réaction plus élevé. Une étude menée par les mêmes auteurs a montré une réduction immédiate de la VRT et de la TARV chez 34 adolescents souffrant de troubles mentaux [11]. Une étude comparant les effets de Pranayama au ralenti et au rythme rapide a montré des effets de 35 min / jour de Pranayama rapide et lent pratiqué pendant 10 semaines. Les fonctions exécutives, l’échelle de stress perçue (PSS) et le temps de réaction se sont améliorés de manière significative dans les groupes Pranayama rapides et lents, excepté l’inversion des chiffres, qui n’a montré une amélioration que dans le groupe Pranayama rapide [12].

 

3.1.2. Changements avec Bhramari Pranayama

Une forme de respiration yogique appelée Bhramari, qui modifie les réponses cérébrales par la résonance produite par le bourdonnement, a provoqué des ondes gamma paroxystiques non épileptiques dans l’EEG [13]. Une étude a montré que la pratique de Bhramari pendant 10 min améliore l’inhibition et le temps de réaction dans la tâche du signal d’arrêt qui implique une inhibition cognitive, chez 31 hommes en bonne santé [14].

3.1.3. Changements dus à la manipulation des narines

Respiration unilatérale et  respiration alternée  ont été d’une signification spéciale dans le yoga, puisque les narines sont censées représenter les canaux subtils d’énergie connus sous le nom de Nadis [2,15]. La narine droite correspond à Pingala Nadi, et la gauche à Ida, respectivement. Respirer à travers une seule narine spécifique est dit affecter le système humain différemment. Une étude impliquant 51 volontaires a démontré que la performance dans une tâche spatiale était significativement augmentée pendant la respiration de la narine gauche chez les mâles et les femelles, alors qu’une augmentation non significative était notée dans la performance de la tâche verbale [16]. Une autre étude a comparé la respiration alternée des narines à la prise de conscience de la respiration. Une augmentation significative a été notée dans les amplitudes de pics P300 à différents sites du cuir chevelu avec une diminution de la latence de pointe à la région frontale du cuir chevelu, à la suite de la respiration de yoga narine alternative. Après la prise de conscience de la respiration, il y avait une augmentation significative de l’amplitude maximale de P300 au niveau de la seule région vertex [17]. Les praticiens du yoga expérimentés en bonne santé ont démontré une augmentation de l’amplitude de l’onde Na et une diminution de la latence pendant la période de pratique de Pranayama, alors qu’aucune altération n’a été observée dans l’onde Pa. La pratique de Pranayama dans l’étude impliquait une respiration rythmique contrôlée consciemment avec maintien de la respiration [18]. Un essai contrôlé randomisé à trois bras réalisé sur des patients souffrant d’hypertension essentielle, comparant les effets de Nadishuddhi Pranayama et de la respiration avec une séance de contrôle pour 10 min de réduction élucidique de la pression artérielle systolique et diastolique suivant Nadishuddhi et une amélioration de la performance de Purdue sur la main. La tâche Pedboard de Purdue évalue la dextérité manuelle et la coordination œil-main. Le groupe de conscience de la respiration a démontré une réduction de la pression artérielle systolique par rapport à l’activité de contrôle comme lire le magazine [19]. La pratique de la respiration unilatérale était également utilisée cliniquement dans les cas d’AVC, où la pratique de la respiration unilatérale pendant 10 semaines réduisait l’anxiété dans 11 cas d’AVC et améliorait les mesures du langage chez les personnes aphasiques en raison d’un AVC [20]. Une autre série de cas sur l’utilisation de la respiration unilatérale forcée associée à l’orthophonie pour l’aphasie post-AVC a montré une amélioration de l’unité d’information correcte et de la productivité des mots [21].

Ainsi, la plupart des techniques de respiration yogique influence positivement les capacités neurocognitives et certaines d’entre elles ont même été utilisées dans des contextes cliniques ayant des effets bénéfiques. Les effets neurocognitifs de la respiration yogique sont résumés dans le tableau 2.

 

 

 

Table 2. Les effets neurocognitifs de la respiration yogique.

Sl No. Auteur Année       Taille échantillon         Variables étudiées               Résultats
1 Stancák et al.   1991         11        EEG  L’activité alpha a été augmentée pendant les 5 premières minutes de Kapalabhati (KPB). L’activité thêta a été augmentée au cours des stades ultérieurs de KPB de 15 min, principalement dans la région occipitale, par rapport à la période pré-exercice. L’activité bêta 1 a augmenté pendant les 10 premières minutes de KPB dans l’occipital et dans une moindre mesure dans les régions pariétales.
2 Telles et al.   1993         11 Potentiel évoqué auditif de latence moyenne L’amplitude de l’onde Na a augmenté et la latence a diminué pendant la période de pratique pranayamique, tandis que l’onde Pa n’a pas été significativement modifiée.
3 Jella & Shannahoff-Khalsa   1993          51 Performances des tâches spatiales et verbales La performance de la tâche spatiale était significativement augmentée pendant la respiration de la narine gauche. La performance de la tâche verbale n’a pas augmenté significativement pendant la respiration de la narine droite.
4 Bhavanani et al.   2003          22 Temps de réaction visuelle (VRT) et auditif temps de réaction(ART) VRT et ART ont considérablement diminué chez les écoliers après 9 rounds de Mukha Bhastrika.
5 Vialatte et al.   2008            8 EEG Des ondes gamma paroxystiques non épileptiques ont été générées pendant la pratique de Bhramari-Pranayama.
Il y avait une réduction de VRT et ART après 9 tours de Mukha Bhastrika chez les enfants handicapés mentaux.
6 Bhavanani et al.   2012          34 VRT et ART Des ondes gamma paroxystiques non épileptiques ont été générées pendant la pratique de Bhramari-Pranayama.
Il y avait une réduction de VRT et ART après 9 tours de Mukha Bhastrika chez les enfants handicapés mentaux.
7 Telles et al.   2013          90 Tension artérielle (BP) et tâche de la plaque perforée Purdue Il y avait une réduction de la pression artérielle systolique (SBP) et diastolique (DBP) après Nadishuddhi et l’amélioration de la performance de la tâche Pedboard Purdue avec les deux mains et la main droite. Groupe de sensibilisation à la respiration a démontré une réduction de la PAS.
8 Telles et al. 2013 20 P300 Il y avait une augmentation significative des amplitudes de pic P300 à différents sites du cuir chevelu et une diminution significative de la latence de pointe à la région frontale du cuir chevelu, suite à la respiration de yoga narine alternative. Après la prise de conscience de la respiration, il y avait une augmentation significative de l’amplitude maximale de P300 dans la région de Vertex.
9 Pradhan 2013 36 âche de substitution de lettres (DLST), Test d’annulation de six lettres (SLCT)) La pratique du KPB pendant 1 et 5 minutes n’a eu aucun impact significatif sur les scores SLCT et DLST, mais il y avait une augmentation des erreurs suivant la pratique.
10 Telles et al. 2013 70 Temps de réaction Après 18 minutes de Bhastrika Pranayama, il y avait une réduction statistiquement significative du nombre de réponses anticipées par rapport à avant la pratique.
11 Rajesh et al. 2014 31 Tâche de signal d’arrêt La réduction du temps de la réaction du signal d’arrêt a été trouvée avec 10 minutes de la pratique de BhramariPranayama. Il y avait une augmentation du temps de réaction dans le groupe Bhramari par rapport au groupe de respiration profonde pour une durée égale.

 

 

3.2. Les effets psychophysiologiques de la respiration yogique

La respiration humaine est le seul système physiologique qui soit à la fois sous contrôle nerveux autonome et volontaire et, par conséquent, il est également mis en relief dans les textes yogiques. Les effets de la régulation du souffle yogique sur la modulation des fonctions autonomes (AFT) ont été largement étudiés. Les études sur la respiration yogique évaluant l’AFT comprennent diverses mesures d’évaluation comme la pression artérielle (TA) – systolique (SBP) et diastolique (DBP), la fréquence cardiaque (HR), la variabilité du rythme cardiaque (HRV), la fréquence respiratoire (RR), la peau galvanique la résistance (GSR), la fréquence du pouls (PR), etc. Les effets à court et à long terme de la respiration yogique ont été évalués en utilisant l’AFT.

3.2.1. Changements dus à la manipulation des narines

Une étude réalisée sur 8 volontaires sains a démontré une augmentation des FC suite à la respiration droite uninostrile forcée (UNB) indiquant l’activation sympathique suivant l’UNB droit [22]. Un ECR à trois bras utilisant le VRC comme mesure de l’activité autonome a montré une excitation sympathique dans le groupe UNB droit, alors que les indices représentant l’activité parasympathique ont été augmentés dans le groupe UNB gauche après une respiration nasale de 6 semaines [23]. Un ECR pilote réalisé sur 12 personnes a révélé que 20 minutes de respiration alternée dans les narines augmentaient la RSG, ce qui dénote une activité parasympathique. Bien qu’il n’y ait eu aucun changement significatif dans les tests de la fonction pulmonaire ou de la fonction pulmonaire, l’étude a démontré l’efficacité de la respiration yogique en apportant un changement parasympathique dans les fonctions autonomes dans un court laps de temps d’une semaine [24]. Une autre étude illustrant la capacité d’ANB à apporter le décalage parasympathique dans les fonctions autonomes utilise le ratio 30:15 et l’expiration: ratio d’inspiration comme mesures des fonctions autonomes [25]. Nadishuddhi Pranayama à raison d’un souffle par minute a été trouvé pour augmenter l’arythmie sinusale et la réduction de la composante basse fréquence de HRV [26]. Il a également diminué le taux moyen de respiration, confirmant le déplacement parasympathique de ANS. Une autre étude a démontré que Nadishuddhi Pranayama pendant 15 min / jour pendant 4 semaines augmentait le DEP et la pression pulsée et diminuait PR, RR, DBP chez les sujets sains [27]. Entraînement à Nadishuddhi Pranayama et maintien de la respiration pendant 4 semaines ont permis d’élucider les réductions de HR, SBP et DBP initiales, attribuées à une augmentation du tonus vagal et à une diminution de la décharge sympathique [28]. 6 variations de narines sur les paramètres cardiovasculaires et le temps de réaction chez 20 sujets expérimentés ont démontré que 9 cycles de Nadishuddhi, respiration nasale gauche et respiration initiée gauche entraînaient une réduction de BP et HR, alors que la respiration des narines droites et la respiration droite avaient augmenté. même. Il n’y avait aucun changement trouvé avec la respiration normale. Le temps de réaction a été abaissé après la pratique de la respiration de la narine droite et de la respiration initiée de droite. Les changements ont été attribués à la narine utilisée pour l’inspiration que pour l’expiration [29].

3.2.2. Changements dus à la modulation du rythme respiratoire

Le rythme de la respiration modifie également les réponses psychophysiologiques. Une étude pilote évaluant l’effet de la respiration très lente à 1 souffle / min pendant 20 min sur les facteurs de risque cardiovasculaires a montré des changements dramatiques dans les variables hémodynamiques telles que l’AVC, HR, index cardiaque, index diastolique final, débit de pointe, fraction d’éjection , indice de contractilité, rapport d ‘éjection, rapport de temps systolique, indice d’ accélération et pressions artérielles systoliques, diastoliques et moyennes, index de travail de l ‘AVC gauche et indice de résistance vasculaire systémique d’ AVC. Ces changements indiquent que la respiration à un rythme lent avec maintien de la respiration interne pourrait influencer le centre cardiorespiratoire du tronc cérébral régulant les modèles d’ondes de Mayer [30]. Une autre étude réalisée sur 17 sujets naïfs a montré une augmentation de la sensibilité baroréflexe (BRS) suite à une respiration lente avec ou sans Ujjayi Pranayama. La diminution de la PA et l’augmentation de la BRS étaient maximales lorsque les sujets pratiquaient une respiration lente avec une inspiration et une expiration égales au rythme de 6 respirations / minutes [31]. Une étude comparant l’entraînement en Pranayama rapide et lent pendant 3 mois a permis d’élucider l’activité parasympathique et de diminuer l’activité sympathique dans le groupe respiratoire lent à la fin de la période d’intervention, alors qu’aucun changement significatif des fonctions autonomes n’a été observé dans le groupe respiratoire rapide [32] . Un ECR à trois bras impliquant 90 jeunes étudiants en soins de santé, comparant les effets d’un entraînement au Pranayama lent et rapide pendant 3 mois, a montré une réduction du stress perçu dans le groupe Pranayama rapide et lent. Les variables cardio-vasculaires à savoir. HR, SBP et DBP réduit seulement dans le groupe Pranayama lent. Le groupe de Pranayama rapide n’a pas montré de changements significatifs dans les variables cardiovasculaires [33]. La force de préhension de la main (HGS) et l’endurance de la main (HGE) ont augmenté avec l’entraînement du Pranayama rapide, alors que seule la HGS a augmenté après un entraînement lent au Pranayama pendant 12 semaines [34]. Kapalabhati au rythme rapide a été montré pour augmenter la puissance LF et le ratio LF: HF et abaisser la puissance HF dans HRV, ce qui indique l’excitation sympathique [35]. Un résultat concomitant a été trouvé dans une autre étude qui a démontré une augmentation de HR, SBP et DBP après Kapalabhati. L’étude réalisée sur 17 individus a également permis de réduire la BRS au cours de la pratique de Kapalabhati [36]. Une étude démontrant l’effet de l’entraînement à Mukha Bhastrika, impliquant une respiration rapide pendant 12 semaines, une réduction des FC basales, une augmentation du ratio valsalva et une différence de respiration profonde dans les RH. Il a également été trouvé pour réduire la chute de BP sur la variation de la posture. Tous les résultats étaient indicatifs de l’augmentation de l’activité parasympathique après une formation à long terme dans la pratique de Mukha Bhastrika [37]. Pour comprendre les voies sous-jacentes de la modulation des paramètres cardiovasculaires après Bhastrika Pranamayama au rythme lent, une étude a comparé l’effet de 5 min de Bhastrika sur HR et BP, avec et sans administration orale de hyoscine-N-butylbromide (Buscopan), un bloqueur parasympathique drogue. Fall dans SBP, DBP et HR ont été notés dans le groupe qui a pratiqué Bhastrika pendant 5 min sans administration du médicament alors que les sujets après l’administration du médicament n’ont pas montré de changements significatifs dans BP ou HR. Ainsi, l’étude a conclu que la modulation de l’ANS due à la pratique du rythme lent Bhastrika est attribuée à l’activité parasympathique améliorée [38].

3.2.3. Changements dus à d’autres techniques de respiration yogiques

Une étude récente utilisant HRV a démontré un retrait parasympathique au cours de la pratique de Bhramari Pranayama, qui est revenue à la normale après l’achèvement de la pratique [39]. Les étudiants en médecine ont montré des niveaux de stress réduits suite à la pratique d’une combinaison de pratiques Pranayama pendant 1 heure par jour, 5 jours par semaine pendant 2 mois. HRV a démontré une réduction de VLF et LF et une augmentation de la composante HF, indiquant un déplacement parasympathique de l’activité autonome [38]. La relaxation obtenue par la pratique du Pranayama a été exploitée pour soulager l’anxiété du test et améliorer les résultats des tests chez 107 étudiants de troisième cycle. Un ECR a démontré que, suite à la pratique de Pranayama pendant un semestre, seulement 33% des participants avaient une anxiété élevée au test, comparativement à 66,67% dans le groupe témoin. Les participants du groupe Pranayama ont également eu des scores plus élevés dans la performance du test que les contrôles [40].

Nous avons observé que la plupart des techniques de respiration yogiques ont des effets profonds sur les fonctions autonomes. La plupart des pratiques respiratoires yogiques conduisent à un déplacement parasympathique de l’activité ANS, à l’exception de la respiration de Yoga à haute fréquence (Kapalabhati) [41]. Les effets de la respiration yogique sur les variables psychophysiologiques sont résumés dans le tableau 3.

 

 

Table 3. Résumé des changements psychophysiologiques après la respiration yogique.

Sl No. Auteur   Année       Taille échantillon           Variables étudiées             Résultats
1 Stancák et al. 1991      17 BP, ECG et respiration Augmentation de la fréquence cardiaque (HR), SBP et DBP pendant Kapalabhati. BRS réduit pendant Kapalabhati.
2 Raghuraj et al. 1998       12       HRV L’augmentation de la puissance basse fréquence (LF) et du rapport LF / HF tandis que la puissance haute fréquence (HF) était significativement plus faible après KPB. Il n’y avait pas de changements significatifs après Nadishuddhi.
3 Pal et al. 2004       60 Tests de fonction autonome L’activité parasympathique augmentée et l’activité sympathique diminuée ont été observées dans le groupe de respiration lente après 3 mois, alors qu’aucun changement significatif des fonctions autonomes n’a été observé dans le groupe de respiration rapide.
3 Shannahoff-Khalsa et al. 2004       4 Variables cardiovasculaires Après avoir respiré à 1 respiration / min avec un rapport de 20:20:20 s, il y a des variations dramatiques dans les variables hémodynamiques.
4 Veerabhadrappa et al.  2011     50 Réactivités autonome cardiovasculaire             L’entraînement de Mukh Bhastrika a montré une augmentation de l’activité parasympathique, c’est-à-dire une réduction de la HR basale, une augmentation du ratio de Valsalva et une différence de respiration profonde en HR; et une réduction de l’activité sympathique, c’est-à-dire une réduction de la chute de la PAS sur la variation de posture.
5 Bhimani et al. 2011      59 HRV, Stress questionnaire Il y avait une réduction des niveaux de stress avec une combinaison de pratiques Pranayama. HRV a démontré une réduction de VLF et LF et une augmentation de la composante HF.
6 Ghiya & Lee 2012      23 HRV L’ATP, l’ILLF et l’lnHF étaient plus importants pendant la respiration différée post-alternée et la respiration post-stimulée par rapport au PRE. La pression artérielle moyenne (MAP) et lnLF / lnHF ne différaient pas significativement entre les conditions
7 Mason et al. 2013       17 BRS BRS a augmenté avec des techniques de respiration lentes avec ou sans expiratoire Ujjayi sauf avec inspiratoire + expiratoire Ujjayi. L’augmentation maximale de BRS et la diminution de la pression artérielle ont été trouvés dans la respiration lente avec une inspiration et une expiration égales.
8 Sinha et al. 2013      25 Expiration: inspiration ratio, 30:15 ratio Alterner la respiration de la narine pendant 5 min / jour, pendant 6 semaines a augmenté le tonus parasympathique.
9 Adhana et al. 2013      30 Electromyogram (EMG), GSR, Température du bout des doigts (FTT), HR et RR. SBP et DBP La respiration yogique lente conduit à une réduction de la PAS et de la DBP. Des modifications significatives ont également été trouvées dans HR RR, EMG, GSR et augmentation de FTT.
10 Turankar et al. 2013      12 BP, Tests de la fonction pulmonaire (PFT), GSR Pratique de Anulom Vilom Pranayama avec la tenue de souffle a été trouvé pour augmenter GSR dans le groupe de Pranayama. Aucun changement significatif dans BP ou PFT n’a été noté.
11 Sharma et al. 2013      90 Échelle de stress perçu (PSS), HR, BP Les scores de PSS ont diminué dans le groupe Pranayama rapide et lent, tandis que HR, DBP et RPP ont diminué seulement dans le groupe lent de Pranayama.
12 Pal et al. 2014        85 HRV Les indices de VFC représentant l’activité sympathique ont été augmentés dans le groupe de respiration de la narine droite et les indices représentant l’activité parasympathique ont été augmentés dans le groupe de respiration de la narine gauche.
13 Bhavanani et al. 2014      20 Temps de réaction, HR, BP BP a subi Suite à Chandara Nadi Pranayama, Chandrabhedana et Nadishuddhi et après Surya Nadi Pranayama et Suryabhedana. Une réduction du temps de réaction a été observée avec SN et SB.
14 Goyal et al. 2014      50 BP, HR, Taux de pression produit             Pranayama with medicaments antihypertenseurs reduced significativement PA from rapport to medicaux. RPP réduit de manière significative dans le groupe Pranayama
15 Hakked et al. 2017        27 Spirométrie L’entraînement à la respiration yogique pendant un mois améliore les fonctions pulmonaires chez les professionnels nageurs.
16 Nivethitha et al. 2017        16 HRV Le composant HF de HRV a réduit la pratique de Bhramari Pranayama avec une augmentation de la composante LF et HR. Les changements normaux après la conclusion de la pratique.

 

 

3.3. Effets de la respiration yogique sur le système respiratoire

L’entraînement à la respiration yogique s’avère être un moyen efficace d’améliorer les fonctions pulmonaires. Une respiration lente à 6 respirations / min montre une augmentation de la capacité vitale (CV) après 2 et 5 min et une augmentation de la capacité vitale forcée après 2 min et une augmentation de la capacité vitale inspiratoire forcée et du débit inspiratoire maximal après 2, 5 et 10 min [42]. Une autre étude comparant les effets d’une formation de 12 semaines sur Pranayama lente et rapide sur PFT a révélé une amélioration significative du groupe Pranayama, du PEFR et du VEMS25, alors que dans le groupe Pranayama rapide, le VEMS / CVF, PEFR, FEF25-75 43]. Une étude récente a démontré l’effet bénéfique d’un entraînement d’un mois en combinaison de la respiration yogique sur les fonctions pulmonaires chez les nageurs de compétition [44]. Ainsi, les preuves disponibles limitées sur les effets de la respiration yogique sur le système respiratoire indiquent une tendance positive de changement dans la physiologie respiratoire.

3.4. Effets de la respiration yogique sur les variables biochimiques et métaboliques

La curiosité de ce qui provoque les changements observés suite à la pratique de la respiration yogique, a conduit à une étude qui a examiné les changements dans les niveaux de gaz du sang artériel suivant la pratique du Pranayama. Aucun changement significatif n’a été observé dans l’oxygénation du sang artériel après le Pranayama, spéculant ainsi sur les mécanismes neuraux pour les changements dus au Pranayama [45]. Une autre étude a observé une diminution de l’urée sanguine et une augmentation de la créatinine et de la tyrosine après 1 min de Kapalabhati. Il a été attribué à des mécanismes de décarboxylation et d’oxydation, qui pourraient être responsables d’une réduction de l’activité des centres respiratoires [46].

3.4.1. Changements dans la consommation d’oxygène avec la respiration yogique

La consommation d’oxygène est utilisée comme un moyen de comprendre l’activité métabolique du corps. Une étude explorant les effets de UjjayiPranayama avec Kumbhaka (respiration) courte et prolongée a permis d’élucider une augmentation de la consommation d’oxygène avec un Kumbhaka court et une réduction avec maintien prolongé de la respiration [47]. On a observé que le fait de respirer par la narine droite augmentait la consommation d’oxygène et par conséquent l’état métabolique global, comparativement à la narine gauche et à la respiration alternée des narines pendant la même durée [48,49]. Ces études ont montré que les narines droites respiraient dans des conditions à taux métabolique plus bas, comme l’obésité, bien que la prudence s’impose, car la pratique de la respiration droite uninostrile augmente la pression artérielle [50].

3.4.2. Respiration yogique et stress oxydatif

La respiration yogique s’est avérée être un moyen efficace de combattre le stress oxydatif. Il a été trouvé pour réduire la charge de radicaux libres et augmenter la superoxyde dismutase (SOD) chez les volontaires sains, par rapport à une population témoin [51]. Les athlètes souffrent souvent de fatigue due au stress oxydatif après les exercices, nécessitant donc un apport en antioxydants [52]. On a constaté que la respiration yogique pendant 1 h améliorait efficacement l’état de défense antioxydant chez les athlètes après un combat d’exercice exhaustif par rapport au groupe témoin qui pratiquait une séance silencieuse. Il était corrélé à des taux plus faibles de cortisol et à des niveaux de mélatonine augmentés. Les auteurs suggèrent donc que la respiration rythmée yogique peut protéger les athlètes contre les complications à long terme des radicaux libres [53].

3.4.3. Changements moléculaires avec respiration yogique

Les modifications des niveaux de stress, des variables physiologiques et de la cognition dues à la respiration yogique ont été établies grâce à plusieurs études citées. La nécessité de comprendre les biomarqueurs moléculaires suggérant les voies impliquées a conduit à une étude récente, dans laquelle les protéomes salivaires ont été analysés pendant 20 min de pratique de la respiration yogique. L’étude a révélé que les biomarqueurs appelés Deleted dans la tumeur cérébrale maligne-1 (DMBT1) et la région de la chaîne C de l’Ig lambda-2 (IGLC2) ont été exprimés de manière différentielle dans le groupe respiratoire yogique. DMBT1 a été élevé dans 7 du groupe de respiration yogique de 10 fois et 11 fois à 10 et 15 minutes, respectivement, alors qu’il était indétectable dans le groupe témoin de temps apparié. IGLC2 a également montré une augmentation significative du groupe de respiration yogique par rapport aux témoins [54]. Cette étude a été la première à indiquer la faisabilité d’une pratique aiguë pour la stimulation et la détection de biomarqueurs de protéines salivaires.

Les études indiquent une modulation du métabolisme et des modifications des marqueurs biochimiques avec la pratique de la respiration yogique. Ces changements pourraient être corrélés à la compréhension traditionnelle du flux de Prana (énergie vitale) contrôlant les fonctions physiques dans le corps. En outre, les études confèrent l’effet excitateur de la respiration du nez droit décrit dans la littérature indienne ancienne. Le tableau 4 illustre les changements biochimiques et métaboliques après la respiration yogique.

 

 

Table 4. Les changements biochimiques et métaboliques après la respiration yogique.

Sl No.       Auteur       Année         Taille échantillon         Variables étudiées           Résultats
1 Pratap et al. 1978        10 Gaz du sang artériel Aucun changement significatif dans les gaz du sang artériel n’a été noté après Pranayama. La possibilité d’effets mentaux de cette pratique a été proposée en raison de mécanismes neuronaux.
2 Desai & Gharote 1990         12 Urée sanguine Creatinine, tyrosine Diminution de l’urée sanguine, augmentation de la créatinine et de la tyrosine après 1 min de Kapalabhati
3 Telles & Desiraju 1991         10 consommation Oxygène Une augmentation de la consommation d’oxygène a été notée dans la respiration de yoga avec le kumbhaka court et une réduction avec le kumbhaka prolongé.
4 Telles et al. 1994 48 consommation Oxygène GSR La consommation d’oxygène de base a augmenté après la respiration de la narine droite, qui était plus que la respiration de la narine alternative et augmente avec la respiration de la narine gauche. GSR a augmenté avec la respiration de la narine gauche.
5 Telles et al. 1996 12 Consommation d’oxygène, pression artérielle, volume d’impulsion digitale, GSR Après la respiration de la narine droite, il y avait une augmentation de la consommation d’oxygène et de la PAS et une réduction du volume des impulsions. La narine droite et la respiration normale ont réduit la GSR.
6 Bhattacharya et al. 2002 60 SOD, radicaux libres Les radicaux libres ont diminué de façon significative après la pratique de Pranayama mais la SOD a été augmentée de façon insignifiante par rapport au groupe témoin.
7 Balasubramanian et al. 2015 20 Protéome salivaire -DMBT1 et IGLC2. Le DMBT1 a été multiplié par dix dans le groupe respiratoire yogique, alors qu’il était indétectable chez les témoins appariés en fonction du temps. IGLC2 a également montré une augmentation significative du groupe Yogic Breathing.

 

3.5. Avantages pour la santé de la régulation du souffle yogique

3.5.1. Respiration yogique dans les maladies cardiovasculaires

Les effets physiologiques des pratiques respiratoires yogiques observés à travers diverses expériences en corrélation avec la compréhension textuelle traditionnelle, ont été utilisés dans diverses configurations cliniques. Peu d’études ont été menées pour comprendre l’effet immédiat des techniques de respiration yogique chez les sujets hypertendus. Après Sukha Pranayama pendant 5 min à 6 respirations par minute, il y avait une réduction significative de HR, SBP, pression artérielle, pression artérielle moyenne, produit de pression-pression, et double produit avec une baisse insignifiante de pression diastolique [55]. La pratique de Pranava Pranayama a montré des effets similaires. Après 5 min de Pranava Pranayama, il y avait une réduction de la pression SBP, HR et pulsatile [56]. Une autre étude a montré une réduction immédiate de la HR, de la PAS et de la pression pulsée chez les patients hypertendus après 27 cycles d’UNB gauche [57]. Une étude montrant l’effet de 3 mois de pratique régulière de respiration lente pendant 5 min / jour en maintenant un ratio 2: 1 d’exhalation: l’inhalation a démontré une réduction significative de SBP, DBP, HR, RR et augmentation de la température du bout du doigt [58]. Une autre étude portant sur une formation de six semaines au Pranayama associée à des antihypertenseurs a réduit significativement la PA par rapport aux médicaments seuls. Taux de pression produit significativement réduit dans le groupe Pranayama [59]. Une étude a démontré les effets bénéfiques de la pratique de Pranayama chez des patients souffrant d’arythmie cardiaque, démontrant une amélioration de QTd, QTc-d, JTd et JTc-d dans l’ECG suite à la séance Pranayama, indiquant une réduction des indices de dispersion de repolarisation ventriculaire [ 60].

3.5.2. Respiration yogique dans les troubles respiratoires

Les effets de la respiration yogique dans les troubles respiratoires ont également été évalués. Une étude a évalué l’effet de la respiration yogique chez les asthmatiques, dans lequel les patients ont été amenés à respirer à travers un appareil respiratoire Pink City Lung à un ratio de 1: 2 d’inhalation: exhalation pendant 2 semaines, 15 min / jour. Au bout de 2 semaines, le volume expiratoire maximal moyen en 1 s (VEMS), le débit expiratoire maximal, le score symptomatique et l’utilisation d’inhalateurs étaient améliorés dans le groupe expérimental, comparativement aux témoins qui respiraient par un dispositif placebo. En tant qu’indicateur de la réactivité des voies aériennes, la dose d’histamine nécessaire pour provoquer une réduction de 20% du VEMS (PD 20) a été évaluée, augmentant significativement lors de la respiration Pranayama mais pas avec le placebo [61]. Les études ultérieures montrent la stabilité [62,63] et l’amélioration [64] des symptômes chez les patients souffrant d’asthme. Une amélioration a également été notée dans le VEMS et le débit expiratoire de pointe (PEFR) chez les asthmatiques [64]. Une étude récente montre également une amélioration du VEMS, de la CVF et du VEMS: FVC après 10 min de Kapalabhati chez des patients asthmatiques [65].

Le pranayama a été utilisé pour aider les personnes qui tentaient de se retirer de la cigarette. Pratique de 10 minutes de respiration yogique a aidé à réduire les mesures de soif que de respirer les contrôles vidéo, à savoir. la force de l’envie, l’envie de fumer et le désir de fumer. Aucun effet n’a été trouvé sur l’humeur ou les symptômes physiques [66]. Un cas a rapporté des changements bénéfiques chez un patient atteint de tuberculose pulmonaire (PTB), qui a effectué Bhramari Pranayama pendant 45 min par jour, 3 jours par semaine pendant 8 semaines. Des améliorations significatives ont été observées dans le poids corporel, l’indice de masse corporelle, les scores symptomatiques, la fonction pulmonaire et la qualité de vie liée à la santé avec la conversion des FME positifs pour les bacilles acido-résistants [67].

3.5.3. Respiration yogique dans le diabète sucré

Le diabète est un fardeau de santé majeur ces dernières années qui entraîne une perte de qualité de vie (QV) et nécessite des modifications du mode de vie. Il y avait une amélioration significative de la qualité de vie et une tendance non significative vers l’amélioration du contrôle glycémique dans le groupe pratiquant le programme de respiration yogique complet par rapport au groupe qui suivait le traitement standard seul [68]. Les patients diabétiques sont également connus pour avoir un déséquilibre sympathovagal. La pratique du pranayama pendant 6 mois avec une thérapie standard a amélioré les fonctions sympathiques chez les diabétiques par rapport à celles qui étaient sous traitement standard seul [69].

 

 

3.5.4. Respiration yogique dans d’autres maladies

Une étude contrôlée évaluant l’effet de la respiration lente de Pranayama comparée à la respiration normale sur la perception de la douleur a démontré une réduction de l’intensité de la douleur et des désagréments, particulièrement pour les stimuli thermiques modérément ou légèrement douloureux avec respiration lente [70]. Un RCT pilote comparant les effets du Pranayama comme technique auxiliaire aux soins habituels chez les patients recevant une chimiothérapie a démontré une amélioration de la qualité du sommeil, de la qualité de vie et de l’anxiété avec la pratique du Pranayama entre 2 séances de chimiothérapie [71]. Un ECR impliquant 160 patients cancéreux subissant une radiothérapie a démontré une différence significative dans les thiols protéiques et le glutathion sérique chez les patients qui ont pris Nadishuddi, Bhramari et Shitali Pranayama 30 minutes / jour, deux fois par jour / 5 jours par semaine, comparativement aux témoins seul [72]. Le pranayama, en tant que traitement adjuvant à la radiothérapie, s’est également avéré bénéfique pour réduire la fatigue liée au cancer [73].

Le tableau 5 résume les avantages pour la santé de la régulation du souffle yogique dans diverses populations cliniques.

 

 

Table 5. Effets de la respiration yogique dans diverses populations cliniques.

Sl No.     Auteur     Année           Taille échantil-lon     Déséquilibre     Variables étudiées             Résusltats
1 Singh et al.      1990         18 Br. Asthma Réactivité des voies aériennes, calibre des voies respira-toires Augmentation du besoin d’histamine pour la réduction du volume expiratoire forcé en 1 s (VEMS) avec Pranayama dans le rapport de 1: 2 pour l’inhalation: exhalation par rapport au groupe témoin.
2 Cooper et al. 2003 90 Br. Asthma Scores de symptômes, FEV1 Au 3ème et 6ème mois, les symptômes sont restés stables dans le groupe Pranayama, alors que la diminution des symptômes a été notée dans la respiration de Buteyko. Aucune différence entre les groupes dans le VEMS n’a été notée.
3 Saxena & Saxena 2009 50 Br. Asthma Débit expiratoire de pointe (PEFR), VEMS, symptômes Une combinai-son de respira-tion lente, Bhramari et Omkara a significative-ment amélioré les symptô-mes,  le VEMS et le PEFR chez les patients souffrant d’asthme bronchique.
4 Prem et al. 2013 120 Br. Asthma Asthme Qualité de vie, PFT Respiration Buteyko a montré de meilleures tendances d’amélioration de la qualité de vie et le contrôle de l’asthme que le groupe effectuant le Pranayama.
5 Raghavendra et al. 2016 60 Br. Asthma FEV1, FVC, FEV1:FVC 10 min de pratique de Kapalabhati augmente le ratio VEMS, CVF et VEM1: CVF chez les patients atteints d’asthme léger à modéré, par rapport au contrôle qui a effectué une respiration profonde.
6 Dabhade et al. 2012 15 Cardiac Arrhythmias ECG Chez les patients présentant une arythmie cardiaque, il y a eu une amélioration de QTd, QTc-d, JTd et JTc-d après la séance de Pranayama, indiquant une réduction des indices de la dispersion de la repolarisation ventriculaire.
7 Dhruva et al. 2012 16 Cancer Symptômes liés au cancer, qualité de vie Amélioration de la qualité du sommeil, de la qualité de vie et de la réduction de l’anxiété après Pranayama entre deux séances de chimiothérapie.
8 Chakrabarty et al. 2015 160 Cancer Fatigue liée au cancer Les scores de fatigue liée au cancer ont diminué suite à la pratique du pranayama avec la radiothérapie (RT) par rapport à la RT seule.
9 Jyotsna et al. 2012 49 Type 2 Diabetes Mellitus WHOQoL BREF, FBS, PPBS, HbA1C Il y avait une amélioration significative de la qualité de vie et une tendance non significative vers l’amélioration du contrôle glycémique dans le groupe pratiquant le programme de respiration yogique que le traitement standard seul.
10 Jyotsna et al. 2013 64 Type 2 Diabetes Mellitus Fonctions autonomes cardiaques             Pranayama avec le traitement standard amélioré les fonctions sympathiques chez les diabétiques que ceux qui étaient sous traitement standard seul.
11 Bhavanani et al. 2012 22 Hypertension La fréquence cardiaque, la pression arté-rielle Réduction immédiate de la fréquence cardiaque, de la pression systolique et de la pression pulsatile à la suite de la déclaration de Chandra Nadi Pranayama
12 Bhavanani et al. 2012 29 Hypertension La fréquence cardiaque, la pression arté-rielle Une réduction de la pression systolique, de la pression pulsée et de la fréquence cardiaque chez les patients hypertendus a été observée après Pranava Pranayama.
13 Marshall et al. 2013 11 Stroke Attention, langage, capacités spatiales, dépression et anxiété La pratique de la respiration à l’aide d’Uninostril a réduit l’anxiété dans les cas d’AVC et a amélioré les mesures du langage chez les personnes aphasiques en raison d’un AVC.
14 Marshall et al. 2015 3 Stroke Aphasie de l’Ouest Batterie-R (WAB-R) et capacités de communication de la vie quotidienne-2 (CADL-2) Dans 2 des 3 cas d’aphasie induite par un AVC, la respiration forcée de l’Uninostril et l’orthophonie ont montré une amélioration de l’unité d’information correcte et de la productivité des mots.
15 Nemati. 2013 107 Test Anxiety L’échelle d’anxiété du test de Sarason, la performance du test Après la pratique du pranayama pendant un semestre, moins de participants ont éprouvé une anxiété élevée au test, comparativement au groupe témoin. Les participants du groupe Pranayama avaient également des scores plus élevés dans la performance du test que les contrôles.
16 Mooventhan et al. 2014 1 Tuberculose pulùonaire  

 

Poids, indice de masse corpo-relle, scores symptomatiques, fonction pulmonaire et qualité de vie liée à la santé avec conver-sion des FME positives à négatives pour les bacilles acido-résistants Il y avait des changements significatifs dans le poids, l’indice de masse corporelle, les scores de symptômes, la fonction pulmonaire et la qualité de vie liée à la santé avec la conversion de FME positif pour négatif bacilles acido-résistants, lorsque le patient de la tuberculose pulmonaire

 

 

3.6. Complications de la respiration yogique

La pratique de Pranayama est généralement considérée comme sûre et nous n’avons pu trouver qu’un seul rapport de cas rapportant un effet indésirable de la respiration yogique au cours de notre revue de la littérature. Un cas de pneumothorax spontané causé par une technique de respiration de yoga appelée Kapalabhati a été rapporté [74]. Une revue a également noté des cas d’hématome de la gaine rectale et de pneumo-médiastin dus à la pratique de Pranayama non spécifié [75].

 

4. Conclusion

Pranayama ou les pratiques de respiration yogique ont été trouvés pour influencer les capacités neurocognitives, les fonctions autonomes et pulmonaires ainsi que les activités biochimiques et métaboliques dans le corps. Les études dans les populations cliniques, montrent les effets de la respiration yogique dans la modulation des variables cardiovasculaires chez les patients souffrant d’hypertension et d’arythmies cardiaques, soulageant les symptômes et améliorant les fonctions pulmonaires dans l’asthme bronchique, comme auxiliaire pour modifier le poids corporel et les symptômes pulmonaires, tuberculose, améliorer l’humeur des patients qui se retirent de la cigarette, réduire le temps de réaction chez les enfants handicapés, gérer l’anxiété et le stress chez les élèves, moduler la perception de la douleur, améliorer la qualité de vie et l’activité sympathique chez les diabétiques symptômes associés et l’amélioration de l’état antioxydant des patients subissant une radiothérapie et une chimiothérapie pour le cancer. Ainsi, les pratiques rentables et sûres de la respiration yogique pourraient contribuer à la prévention et à la prise en charge de diverses maladies non transmissibles. Ils peuvent également jouer un rôle dans la gestion des maladies transmissibles telles que la tuberculose pulmonaire.

Les limites de l’examen actuel comprennent la limitation de la recherche à des bases de données en ligne gratuites, ce qui pourrait limiter l’accès au travail de recherche effectué sur le terrain. En outre, la présente revue se limite à la narration de la littérature scientifique actuelle sur la respiration yogique et aucune tentative n’a été faite pour établir la validité statistique des données présentées dans la littérature.

Dans l’ensemble, nous avons trouvé que la pratique de la respiration yogique était sécuritaire lorsqu’elle était pratiquée sous la supervision d’un enseignant qualifié. Bien que plusieurs études soient disponibles pour élucider les effets de la respiration yogique, elles manquent de rigueur méthodologique. Considérant les effets positifs de la respiration yogique, d’autres études à grande échelle avec de meilleures conceptions méthodologiques pour comprendre les mécanismes impliqués dans la respiration yogique sont justifiées.