Maladie

Candida albican

Effet antifongique du distillat d’urine de vache sur les espèces de Candida

Contexte

L’augmentation de la résistance des espèces de Candida aux agents antifongiques couramment utilisés a nécessité la recherche de nouveaux médicaments. Peu d’études ont révélé que l’urine de vache peut supprimer la croissance de champignons pathogènes. Cependant, il n’y a pas de rapport publié sur les effets antifongiques de l’urine de vache sur les isolats cliniques de Candida.

Objectif

La présente étude vise à explorer le potentiel antifongique de l’urine de vache sur des isolats cliniques d’espèces de Candida.

Matériaux et méthodes

Dans cette étude expérimentale in vitro, quatre souches standard et 37 isolats cliniques d’espèces de Candida ont été testés pour leur susceptibilité à l’amphotéricine B, au fluconazole et au voriconazole, par la méthode de diffusion sur disque. La détection de la CMI de l’urine de vache pour les isolats de Candida a été faite par la méthode de dilution en agar, en utilisant une concentration de 20 à 50% d’urine de vache.

Résultats

Des isolats cliniques de Candida albicans n = 22 (59,5%), Candida glabrata n = 6 (16,2%), Candida tropicalis n = 3 (8,1%), et d’autres espèces de Candida n = 6, ont été testés pour leur sensibilité antifongique. Parmi eux, 18,9% étaient résistants au voriconazole, 24,3% à l’amphotéricine B, et 35,1% au fluconazole. Une association statistiquement significative a été observée entre la sensibilité du voriconazole et celle de l’urine de vache (p = 0,045). C. albicans ATCC14053, Candida parapsilosis ATCC22019 et 75,7% des isolats cliniques de Candida étaient sensibles à l’urine de vache.

Conclusion

Le distillat d’urine de vache a un effet inhibiteur dépendant de la concentration sur les espèces de Candida et est efficace sur les isolats qui sont résistants ou sensibles aux agents antifongiques couramment utilisés.