Maladie

Fibromes

Traitement des fibromes de l’utérus en Ayurveda

 

Les myomes ou fibromes de l’utérus, sont des problèmes très courants de nos jours. Les myomes sont les tumeurs les plus répandues dans le tractus génital, et affectent plus d’une femme pré-ménopausée sur quatre. Bien que la majorité des fibromes restent petits et asymptomatiques, un tiers grandit considérablement en taille, peut peser jusqu’à 10kg ou plus. Les incidences des fibromes ne se retrouvent habituellement pas, chez les femmes de moins de 30 ans. Les fibromes utérins sont des tumeurs bénignes qui proviennent de la couche musculaire lisse et du tissu conjonctif de l’utérus. La plupart des fibromes se développent dans la paroi musculaire de l’utérus, mais certains se développent également à l’extérieur ou dans la cavité interne de l’utérus. Le fibrome utérin étant l’une des tumeurs bénignes les plus courantes de tous les néoplasmes chez les femmes, est responsable d’un grand nombre d’hystérectomies.
Le fibrome est un désordre d’Artava vaha srotas (canaux menstruels), qui se produit en raison de la viciation du dosha Kapha, du dosha Vata et de Rakta dhatu (tissu sanguin). Il peut y avoir aussi un déplacement de Pitta. Par conséquent, le traitement consiste à équilibrer les trois doshas, et Rakta, d’une façon suffisamment soutenue au fil du temps, pour éradiquer Kapha..

Le fibrome utérin, qui s’appelle aussi le léiomyome ou le fibrome de l’utérus, peut pousser sur la paroi utérine, et pénétrer dans la vessie ou l’intestin. Ils peuvent également se développer dans la paroi utérine, ou même se projeter à partir de la paroi de l’utérus en une tige étroite dans la cavité utérine. Le fibrome peut être aussi petit qu’un pois ou aussi grand qu’un ballon de football et, est presque toujours bénin, quelle que soit son ampleur. Avoir un fibrome utérin n’augmente pas son risque de cancer. Si un fibrome, ou un groupe de fibromes, est particulièrement grand et se développe à l’extérieur de la paroi utérine, il peut parfois faire bouger l’utérus, ou l’obliger à se développer anormalement. Une croissance utérine peut également exercer une pression sur la vessie ou les intestins. En de  rares occasions, un gros fibrome, peut bloquer l’ouverture de l’utérus.

les Doshas et le système de reproduction

La physiologie du système reproducteur dans son ensemble est régie par pitta et apana vata, mais les organes eux-mêmes sont dotés des qualités de kapha. Kapha est le dosha qui favorise la croissance (anabolisant), qui génère et soutient la création. Ensemble avec rasa dhatu (tissu plasma), il offre la nourriture requise pour reconstruire la doublure endométriale, et a une qualité onctueuse qui lubrifie l’utérus et d’autres organes du système reproducteur. Kapha offre également de la stabilité et de la résistance à l’utérus, en particulier via son tissu musculaire, qui maintient la forme utérine, le ton et le pouvoir de se contracter.

Pathogenèse du fibrome

Selon l’Ayurveda, un fibrome utérin ou raktagulma est causé par la surproduction de kapha mal formé, et d’apana vata aggravée (l’un des cinq types de Vata, dont le siège est le système reproducteur et l’anus) avec Rakta dhatu vicié ( tissus sanguins). En raison du stress mental excessif, de la suppression émotionnelle à long terme, du manque d’exercice, de la consommation d’une grande quantité de nourriture, de la consommation excessive de mauvaise nourriture, de viande rouge, d’aliments lourds et gras, d’aliments à base de blé d’une façon excessive, de sucre raffiné et d’excès de produits laitiers, ainsi que la diminution  des pulsions naturelles, aggrave l’Agni ( feu digestif), qui se vicie et conduit à une formation d’Ama (toxine métabolique), et vicie le dosha kapha. Ce dosha vicié est porté par le dosha vata, dans le système reproducteur, où il est incapable de mener ses fonctions physiologiques normales. Au lieu de cela, il s’accumule, bloque le mouvement de l’apana vata dans l’Artava vaha srotas (chaînes menstruelles) et est poussé par un dosha vata vicié dans le tissu musculaire de l’utérus. En conséquence, le dysfonctionnement du tissu musculaire se développe, conduisant à un métabolisme et à une croissance anormales des tissus, c’est-à-dire à la formation d’un ou plusieurs Gulma expansés et immobiles en profondeur (fibrome tumoral).

Également dans le scénario actuel, toutes les femmes travaillent et généralement elles n’ont pas beaucoup de temps pour leur santé. Parfois, en raison de leur incapacité à suivre les soins appropriés en matière de santé, en raison de la modification du mode de vie, elles développent un ou plusieurs facteurs positifs conduisant au fibrome. Le régime alimentaire idéal ne peut être suivi pendant la période menstruelle, la période post-natale et après un avortement ou une fausse couche. Ceci conduit à un fibrome utérin, qui peut être comparé à Rakta Gulma selon l’Ayurveda.

Symptômes du  fibrome
Les symptômes les plus courants sont la faiblesse, le gonflement abdominal, les ballonnements et de fortes sensations dans le bas-ventre associées ou non à des douleurs. Dans certains cas, les fibromes provoquent la kashtartava (dysménorrhée), le katisula (maux de dos), l’anapatya (stérilité), le raktapradara (incluant la ménorragie et les saignements inter-menstruels), les shula (douleurs et sensibilité abdominales et pelviennes) et pandu (anémie).

Approche ayurvédique du traitement du fibrome

La thérapie panchakarma offre un rayon d’espoir pour le fibrome utérin, pour lequel aucun traitement médical efficace n’est disponible dans les sciences modernes. La prise en charge du fibrome est devenue un défi mondial. Traiter les manifestations physiques, implique des formulations ayurvédiques, des traitements de nettoyage, des modes de vie et des modes alimentaires, qui corrigent la quantité et qualité des doshas, ​​équilibre le mouvement d’apana vata et maintient agni (feu digestif). Une approche de lekhana (raclage, défrichage) est nécessaire pour dégager la congestion du tube digestif et les canaux de circulation, et pour réduire la masse de tissu fibrotique. Un traitement efficace et sûr du fibrome est une grande préoccupation pour les médecins et les chirurgiens. Le traitement ayurvédique n’est pas invasif et, dans l’Ayurveda, un grand nombre de médicaments possédant des propriétés anti néoplasiques, ainsi que de nombreuses recettes  médicamenteuses, ont été mentionnées dans les textes pour la prise en charge du fibrome.

Effets combinés de toutes les thérapies – Abhyanga (massage thérapeutique du corps), Swedana (thérapie de la sudation), Niruha-basti  ( lavements médicamenteux thérapeutiques par voie anale), Anuvasana-basti (lavement thérapeutique à l’huile par voie  anale) et Uttara-basti (introduction d’huile médicamenteuse ou l’une décoction  de plantes dans la cavité intra-utérine),  Et des herbes administrées de façon appropriée en interne,  contribuent à calmer la viciation des Dosha et des  Dhatu, et causent une rupture , ou un arrêt, dans le processus pathogène de la maladie.
Effet bénéfique, d’Uttara-basti  (introduction d’huile médicamenteuse ou de décoction à base de plantes dans la cavité intra-utérine),  à Garbhashaya  (utérus)

Les herbes médicamenteuses administrées à Uttara basti par la voie intra-utérine, entrent dans les strotas de l’artavavaha (canaux menstruels) et provoquent la pacification des doshas. Uttara-basti stimule les organes et augmente également l’approvisionnement en sang, ce qui favorise l’absorption des médicaments et l’excrétion des déchets. Le passage vaginal et l’utérus sont également purifiés et ramollis par Uttara-basti, avec des herbes médicamenteuses, qui  contribuent à revitaliser le système hormonal, en redonnant un peu de jeunesse et de l’endurance au corps. Uttara-basti donne également de l’énergie  aux organes féminins.

Ainsi, des traitements non invasifs sont disponibles dans l’Ayurveda pour la prise en charge du Fibrome utérin. Dans le monde actuel, tout le monde court dans une course sans fin et s’épuise, en oubliant de suivre les  règles simples d’une vie régulière, harmonieuse, équilibrée, en nourriture et activités physiques, et en évitant les tensions physiques et mentales. Tout cela, réduit le risque de fibrome,  et aide à une gestion efficace