Maladie

Colon irritable

Facebook

Le syndrome du colon irritable ( IBS), trouble gastro intestinal

 

infection gastro intestinale

Chers lecteurs,

Grahaniroga, la plus fréquente manifestation clinique de la pathologie gastro-intestinale, est en train d’émerger comme un trouble de mode de vie et se rencontre fréquemment tous les jours. Les patients se rapprochent généralement de la médecine ayurvédique, lorsque tous les traitements de la médecine conventionnelle, sont impuissants et incomplets, et amènent des complications indésirables, le traitement de l’affection devenant presque insoluble. Les textes ayurvédiques expliquent que Grahani est connu en tant que trouble gastro-intestinal, du à la diminution de Jatharagni (feu digestif). Le syndrome du côlon irritable (SCI) a une ressemblance clinique avec celle de Grahani, comme, la constipation et la diarrhée (Muhurbaddha / Muhurdrava), mucus(Sasleshma Mala Pravrtti), etc. Dans ce bulletin, nous allons voir en détail les causes, la pathogenèse, symptômes et approche ayurvédique de la gestion de l’IBS – Irritable bowel syndrom (Syndrome du côlon irritable)

Vaidya Lakshmi Anoop

comprendre l’IBS – Syndrome du côlon irritable

On peut dire que parfois, l’Ayurveda fonctionne comme par magie même dans les maladies mortelles de notre époque. Souvent appelée colite spasmodique, le syndrome du côlon irritable est un trouble du petit et gros intestins, cause de la constipation ou de la diarrhée chronique intermittente, souvent associée à des degrés divers à des douleurs abdominales. L’origine de cette irritation, n’est pas très bien expliquée et comprise en occident, et est très difficile à traiter.

À travers le regard que porte l’Ayurvéda, le praticien agit en essayant de comprendre la nature multidimensionnelle du patient. En faisant ainsi, chaque patient atteint du syndrome du côlon irritable, présentera une grande variété de déséquilibres sur les trois niveaux. Cette condition semble se produire d’une façon plus prévalente chez les personnes ayant un prakruti Vata (constitution) ou un vikruti (déséquilibre). La gravité de l’état est quelque peu proportionnelle à l’état de Ojas (l’energie). Plus l’Ojas est faible, plus la condition sera grave.
Comme chaque personne est unique, il en ira que chaque présentation sera unique. Il y a cependant beaucoup de points communs, et partant de là, le praticien arrivera à comprendre la nature de la maladie et à élaborer un plan pour la gérer. L’IBS n’est pas une pathologie menaçant la vie du patient. Cependant, pour les patients atteints d’une maladie grave, cela a un impact relativement important sur la qualité de vie, entraînant un besoin de traitement médical.

incidence

Le syndrome du côlon irritable (SCI) est le trouble fonctionnel gastro-intestinal (GI) le plus commun avec les taux de prévalence dans le monde entier allant de 9 à 23%. La répartition par âge est très large, mais 40% des patients sont âgés de 35 à 50 ans. Les symptômes commencent avant l’âge de 35ans, chez 50% des patients. De 30 à 70% des «patients» seulement, souffrant de symptômes du SCI suffisamment graves, déclenchent une visite chez le médecin. Des proportions importantes – 35% à 40% – des personnes souffrant d’IBS, sont des hommes. Environ 60% à 65% sont des femmes.

Grahani Roga – IBS: une corrélation clinique

La pathogénie de l’IBS sera confirmée en observant les facteurs étiologiques, les symptômes, Upashaya (Facteurs de soulagement) et des complications de l’IBS.

Les facteurs étiologiques

• Relatif à Ahara – nourriture malsaine (nourriture grossière et lourde) – alimentations irrégulières
• Relatif à Vihara – répression des pulsions naturelles
• Desha-Kala Vaishamya
• Stress (chez 70 à 90% des patients), l’anxiété et la dépression peuvent avoir un impact sur la perception des symptômes.

Il a justement été dit par Vagbhata que tous les maux du corps, en particulier les maladies de l’appareil digestif surviennent en raison de la défaillance d’Agni (feu digestif). L’IBS est également une de ces maladies qui se produit en raison de l’ingestion d’une alimentation malsaine, provoquant des perturbations dans Agni. Les facteurs psychologiques comme Kama (luxure), Krodha (colère), Shoka (chagrin), etc. conduisent à Dusti Agni (mauvais fonctionnement du feu digestif ; ensemble, ils sont appelés Grahani Dosha). Un examen attentif du tableau clinique de diverses maladies des troubles gastro-intestinaux, décrit dans l’Ayurveda, révèle que certains des troubles ont certainement des symptômes cliniques qui sont également observées chez les patients de l’IBS par exemple Vataja & kaphaja Atisara, Sangraha Grahani, Pravahika, Pakvashaya gata Vata. Mais si nous jetons un coup d’oeil dans la pathogenèse de toutes ces maladies, il y a une phase de Grahani Dosha. Nous pouvons donc considérer que IBS est Grahani Dosha.

La vie est l’union complexe de Sattva, Atma et Sharira. Ainsi, l’esprit, le corps et l’âme s’influencent mutuellement. Charaka a beaucoup insisté sur la nécessité de l’esprit sain pour le maintien d’une bonne santé physique. La représentation d’ Aachara Rasayana et Sadvritta sont disponibles dans la littérature pour illustrer l’approche psychosomatique de la prévention et du traitement d’une maladie.

Le syndrome du côlon irritable (IBS) est l’une des pathologies les plus courantes rencontrée dans la pratique clinique, mais l’une des moins bien comprise. Le syndrome du côlon irritable est commun avec une grande variété de présentations ayant un trouble de motilité gastro-intestinale qui placent un fardeau considérable sur les patients et la société. Les symptômes de ce trouble sont chroniques, parfois sévères, et répondent souvent mal aux traitements avec les approches traditionnelles, résultant d’une détérioration de la qualité de vie. Parce que les marqueurs structurels, physiques ou biochimiques ne peuvent être utilisés pour identifier le trouble, le diagnostic est basé sur les symptômes. En l’absence de signes évocateurs d’une maladie organique ou des causes secondaires de symptômes alarmants, ces troubles peuvent être positivement et avec confiance diagnostiqués. Jusqu’à récemment, de nombreux médecins ne considèrent pas l’IBS comme une maladie mais plutôt comme une manifestation somatique de stress psychologique. Le stress ne montre pas de discrimination sur la base soit de l’âge, du sexe ou de la profession et frappe tout le monde et malheureusement de plus en plus de jeunes sont concernés par cela. L’IBS selon l’Ayurveda peut être considéré comme un trouble où il y a un dérangement de Vata dans l’intestin (Pakvashaya), en particulier des Apana Vayu, conduisant à des symptômes de douleur dans l’abdomen ainsi que des habitudes intestinales altérées. Mandagni (Diminution de feu digestif) conduit à des vices des Doshas. Les émotions comme Krodha (colère), Shoka (douleur), Bhaya (peur), etc. causent des vices de Vata. Ainsi, les troubles de santé mentale affectent directement le tractus gastro-intestinal.

Approche ayurvédique à la gestion de l’IBS

De nombreuses formulations sont expliquées dans les textes classiques, et ayant leur efficacité sur les troubles gastro-intestinaux. La ligne de traitement de Grahani mentionné dans les textes de l’Ayurveda, est la même que Atisara (diarrhée) et Ajirna (indigestion), qui est l’utilisation de Grahi (liant pour l’intestin), Dipana (Appétissant) et Pachana (digestif) plantes et nourriture. Aussi Piccha basti est expliqué comme l’une des méthodes de traitement dans Atisara. Piccha Basti guérit les selles excédentaires et les troubles duodénaux. Le Medhya rasayana, groupe de médicaments décrits dans la littérature ancienne, est un nutriment moléculaire pour le cerveau, et tend à soulager la fatigue mentale, l’anxiété et le stress au niveau psychologique et neuroendocrinien. Depuis que l’IBS est considéré comme trouble psychosomatique, Medhya rasayana ajouté, à la thérapie principale, s’avère efficace dans tous les cas de l’IBS.

Facebook