Maladie

Ovaires

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

 

Le syndrome des ovaires polykystique (SOPK) est le trouble endocrinien le plus courant qui touche environ 5 à 10% des femmes en âge de procréer (13 à 45 ans). Le SOPK est une condition caractérisée par un déséquilibre des hormones et des kystes  qui affectent la menstruation et les empêchent  de fonctionner normalement. L’Ayurveda considère cette maladie comme un déséquilibre des trois doshas, principalement le dosha Kapha. SOPK touche environ une femme sur 10 en âge de procréer. C’est un problème très commun, surtout chez les jeunes femmes et c’est la principale cause de la sous fertilité féminine. Dans l’Ayurveda, cette condition n’est pas expliquée seulement comme une maladie, mais peut être incluse sous la rubrique vyapat Yoni et Artava dushti. Les principales caractéristiques du SOPK comprennent les troubles du cycle menstruel, l’hyper-androgénie et l’obésité.

Les quatre facteurs étiologiques de base sont expliqués dans l’Ayurveda par un mode de vie malsain (Ahita Vihara), troubles menstruels (Artava dushti), des anomalies génétiques (bija dosha) et les facteurs cryptogéniques (Agyat Karana).

Dans ce bulletin, nous verrons l’approche ayurvédique du SOPK en détail.

Vaidya. Lakshmi Anoop

 

Les symptômes du syndrome  comprennent l’aménorrhée ou menstruations peu fréquentes, des saignements irréguliers ou peu fréquents, ou pas d’ovulation, plusieurs follicules immatures, l’augmentation des niveaux d’hormones mâles, la calvitie ou l’amincissement des cheveux, une pilosité faciale et corporelle en excès, l’acné, la peau ou les pellicules grasses , des taches de couleur foncée de la peau spécialement sur le cou, l’aine, les aisselles, une douleur pelvienne chronique, une augmentation du poids ou l’obésité, le diabète, des anomalies lipidiques et l’hypertension artérielle.

Si elle n’est pas traitée rapidement, des complications de santé graves comme le diabète ou la maladie cardio-vasculaire peuvent se développer. Les SOPK peuvent être gérés avec des médicaments ayurvédiques et des changements de mode de vie, et plus particulièrement des modifications du régime alimentaire et l’entretien de la forme physique. Les femmes atteintes de SOPK sont plus enclines à souffrir de dépression et de sautes d’humeur. Il faut donc combattre ces problèmes.

Les trois doshas et le cycle menstruel

Les organes chargés de la reproduction dans le corps de la femme sont appelés Artava dhatu (système menstruel). Le canal qui alimente, nourrit et permet l’action fonctionnelle de transporter l’ovule dans l’utérus s’appelle (les canaux qui transportent le fluide menstruel) l’Artavavaha. Les trois doshas jouent des rôles importants et distincts dans les processus à l’origine de la reproduction chez la femme qui comprennent le cycle ovarien et le cycle menstruel.

Le dosha Vata est responsable du mouvement de la follicule de l’ovaire au cours du cycle, la rupture de la paroi de l’ovaire libérant l’ovule mature, le mouvement de la fimbriae  ( frange de tissu conduisant de l´ovaire aux trompes de Fallope.) – et dont les appendices guident l’ovule dans les trompes de Fallope, et du mouvement de l’ovule vers l’utérus. Il est également responsable du mouvement des écoulements pendant la menstruation, et l’énergie libérée par le mouvement d’expulsion du bébé à travers le canal de naissance pendant le travail lors de l’accouchement.

L’action des hormones exprime la nature de Pitta, l’énergie responsable de la transformation. Toutes les étapes du processus de reproduction chez la femme, sont le résultat de l’interaction des hormones. L’étincelle de l’intelligence derrière la transformation de chaque étape est due à Pitta, et se reflète dans l’influence des hormones sur les différentes étapes des cycles ovariens et menstruels.

Les propriétés de Kapha nourrissent et aident au développement des tissus, qui forment et soutiennent le système de reproduction, y compris l’énergie nourricière, et soutiennent la croissance du follicule pendant le cycle ovarien. Il est responsable de la couche de la muqueuse des trompes de Fallope et de l’utérus, protège les tissus de l’assèchement et affecte toujours de la présence de Vata. Dans le tractus gastro-intestinal, Kapha est responsable de la doublure de la muqueuse qui protège les tissus formant les enzymes digestives.

Nidana (causes)

L’Ayurveda classe SOPK comme un trouble qui se pose en raison du dosha kapha, bloquant les dosha vata et pitta, en empêchant le mouvement et supprimant le processus de transformation. Les habitudes d’un mode de vie malsain , comme manger des bonbons en excès, de la restauration rapide de tout type, des aliments lourds à digérer, des aliments gras et incompatibles entre eux, le stress, le manque d’exercice, l’excès de sommeil, provoquent une augmentation anormale du dosha kapha, menant à un métabolisme impropre générant les toxines ama.(toxine métabolique).

Artava dhatu (le système menstruel) affecté par les propriétés collantes et lourdes du dosha kapha, et ama (toxine métabolique), crée un bouchon dans les canaux qui transportent le fluide menstruel, ce qui entrave le flux de Vata dans le cycle ovarien. Parce que vata est bloqué, pitta est bloqué comme pitta agissant comme l’intelligence derrière la transformation dans le mouvement de vata et de son potentiel énergétique. Comme pitta est bloqué les hormones qui transportent l’énergie de la transformation, sont incapables d’initier leur action. Le dosha kapha accumulé est exprimé dans la formation du kyste de l’ovaire en prenant une propriété collante et blanche exprimant kapha et ama.

En raison de vata et pitta bloqués dans Artava dhatu (système menstruel) les autres fonctions de ces deux doshas commencent à s’aggraver et menent à divers symptômes. La prédominance de Kapha se manifeste par une augmentation du poids, hypofertilité, hirsutisme (croissance excessive de poils), des tendances diabétiques et de la froideur. La prédominance de Pitta se manifeste par la perte de cheveux, l’acné, les menstruations douloureuses et des caillots. La prédominance de Vata se manifeste par des règles douloureuses, moins de saignements lors des règles et de graves irrégularités menstruelles.

Approche ayurvédique

Le principe du traitement est de dégager l’obstruction dans les canaux qui transportent le fluide menstruel, normaliser le métabolisme et la régulation du système menstruel (Aartava dhatu). Ayurveda a une large gamme de phytostérols pour renforcer les fonctions de l’ovaire. Selon les symptômes du SOPK, une variété d’options à base de plantes avec régime alimentaire et un changement de mode de vie, sont recommandés par l’Ayurveda. Le traitement ayurvédique du SOPK est spécifique à l’individu. Donc, assurez-vous que vous avez recours aux services d’un praticien ayurvédique qualifié pour un traitement efficace.

Les modifications de l’hygiène de vie et de l’hygiène alimentaire pour traiter le SOPK

Prenez des repas réguliers et sains, comprenant beaucoup de légumes, de fruits, salades, des légumineuses avec des céréales. Le régime alimentaire doit comprendre suffisamment de protéines.
Évitez le stress physique et psychologique. Soyez physiquement actif tout au long de la journée.
Maintenir l’indice de masse corporelle, faire de l’exercice ou du yoga physique régulièrement, et garder votre poids sous contrôle.
Réduire la consommation de sucreries, les aliments frits et gras, les glucides en excès, les aliments en conserve et transformés, limitez la consommation d’acides gras saturés, réduire le sucre raffiné et les douceurs, réduire le sel et les aliments salés, boire moins de caféine.
Réduisez les boissons alcooliques et arrêter de fumer.

Le SOPK est un problème émergent chez les femmes en âge de procréer menant à un dysfonctionnement du système endocrinien et à ses multiples signes et symptômes. La prise en charge globale par le biais de l’Ayurveda, est propice au patient, lorsqu’il est correctement administré, après une perception, une interprétation et un diagnostic corrects, contribuant à une gestion efficace du SOPK.