Blog

Yoga pour expédition Antarctique

Conception et validation du module de thérapie de yoga intégré pour les membres de l’expédition en Antarctique

Ragavendrasamy Balakrishnan,

Ramesh Mavathur Nanjundaiah,

Mohit Nirvan,

Manjunath Krishnamurthy Sharma, …

Nagendra Hongasandra Ramara

Lilly Ganju

Mantu Saha

Shashi Bala Singh

 

Résumé

Contexte

Les environnements extrêmes sont intrinsèquement stressants et se caractérisent par divers facteurs de stress physiques et psychosociaux, notamment l’isolement, l’enfermement, les tensions sociales, une possibilité minimale d’évacuation médicale, l’ennui, la monotonie et le danger. Des études antérieures recommandent une adaptation à l’environnement pour maintenir une fonction optimale et rester en bonne santé. Différentes interventions ont été tentées dans le passé pour une gestion efficace du stress. Les pratiques de yoga se sont avérées bénéfiques pour faire face au stress et améliorer la qualité de vie, le sommeil et le statut immunitaire.

Objectif

L’article actuel décrit la préparation d’un module de yoga pour une meilleure gestion des facteurs de stress dans des conditions environnementales extrêmes de l’Antarctique.

matériaux et méthodes

Un module de yoga a été conçu à partir de la littérature de yoga traditionnelle et contemporaine ainsi que d’études publiées. Le module de yoga a été envoyé pour validation à quarante experts, dont trente ont répondu.

Résultats

Des experts (n = 30) ont donné leur avis sur l’utilité du module de yoga. Au total, 29 pratiques sur 30 ont été retenues. Le rapport moyen de validité du contenu et la corrélation intra-classe de l’ensemble du module étaient respectivement de 0,89 et 0,78.

Conclusion

Un module de yoga spécifique pour faire face et faciliter l’adaptation en Antarctique a été conçu et validé. Ce module a été utilisé lors de la 35e expédition scientifique indienne en Antarctique et des expériences sont en cours pour comprendre l’efficacité et l’utilité du yoga sur le stress psychologique, le sommeil, les biomarqueurs sériques et l’expression des gènes. D’autres résultats fourniront l’efficacité et l’utilité de ce module dans les environnements antarctiques.

Mots clés

Module de yoga
Antarctique
Stress
IAYT

 

 

  1. IntroductionLes caractéristiques et les déterminants de la réaction humaine aux conditions environnementales extrêmes régnant dans le continent antarctique ont intéressé les psychologues et les physiologistes. Les environnements extrêmes sont intrinsèquement stressants et se caractérisent par une variété de facteurs de stress physiques et psychosociaux, y compris, mais sans s’y limiter, l’environnement de la capsule, l’isolement, les tensions sociales, l’ennui, la monotonie et le danger [1]. Les comités internationaux, COMNAP (Conseil des directeurs du programme antarctique national) et SCAR (Comité scientifique de la recherche antarctique), en plus des organisateurs de l’expédition de chaque pays, sont principalement soucieux d’améliorer le bien-être général des membres envoyés à les stations antarctiques. Bien que la recherche scientifique soit le principal objectif de l’expédition en Antarctique, une importance égale est accordée à la santé physique et psychologique des expéditeurs, de la sélection des expéditeurs à l’évacuation d’urgence, en passant par des spécialistes du comportement et des psychologues, ainsi séances de conseil psychologique individuelles pour aider les expéditeurs à faire face au stress [2].Plusieurs changements psychologiques et physiologiques ont été observés chez les expéditionnaires antarctiques. Les changements psychologiques vont des changements de comportement tels que l’agression, les sautes d’humeur aux problèmes psychiatriques tels que la dépression [3]. L’isolement semble avoir un effet considérable. L’isolement et les dangers inhérents associés à l’environnement antarctique pourraient accroître l’ampleur des pensées négatives répétitives fondées sur la personnalité de l’individu. Les rapports suggèrent une augmentation du tabagisme, de la solitude, du mal du pays et une réduction des rapports au cours des mois d’hiver sombres et isolés [4]. Physiologiquement, une diminution de la réactivité immunitaire accompagnée de variations d’insuline circulante, d’hormones stimulant la thyroïde, de testostérone, de cortisol, de mélatonine, de cytokines pro-inflammatoires, de 25-OH-vitamine D et d’une augmentation significative du cholestérol total a été enregistrée [5], [6] , [7], [8]. Certaines études suggèrent également que de tels environnements difficiles se révèlent également salutogéniques chez certains individus. Avec un accès limité aux soins de santé dans l’environnement antarctique, des stratégies doivent être adoptées pour promouvoir le bien-être psychophysique général d’un individu et du groupe. Il est intéressant de noter que les pratiques de yoga sont connues pour être bénéfiques et promouvoir le bien-être psychophysiologique à travers les cultures humaines.

    Les postures physiques (asana), la respiration volontairement régulée (pranayama) et la méditation (dhyana) sont les trois composantes principales du yoga pratiqué en Inde depuis des milliers d’années. Au cours de la dernière décennie, le yoga a gagné en popularité en tant que stratégie de remise en forme et en tant qu’outil thérapeutique complémentaire dans la gestion de l’obésité [9], du diabète [10], de l’hypertension [11] et même des troubles auto-immuns [12]. Il a été démontré que les pratiques de yoga atténuaient l’anxiété, la peur [13], [14], la pensée négative [15] et amélioraient la condition physique cardio-pulmonaire [16], le statut immunitaire [17], [18] et la longueur du télomère [19]. ] chez les pratiquants habituels. Les pratiques de yoga améliorent l’efficacité globale du sommeil et la durée totale du sommeil [20]. La pratique du yoga à haute altitude montre une réduction de la température buccale et une augmentation de la consommation d’oxygène et de la dépense énergétique moindres par rapport à la thérapie physique [21]. La méta-analyse des données sur le yoga recommande de considérer le yoga comme une option de traitement auxiliaire dans la gestion des troubles dépressifs [22].

    Une étude a été menée sur l’été et l’hivernage sur les membres de la 35e expédition scientifique indienne en Antarctique afin de comprendre le rôle des pratiques de yoga dans la facilitation de l’adaptation humaine aux conditions climatiques extrêmes. Même si les pratiques de yoga sont réputées être bénéfiques pour les individus indépendamment de leur état de santé et de leur état pathologique, il est essentiel de structurer des pratiques de yoga spécifiques destinées à fournir le plus grand nombre de bénéfices. Les pratiques de yoga pour l’Antarctique ont été conçues avec les objectifs suivants:

    I. Réguler l’humeur et atténuer le stress psychologique causé par l’isolement
    II. Pour améliorer le bien-être physique, vaincre la fatigue et réguler le métabolisme
    III. Pour permettre une meilleure thermorégulation
    IV. Pour améliorer le sommeil et promouvoir les relations interpersonnelles

 

 

Les objectifs ont été énumérés sur la base des rapports antérieurs sur les changements psychologiques et physiologiques chez les expéditionnaires antarctiques. Les pratiques identifiées ont été regroupées pour favoriser la tranquillité d’esprit et le sommeil, surmonter le stress et la fatigue, promouvoir l’endurance globale du corps, réguler la digestion, le métabolisme et améliorer les fonctions pulmonaires (complément d’information 1). La présente étude présente les données sur la conception et la validation du module de yoga mis en œuvre par les membres de l’expédition.

2. Matériels et méthodes

Les textes de yoga classiques et contemporains ont été revus pour développer le contenu du module de yoga. Les textes sur les Yoga Sutras de Patanjali, de Hatha Yoga Pradipika, de Shiva Samhitha, de Gheranda Samhita, d’Hatharathnavali, de Bhagavad Gita, d’Upanishads, de Yoga Vashishta et de Yogic Sukshma Vyayama ont été examinés [23], [24], [25], [26], [26], [27], [26], [26], [26], [26], [26], [26], [26], [26], [25], ], [28], [29], [30], [31]. Les pratiques qui pourraient être difficiles à pratiquer pour les expéditeurs et celles qui sont contre-indiquées dans des troubles courants tels que l’hypertension et les troubles cardiovasculaires n’ont pas été incluses. De même, les pratiques difficiles à vérifier de manière objective et certaines pratiques de Sükshma vyäyäma (exercice de relâchement) qu’il pourrait ne pas être possible de pratiquer en groupe à l’intérieur des stations antarctiques telles que Jangha Shakti vikasaka [31] n’ont pas été incluses. Le module de yoga qui a été conçu consistait en postures avec mouvements lents et conscience du souffle, exercices de relâchement, suryanamaskara, asana, praayama, relaxation et nadanusandhana. La durée de la pratique est de 1 heure.

Le module de yoga a été envoyé avec les objectifs à quarante experts en yoga dont trente ont répondu avec leurs scores et leurs commentaires. Les membres des filières de médecine allopathique et AYUSH ayant un diplôme de troisième cycle en yoga-thérapie, des chercheurs titulaires d’un doctorat en yoga et des docteurs en yoga et naturopathie ayant plus de sept ans d’expérience clinique ont été considérés comme faisant partie du groupe d’experts chargé de valider le module de yoga. . Les experts ont évalué l’utilité du module sur une échelle de 1 à 5 (1 pas du tout utile, 2 un peu utile, 3 moyennement utile, 4 très utile, 5 extrêmement utile). Le ratio de validité du contenu (CVR) pour la pertinence des éléments a été calculé selon la méthode de Lawshe [32]. Des réponses dichotomiques (oui / non) ont été obtenues pour déterminer la durée de la pratique individuelle et de l’ensemble de la session de yoga.

2.1. analyses statistiques

Le ratio CVR de Lawshe a été calculé [32] pour chaque élément du module. Les articles avec un CVR de 0,6 et plus ont été considérés comme étant au-delà de l’accord de modification (p <0,05, un à queue) pour 30 experts. La corrélation intra-classe a été calculée pour la fiabilité inter-évaluateur [33].

3. Résultats

Trente experts en thérapie et en recherche sur le yoga ont consenti à contribuer à la validation du contenu du module de yoga sur les conditions environnementales extrêmes en Antarctique. Ces experts en yoga avaient de l’expérience dans diverses traditions du yoga. L’âge des experts variait de 32 à 50 ans (moyenne de 36,3 ± 4,17 ans). L’expérience moyenne après une formation de yoga formelle était de 12,3 ans, entre 8 et 26 ans. Les scores obtenus pour les pratiques individuelles et le CVR calculé sont présentés dans le matériel supplémentaire 2. Une pratique viparitakarani avec un CVR <0,6 a été exclue. Le CVR moyen pour l’ensemble du module de yoga était de 0,89. Un bon accord est noté pour la plupart des pratiques énumérées dans le module de yoga. La corrélation intra-classe [33] pour l’ensemble du module était de 0,78.

Tous les experts ont exprimé leur opinion sur la nécessité de pratiquer le Suryanamaskara (salutation au soleil), la relaxation et les pratiques basées sur la conscience de la respiration et du pranayama. La plupart des experts ont convenu d’une durée d’une heure pour les pratiques de yoga (tableau 1). En plus des pratiques demandées par les experts, sept experts ont recommandé l’inclusion de vaman dhauti kriya (vomissement volontaire après avoir bu de l’eau salée dans l’estomac vide). Mais, n’a pas été pris en compte dans le module en raison de problèmes de traitement de l’eau et de rejet en Antarctique.

 

Table 1. List of Practices.

 

  1. DiscussionLe module de yoga pour une application dans les conditions extrêmes de l’Antarctique semble être acceptable pour la plupart des experts. Une stratégie similaire a été utilisée dans des études antérieures pour valider des modules de yoga pour diverses conditions pathologiques [34], [35].Les experts de différentes écoles de yoga étaient en accord avec le contenu du module. Seul le viparitakarani n’a pas été retenu pour figurer dans le module final, comme l’indique le score CVR (<0.6). Sept experts ont suggéré d’inclure vaman dhauti kriya. Cependant, compte tenu des inquiétudes suscitées par le traitement des eaux usées et la maintenance des stations antarctiques et par la décision des experts de ne pas être unanimes, la recommandation n’a pas été poussée plus loin dans la validation.

    Plusieurs interventions telles que le conseil psychiatrique, la thérapie de groupe, la prise de médicaments et le régime alimentaire sont essayées chez les expéditeurs pour réduire leur stress psychophysiologique. Le yoga, un soulagement du stress largement accepté [36], n’a jamais été expérimenté en Antarctique jusqu’à présent. En outre, l’atout de ce module est qu’il se compose de postures simples, faciles à suivre et que les pratiques sont dérivées de textes de yoga traditionnels, un instructeur de yoga suivant n’importe quelle école de yoga devrait pouvoir enseigner le module. Les textes de yoga classiques ne décrivent pas de directives spécifiques basées sur les symptômes pour leur pratique, car le principal objectif des pratiques de yoga est de maîtriser leur esprit [26] et les bénéfices physiques et mentaux observés pourraient être un sous-produit de la pratique du yoga. Par conséquent, les pratiques ont été sélectionnées à partir de textes basés sur les descriptions approximatives des avantages pour la santé physique et mentale de pratiques de yoga spécifiques et qu’il est possible de pratiquer à la station de radio antarctique indienne. Il s’agit de la première tentative d’administration de pratiques de yoga structurées dans le but de comprendre ses mécanismes d’action dans des conditions antarctiques isolées, stressantes et extrêmes. L’effet de l’intervention Yoga sera connu lors de l’étude sur l’été [équipe Voyage] et l’hivernage sur [Bharati, collines de Larsemann, (69 ° 24′28 ″ S 76 ° 11′14 ″ E)] membres du 35ème Indien L’expédition scientifique en Antarctique sera analysée en fonction de l’évolution de son stress psychologique, de son sommeil, de ses biomarqueurs sériques et de sa régulation de l’expression des gènes.

    5. Conclusion

    Un module complet et traditionnel de yoga basé sur du texte a été mis au point à titre d’intervention afin de faciliter la gestion des facteurs de stress psychologiques et physiologiques de l’Antarctique. Le module de yoga a été validé par 30 experts qui ont accepté la plupart des pratiques. Le dernier module a été utilisé à titre d’intervention lors de la 35e expédition scientifique indienne en Antarctique. Des tests d’efficacité de l’intervention sur l’atténuation du stress psychophysiologique aux niveaux génétique et moléculaire sont en cours et pourraient s’avérer un moyen efficace de lutter contre les facteurs de stress associés aux environnements extrêmes de l’Antarctique.
    Le financement

    Ce projet a été financé par l’Institut de physiologie et des sciences connexes de la défense, New Delhi (TC / DIP-265 / CARS-05 / DIPAS / 2-15).
    Remerciements

    Les auteurs remercient tous les experts pour leurs commentaires et leurs contributions au développement de ce module.

    Annexe A. Données supplémentaires

    Ce qui suit sont les données supplémentaires à cet article:

References

[1]

  1. SuedfeldApplying positive psychology in the study of extreme environments

Hum Perform Extreme Environ, 6 (2001)

p 21–5

Google Scholar

[2]

  1. Suedfeld, G.D. SteelThe environmental psychology of capsule habitats

Annu Rev Psychol, 51 (2000)

p 227–53

Google Scholar

[3]

E.K.E. GundersonEmotional symptoms in extremely isolated groups

Arch Gen Psychiatr, 9 (1963)

p 362

Google Scholar

[4]

  1. Bhargava, S. Mukerji, U. SachdevaPsychological impact of the Antarctic winter on Indian expeditioners

Environ Behav, 32 (2000)

p 111–27

Google Scholar

[5]

H.K. Muller, D.J. Lugg, H. Ursin, D. Quinn, K. DonovanImmune responses during an Antarctic summer

Pathology, 27 (1995)

p 186–90

Google Scholar

[6]

R.C. Sawhney, A.S. Malhotra, R. Prasad, K. Pal, R. Kumar, A.C. BajajPituitary-gonadal hormones during prolonged residency in Antarctica

Int J Biometeorol, 42 (1998)

p 51–4

Google Scholar

[7]

  1. Farrace, P. Cenni, G. Tuozzi, M. Casagrande, B. Barbarito, A. PeriEndocrine and psychophysiological aspects of human adaptation to the extreme

Physiol Behav, 66 (1999)

p 613–20

Google Scholar

[8]

  1. Steinach, E. Kohlberg, M.A. Maggioni, S. Mendt, O. Opatz, A. Stahn, et al.Sleep quality changes during overwintering at the German antarctic stations neumayer II and III: the gender factor

PLoS One, 11 (2016), Article e0144130

Google Scholar

[9]

A.M. Bernstein, J. Bar, J.P. Ehrman, M. Golubic, M.F. RoizenYoga in the management of overweight and obesity

Am J Lifestyle Med, 8 (2014)

p 33–41

Google Scholar

[10]

  1. Nagarathna, M.R. Usharani, A.R. Rao, R. Chaku, R. Kulkarni, H.R. NagendraEfficacy of yoga based life style modification program on medication score and lipid profile in type 2 diabetes—a randomized control study

Int J Diabetes Dev Ctries, 32 (2012)

p 122–30

Google Scholar

[11]

  1. Hagins, R. States, T. Selfe, K. InnesEffectiveness of yoga for hypertension: systematic review and meta-analysis

Evid base Compl Alternative Med, 2013 (2013)

p 649836

Google Scholar

[12]

  1. Dash, S. TellesImprovement in hand grip strength in normal volunteers and rheumatoid arthritis patients following yoga training

Indian J Physiol Pharmacol, 45 (2001)

p 355–60

Google Scholar

[13]

  1. Smith, H. Hancock, J. Blake-Mortimer, K. EckertA randomised comparative trial of yoga and relaxation to reduce stress and anxiety

Compl Ther Med, 15 (2007)

p 77–83

Google Scholar

[14]

  1. Telles, K.V. Naveen, M. DashYoga reduces symptoms of distress in tsunami survivors in the Andaman Islands

Evid base Compl Alternative Med, 4 (2007)

p 503–9

Google Scholar

[15]

P.A. Frewen, E.M. Evans, N. Maraj, D.J.A. Dozois, K. PartridgeLetting go: mindfulness and negative automatic thinking

Cognit Ther Res, 32 (2008)

p 758–74

Google Scholar

[16]

J.A. RaubPsychophysiologic effects of Hatha yoga on musculoskeletal and cardiopulmonary function: a literature review

J Alternative Compl Med, 8 (2002)

p 797–812

Google Scholar

[17]

  1. Jiang, A. Li, X. ZhangResearch on the effect of yoga on the lgG level of college students

J Mianynag Norm Univ, 5 (2009)

Google Scholar

[18]

R.M. Rao, H.R. Nagendra, N. Raghuram, C. Vinay, S. Chandrashekara, K.S. Gopinath, et al.Influence of yoga on mood states, distress, quality of life and immune outcomes in early stage breast cancer patients undergoing surgery

Int J Yoga, 1 (2008)

p 11–20

Google Scholar

[19]

  1. Epel, J. Daubenmier, J.T. Moskowitz, S. Folkman, E. BlackburnCan meditation slow rate of cellular aging? Cognitive stress, mindfulness, and telomeres

Ann N Y Acad Sci, 1172 (2009)

p 34–53

Google Scholar

[20]

S.B.S. KhalsaTreatment of chronic insomnia with yoga: a preliminary study with sleep-wake diaries

Appl Psychophysiol Biofeedback, 29 (2004)

p 269–78

Google Scholar

[21]

  1. Selvamurthy, U.S. Ray, K.S. Hegde, R.P. SharmaPhysiological responses to cold (10°C) in men after six months’ practice of yoga exercises

Int J Biometeorol, 32 (1988)

p 188–93

Google Scholar

[22]

  1. Cramer, R. Lauche, J. Langhorst, G. DobosYoga for depression: a systematic review and meta-analysis

Depress Anxiety, 30 (2013)

p 1068–83

Google Scholar

[23]

F.M. Müller, M. FriedrichUpanishads : the holy spirit of Vedas : earliest philosophical compositions also known as Vedanta

Vijay Goel (2007)

Google Scholar

[24]

S.P. Swami

The Bhagavad Gita, vol. 19, Books Abroad (1945), p. 150

View Record in Scopus

[25]

B.K.S. IyengarLight on the Yoga Sūtras of Patañjali

Harper Collins (1996)

Google Scholar

[26]

I.K. Taimni, K. Iqbal, PatañjaliThe science of yoga : the yoga sutras of Patanjali

Theosophical Publishing House (1999)

Google Scholar

[27]

  1. Satyananda SaraswatiFour chapters on freedom : commentary on Yoga sutras of Patanjali

Yoga Publications Trust (2002)

Google Scholar

[28]

M.L. Gharote, P. Devnath, V.K. JhaŚrīnivāsayogī active 17th century

Haṭharatnāvalī. Lonavala Yoga Institute, India) (2002)

Google Scholar

[29]

S.S. Muktibodhananda, S.S. SatyanandaHatha yoga Pradipika

Bihar, Yoga Publications Trust (1998)

Google Scholar

[30]

Niranjanananda Saraswati S. Gheranda Samhita. Bihar, Yoga Publications Trust; 2012.

Google Scholar

[31]

Dhirendra BrahmachariYogic suksma vyayasama. Illustrated

Indian Book Company (1975)

Google Scholar

[32]

C.H. LawsheA Quantitative approach to content validity

Person Psychol, 28 (1975)

p 563–75

Google Scholar

[33]

J.A. HarrisOn the calculation of intra-class and inter-class coefficients of correlation from class moments when the number of possible combinations is large

Biometrika, 9 (1913)

p 446–72

Google Scholar

[34]

  1. Kakde, K.G. Metri, S. Varambally, R. Nagaratna, H.R. NagendraDevelopment and validation of a yoga module for Parkinson disease

J Compl Integr Med, 14 (2017)

Google Scholar

[35]

  1. Varambally, P. Varambally, J. Thirthalli, I. Basavaraddi, B. Gangadhar, V. HariprasadDesigning, validation and feasibility of a yoga-based intervention for elderly

Indian J Psychiatr, 55 (2013)

p 3442

Google Scholar

[36]

A.W. Li, C.A.W. GoldsmithThe effects of yoga on anxiety and stress

Altern Med Rev, 17 (2012)

p 21–35

Google Scholar

Peer review under responsibility of Transdisciplinary University, Bangalore.