Blog

Effets de l’or calciné

Évaluation de la biodisponibilité du bhasma d’or (or calciné), chez des participants humains – Une étude pilote

 

Résumé

La biodisponibilité du médicament ayurvédique bien connu Swarnabhasma (or bhasma ou or calciné) est inconnue. Il est administré par voie orale soit par voie sublinguale, soit directement avec divers Anupanas, comme la poudre de poivre noir (Piper nigrum Linn.) Et le ghee de vache, dans une plage de doses allant de 15 à 240 mg par les médecins ayurvédiques. Une étude de la biodisponibilité de Swarnabhasma est nécessaire, car ce médicament dérivé de métal est administré pendant une longue durée pour le rajeunissement. L’étude pilote a été réalisée sur des participants de sexe masculin en bonne santé afin d’évaluer la biodisponibilité de Swarnabhasma en trois doses, à savoir. 30 mg par voie orale sublinguale, dose orale de 30 mg mélangée à de la poudre de poivre noir (250 mg) et du ghee de vache (2,5 g); et 240 mg de dose orale mélangés à de la poudre de poivre noir (250 mg) et du ghee de vache (2,5 g). Les échantillons de sang ont été prélevés à 0, 1, 2 et 4 h après l’administration de la dose. L’estimation des taux d’or dans le sang a été réalisée par spectrométrie de masse à plasma à couplage inductif (ICP-MS). Les résultats montrent que l’or est absorbé par les traces d’une dose unique de Swarnabhasma. La concentration maximale en or était biodisponible pour une dose sublinguale de 30 mg avec une Cmax de 0,983 µg / L à 2 h (Tmax). Une dose orale de 30 mg de Swarnabhasma mélangée à de la poudre de poivre noir et du ghee a montré une absorption plus rapide avec Tmax à 1 h et une Cmax de 0,867 μg / L, et une dose de 240 mg avec du poivre noir et du ghee avait une Cmax de 0,668 μg / L et une Tmax à 2 h.

 

  • Introduction

Swarnabhasma (or calciné) est un médicament traditionnel ayurvédique pour la longésubjevité; et traitement de la polyarthrite rhumatoïde, du diabète, des troubles du système nerveux, de la faiblesse générale du corps, etc. [1], [2], [3], [4]. La pharmacocinétique complète et le mécanisme d’action de Swarnabhasma sont encore inexplorés. On a émis l’hypothèse que l’or de Swarnabhasma atteindrait le site affecté après une administration orale et pourrait éventuellement libérer des ions Au (I) de manière lente et prolongée pour une action thérapeutique [1]. Lorsqu’ils sont administrés par voie sublinguale, les médecins ayurvédiques insistent sur le fait que l’or est directement absorbé par le sang, mais aucune preuve expérimentale à ce sujet n’a été fournie à ce jour [2]. Nous avions déjà émis l’hypothèse que certaines particules de Swarnabhasma pourraient être absorbées par voie sublinguale directement dans la circulation sanguine [1]. La présente étude a été réalisée pour obtenir les premières preuves de la biodisponibilité de Swarnabhasma.)
La biodisponibilité de Swarnabhasma chez l’homme est peu connue. Les composés d’or injectables (comme le thiomalate d’or et de sodium) sont entièrement biodisponibles, mais seuls 20 à 25% de l’or d’Auranofin sont absorbés [5], [6]. Dans ce contexte, les travaux en cours ont été lancés pour obtenir un premier rapport sur la biodisponibilité comparative de Swarnabhasma administrée par voie sublinguale et par voie orale. La dose maximale de Swarnabhasma mentionnée dans le texte Rasatarangini est de 30 mg [7] et de 240 mg à Rasaratnasamucchay [8]. L’anupana spécifié dans le texte Rasaratnasamucchay [8] est une poudre de Maricha (Piper nigrum Linn, c’est-à-dire du poivre noir) et du ghee de vache. Comme la dose d’anupana n’est pas spécifiée, la dose couramment utilisée est utilisée dans cette étude. L’étude pilote a été réalisée avec trois doses: 30 mg (par voie sublinguale), 30 mg de poudre de poivre noir et du ghee (par voie orale); et 240 mg avec du poivre noir et du ghee (par voie orale).

2. Matériels et méthodes

L’étude a été menée sur trois participants humains en bonne santé après avoir obtenu l’approbation du comité d’éthique de l’établissement (numéros de référence: BVDUCOA / EC / 186 / 2013-24 et BVDUCOA / EC / 1553 / 2015-16). Les directives du CDSCO (Organisation centrale de contrôle des médicaments, Inde) ont été suivies pour la conception du protocole de l’étude. L’essai a été enregistré auprès du registre indien des essais cliniques (numéro de référence -CTRI / 2017/10/010135). Un consentement éclairé écrit a été obtenu des participants.

2.1. Matériaux

Swarnabhasma, fabriqué selon les directives classiques [10] par «Shree Dhootapapeshwar Limited», Panvel, a été utilisé dans l’étude. Des fruits séchés de poivre noir (Marich) et du ghee de vache ont été achetés auprès d’une source authentique de la ville de Pune et testés dans des laboratoires certifiés (Fondation Bhide de Shickshinny Prasarak Mandali, Pune) pour leur conformité aux normes API (Ayurveda Pharmacopoeia of India). Pour la collecte d’échantillons de sang, des seringues jetables avec aiguilles (Dispovan, 2 cc), du coton médicamenteux, de l’éthanol désinfectant et des petits pansements ont été utilisés. Pour le stockage du sang avant l’analyse, des vacutainers héparinés de la spécification ‘BD Vacutainer Sodium heparinN (NH) 75 unités’ USP ‘de tubes de collecte de sang’ ont été utilisés. Pour la digestion acide des échantillons de sang, on a utilisé de l’acide nitrique et de l’acide chlorhydrique de Fisher Scientific (grade ICP-MS). Des pipettes (marque Transferpette) ont été utilisées pour le transfert de sang de vacutainers vers un système de digestion et le modèle Mars 6 de CEM Corporation a été utilisé pour la digestion acide d’échantillons de sang. Les tests ICP-MS ont été réalisés à l’aide de la machine ICP-MS Agilent Technologies série 7700. Pour une pesée précise des doses, une balance numérique du «Shimadzu» Libror AEG 220 a été utilisée.

 

2.2. Méthodologie

2.2.1. Préparation des doses:

La poudre de poivre noir a été préparée à l’aide d’un moulin propre et tamisée à 80 mailles.    Juste avant l’essai, une dose de 30 mg de Swarnabhasma a été soigneusement mélangée à      240 mg a été mélangée de manière similaire. Une forme lehya (lickable) ainsi obtenue a été                préparée pour l’administration. Les 30 mg de Swarnabhasma destinés à une administration   sublinguale ont été conservés tels quels sous forme de poudre.

2.2.2. Sélection des participants, administration du médicament et collecte des échantillons de sang:

Trois jeunes hommes en bonne santé appartenant à la classe socio-économique supérieure, âgés de 27 ans et résidant dans la ville de Pune, ont été sélectionnés après le dépistage de 30 personnes âgées de 25 à 35 ans selon les critères de sélection. Le dépistage a été réalisé par entretien et vérification générale incluant Dashavidha Pariksha. Les participants sélectionnés ne présentaient aucun signe de maladie aiguë ou chronique ni d’antécédent de consommation de préparations contenant de l’or au cours des 10 dernières années. Leurs examens hématologique et urinaire ont été réalisés pour éliminer des anomalies telles que l’anémie, le diabète, les infections, etc. Les participants n’avaient pas consommé de médicament, ni d’ayurvédique, ni d’aucune autre branche médicinale depuis 6 mois. Tous les participants étaient en bonne santé et possédaient du tikshna agni, caractérisé par leur capacité à digérer tous les types d’aliments. Bien que la Prakriti particulière ne soit pas un critère de sélection, il est important de noter que tous les participants avaient Kapha-Pitta comme deux doshas dominants dans leur Prakriti. Les femmes ont été exclues en raison de variables de confusion associées aux modifications hormonales liées au cycle menstruel, à la grossesse, à la lactation, etc.
Les participants ont été priés de se présenter à 6 h 30 à l’hôpital BVMF Ayurveda, avec un statut de néant à jeun pendant 10 h. Un échantillon de sang (2 ml) a été prélevé par technique aseptique dans la veine cubitale à 6h45, de chaque participant à l’aide d’une seringue jetable. Cela a été étiqueté comme échantillon de sang zéro heure. Swarnabhasma a été administré aux trois participants aux doses suivantes: 1) 30 mg de Swarnabhasma ordinaire par voie sublinguale, 2) 30 mg mélangés à de la poudre de poivre noir (250 mg) et de ghee (2,5 g) et 3) 240 mg de Swarnabhasma mélangés à de la poudre de poivre noir ( 250 mg) et le ghee (2,5 g). 100 ml d’eau distillée ont été administrés après 30 minutes d’administration et le petit-déjeuner à 9h30. Aucun thé ni café n’a été autorisé pendant l’expérience, car il peut interférer activement avec la biodisponibilité. Le déjeuner a été fourni après la fin de l’expérience.
Des échantillons de sang (2 ml chacun) ont été prélevés par des techniques aseptiques après 1, 2 et 4 h respectivement après l’administration de doses de Swarnabhasma. Les échantillons de sang recueillis dans des récipients vacants héparinisés ont été conservés à -20 ° C.

2.2.3. Mesure de l’or dans le sang:

La méthodologie de test est basée sur le protocole NIST NCL [11] développé pour les études précliniques d’un médicament à base de nanoparticules d’or. Des échantillons de sang congelés ont été prélevés dans le congélateur à -20 ° C et laissés à décongeler à température ambiante pendant environ 2 heures. Un instrument de digestion par micro-ondes du modèle Mars 6 de CEM Corporation a été utilisé pour la digestion acide du sang, qui a été réalisée en ajoutant 4 ml de HNO3 et 1 ml de HCl à chaque échantillon de sang, puis en procédant à une digestion conformément au protocole [11]. Le contenu des récipients (digest) a été transféré dans une bouteille de polyéthylène basse densité (LDPE) préalablement pesée de 60 ml. Le standard d’or de TraceCERT de 100 mg Au / L d’or dans HCl a été utilisé comme standard interne. Les échantillons digérés ont été testés par ICP-MS pour la teneur en or.

 

2.3. Résultats

Les résultats observés sont présentés dans le tableau 1 et le graphique 1:
Tableau 1. Taux de Au dans le sang de trois volontaires humains après une dose orale unique de Swarnabhasma.

 

 

Time – in hours after dose Absorbance (in μg/l of Au from Swarnabhasma (30 mg plain) sublingual Absorbance (in μg/l) of Au from Swarnabhasma (30 mg) with Black pepper powder (250 mg) and ghee (2.5 gm) Absorbance (in μg/l) of Au from Swarnabhasma (240 mg) with Black pepper powder (250 mg) and ghee (2.5 gm)
       
0 0 0 0
1 0.721 0.867 0.599
2 0.983 0.58 0.668
4 0.51 0.352 0.387

  

Chart 1

  1. Download high-res image (281KB)
  2. Download full-size image

 

Graphique 1

Profil de la concentration sanguine en or en fonction du temps après l’administration d’une dose unique de Swarnabhasma en trois doses: 1) 30 mg de Swarnabhasma à l’état brut par voie sublinguale; 2) 30 mg de bhasma d’or avec du poivre noir (250 mg) et du ghee (2,5 g); et 3) 240 mg de Swarna bhasma avec du poivre noir (250 mg) et du ghee (2,5 g), chez trois participants humains en bonne santé.
L’administration sublinguale de Swarnabhasma à la dose de 30 mg a montré une absorption maximale. Swarnabhasma à la dose de 30 mg administrée par voie sublinguale a montré un Tmax à 2 h et une Cmax de 0,983 µg / L. Swarnabhasma à la dose de 30 mg avec 250 mg de poivre noir et 2,5 g de ghee a montré un Tmax à 1 h et une Cmax de 0,867 μg / L. Swarnabhasma en dose de 240 mg avec du poivre noir et du ghee a montré un Tmax à 2 h et une Cmax de 0,668 µg / L.

3. Discussion

Swarnabhasma est un ancien médicament prisé, reconnu pour ses actions uniques comme le rajeunissement, l’amélioration de la vigueur et de la vitalité et le traitement des maladies débilitantes. Cependant, il n’y a pas de preuves suffisantes de sa pharmacologie. L’étude pilote visant à évaluer la biodisponibilité de Swarnabhasma montre que l’or est absorbé à l’état de traces dans le sang après une seule dose. À partir d’une dose sublinguale de Swarnabhasma de 30 mg, on a détecté 0,983 µg / mL d’or dans la circulation systémique après 2 h, ce qui était le plus élevé par rapport aux deux autres doses. Cela peut être attribué à la somme de l’absorption sublinguale et de l’absorption gastrique supplémentaire, car le médicament administré par voie sublinguale est finalement avalé par la personne. Il est intéressant de noter que l’absorption de Swarnabhasma à la dose orale de 30 mg était supérieure à 240 mg, les deux étant administrées avec la même quantité de poudre de poivre noir et de ghee. Cela peut être attribué à une meilleure dispersion et séparation des particules de bhasma agglomérées d’une dose de 30 mg dans le ghee, par rapport à 240 mg dans la même quantité de ghee. La relation linéaire ou non linéaire entre la dose et la biodisponibilité de Swarnabhasma doit être établie par des recherches ultérieures. Des études ultérieures peuvent permettre de comparer des anupanes lipoïdes comme le ghee et d’autres anupana comme le miel.

La prise en charge du bhasma par les muqueuses sublinguale et gastro-intestinale peut être étudiée plus en détail afin de connaître le mécanisme exact de l’absorption. Auparavant, une étude basée sur l’entrée cellulaire de Swarnabhasma composée de nanoparticules d’or de 60 nm de diamètre et de morphologie agglomérée avait conclu que les plus petites particules de bhasma pouvaient pénétrer dans les cellules HFF 1 (fibroblastes de prépuce humain) via une endocytose à médiation par le récepteur dépendante de la clathrine, alors que les plus grosses sur la macropinocuytose. Peu de particules de Swarnabhasma ont été trouvées dans le noyau, des vésicules, du cytosol de cellules HFF 1 [4]. Les mécanismes responsables de la biodisponibilité réelle invivo ne sont pas encore bien compris et doivent être explorés.

Le poivre noir est un anupana recommandé pour Swarnabhasma [7], qui améliore la biodisponibilité de nombreux médicaments [12], [13]. Dans cette étude, il est évident que l’absorbance est la plus rapide (Tmax à 1 h) en cas d’administration d’une dose orale de 30 mg de Swarnabhasma mélangée à de la poudre de poivre noir et du ghee, ce qui peut être attribué aux propriétés améliorant la biodisponibilité de la pipérine dans le poivre noir [12]. , [13]. Dans ce cas, l’or absorbé est apparu dans la circulation sanguine après le métabolisme de premier passage et était plus rapide que l’absorption sublinguale.

La composition chimique de Swarnabhasma étudié était> 95% d’or, ainsi que des traces de Fe, Si, Ca, Cu, Mn, Ag, Al, K, Mg, Na, P, Sr, Ti, Zn, qui étaient évidentes par DRX, gravimétrique. analyse et ICP-AES. Il est donc clair que seules les traces sont absorbées par une seule dose de Swarnabhasma. L’or pris dans la circulation systémique (Rasadhatu et Raktadhatu) peut être distribué au reste des Dhatus, peut être sélectivement, comme expliqué dans le concept ayurvédique de Khale Kapot Nyaya (absorption sélective d’éléments nutritifs / d’agents médicinaux par des tissus ou des organes).

La biodisponibilité résultante de médicaments tels que le théomalate de sodium et d’or (100% biodisponible) et l’Auranofin (20% biodisponible) est attribuée à leurs voies d’administration, à savoir respectivement la voie intraveineuse et la voie orale. En cas d’administration de Swarnabhasma, la voie d’administration sublinguale a montré une biodisponibilité maximale. L’absorption des traces peut attribuer à la sécurité et à l’efficacité de Swarnabhasma.

Swarnabhasma est prescrit sur des durées plus longues pour le rajeunissement. Une directive du texte de Rasaprakashsudhakar stipule que Swarnabhasma doit être utilisé à la dose de 60 mg pendant 20 ans pour la longévité [14]. Il n’existe aucune preuve expérimentale de résultats d’utilisation à long terme, mais les médecins ayurvédiques rencontrent des personnes qui consomment quotidiennement du Swarnabhasma avec Chyavanaprasha pendant des années et des décennies. Dans les études futures, la pharmacocinétique de l’utilisation à long terme peut être explorée.

 

Dans cette étude, l’ICP-MS a effectué une estimation des niveaux d’or dans le sang. une technique sensible d’analyse élémentaire, quelle que soit sa forme. Cette analyse a permis d’analyser les taux totaux d’or dans le sang. Certaines autres techniques peuvent être adoptées pour étudier la forme de l’or absorbé dans le sang. La présence d’or dans les composants du sang peut être vérifiée dans le prolongement de cette étude.

Dans la présente étude, des variables telles que l’âge, le sexe, l’âge, la classe socio-économique, la démographie, les prakriti, l’heure d’administration de la dose, l’heure et la quantité d’administration d’eau, l’heure de consommation de nourriture pendant l’étude et l’alimentation ont été maintenues constantes. possible chez tous les participants. Cependant, les variations génétiques, le temps de vidange gastrique, les habitudes alimentaires quotidiennes, les variations minimes des doshas chez le prakriti étaient les facteurs confondants non contrôlés.

4. Limites de l’étude

Cette étude a été réalisée chez un participant pour chaque dose. Il est à noter que nous n’avons surveillé la biodisponibilité que jusqu’à 4 heures, conformément au protocole, avec un seul participant pour chaque dose. Tout comme des études de cas uniques, une étude pilote portant sur un petit nombre de participants peut fournir des données préliminaires et indiquer la faisabilité d’un essai. Une seule étude de cas nous aide à formuler des questions pour des essais cliniques plus rigoureusement conçus [9]. La présente étude a été réalisée avec la même intension.

5. Conclusion

Une étude pilote indique que l’or est absorbé en quantités infimes par une seule dose de Swarnabhasma. L’or a été absorbé en quantité maximale par l’administration sublinguale de 30 mg de Swarnabhasma; et une dose de 30 mg mélangée à de la poudre de poivre noir et du ghee ont présenté l’absorbance la plus rapide.
Une étude de biodisponibilité impliquant des participants adéquats, une évaluation pendant 24 h et des études de concentration à l’état d’équilibre de Swarnabhasma permettraient de tirer des conclusions importantes. Pour explorer le concept de l’Ayurveda, «la puissance est visible dès le premier contact avec les tissus jusqu’à la période où elle réside dans le corps» [15], une étude approfondie doit être entreprise.
Sources de financement

Bharati Vidyapeeth [Université réputée] [Grant no. 929].

 

 

Conflit d’intérêt

Aucun.

Reconnaissance

Gold Bhasma pour cette étude a été sponsorisé par «Shree Dhootapapeshwar Limited», Panwel, Inde. Les auteurs leur adressent de sincères remerciements.

 

 

 

References

[1]

  1. Paul, C.P. SharmaBlood compatibility studies of Swarna bhasma (gold bhasma), an Ayurvedic drug

Int J Ayurveda Res, 2 (1) (2011), pp. 14-22

View Record in ScopusGoogle Scholar

[2]

C.L. Brown, G. Bushell, M.W. Whitehouse, D.S. Agrawal, S.G. Tupe, K.M. Paknikar, et al.Nano gold pharmaceutics,i) the use of colloidal gold to treat experimentally induced arthritis in rat models; ii) Characterization of the gold in Swarnabhasma, a microparticulate used in traditional Indian Medicine

Gold Bull, 40 (3) (2007)

Google Scholar

[3]

  1. Mitra, S. Chakraborty, B. Auddy, P. Tripathi, S. Sen, A.V. Saha, et al.Evaluation of chemical constituents and free radical scavenging activity of Swarnabhasma(gold ash), an Ayurvedic drug

J Ethnopharmacol, 80 (2002), pp. 147-153

Article

Download PDFView Record in ScopusGoogle Scholar

[4]

  1. Beaudet, S. Badilescu, K. Kuruvinashetti, A.S. Kashani, D. Jaunky, S. Ouellette, et al.Comparative study on cellular entry of incinerated ancient gold particles (Swarna Bhasma) and chemically synthesized gold particles

Sci Rep, 7 (2017), p. 10678

Google Scholar

[5]

A.S. Thakur, J. Jokerst, C. Zaveleta, T.F. Massound, S.S. GambhirGold nanoparticles: a revival in precious metal administration to patients

Nano Lett, 11 (10) (2011 October 12), pp. 4029-4036

Google Scholar

[6]

K.L. Blocka, H.E. Paulus, D.E. FurstClinical pharmacokinetics of oral and injectable gold compounds

Clin Pharmacokinet, 11 (2) (1986), pp. 133-143

CrossRefView Record in ScopusGoogle Scholar

[7]

  1. Shatri (Ed.), Rasatarangini of sharma sadananda, chapter 15, verse 81 (11th ed.), Motilal Banarasidas Publication, Delhi (1989), p. 379

Reprint

Google Scholar

[8]

D.A. Kulkarni (Ed.), Rasaratnasamucchay of vagbhat, chapter 5, verse 18, Meharchand and Lakshmandas Publications, New Delhi (1942), p. 95

Google Scholar

[9]

  1. BudgelGuidelines to the writing of case studies

J Can Chiropr Assoc, 52 (4) (2008 Dec), pp. 199-204

Google Scholar

[10]

N.C. ShahBharat Bhaishajya ratnakar vol 5, formulation 8357, B

Jain Publishers, New Delhi, India (1985), p. 418

Reprint

View Record in ScopusGoogle Scholar

[11]

http://www.nist.gov/publication/get_pdf/NIST _NCL Joint assay protocol -PCC 9, Version 1.1 viz. Determination of gold in rat blood with Inductively Coupled Plasma Mass Spectrometry’. (accessed on 21/01/2014).

Google Scholar

[12]

T.S. Patil, A.A. WeleSignificance of pharmacokinetics and pharmacodynamics of Piper nigrum L. (Maricha) as an ingredient and possible marker of Ayurvedic formulations

Indian Drugs, 44 (5) (2007), p. 329

View Record in ScopusGoogle Scholar

[13]

  1. Khajuria, U. Zutshi, K.L. BediPermeability characteristics of piperine on oral absorption-an active alkaloid from peppers and a bioavailability enhancer

Indian J Exp Biol, 36 (1) (1998 Jan), pp. 46-50

View Record in ScopusGoogle Scholar

[14]

  1. MishraRasaprakashsudhakar of Acharya Yashodhar

(1st ed.), Choukhambha Orientalia, Varanasi (1983), p. 69

[Chapter 4], Verse 20

View Record in ScopusGoogle Scholar

[15]

  1. Joshi (Ed.), Charaksamhita of Agnivesha, Part 1, sutra sthana; atreyabhadrakapyiya adhyaya (5th ed.), Vaidyamitra Prakashan, Pune (2013), p. 336

[Chapter 26], Verse 66

Google Scholar

Peer review under responsibility of Transdisciplinary University, Bangalore.